World Fighting Bull: un club disparu
Auteur:
Hinato
Publié le: 09/01/2013


1518203170-729729sanstitrejgjgj.jpg
Nom: World Fighting Bull

Couleur: bleu et blanc

Année de fondation: 1984

Année de disparition: 2009

Affiliation ligue: ex-Top League et ex-Top Ligue Ouest A

Palmarès:

Tournoi national des sociétés:

Finaliste (une fois): 2000

Ligue Kansaï A:

Un titre: 1994
 
1518203177-292364cd000203.jpg
Katsuhiro Matsuo
sous le maillot japonais
Voici l'histoire d'un club japonais de rugby aujourd'hui disparu: World Fighting Bull. Crée par la société World-Co en 1984 dans la ville de Kobe, l'équipe de World dispose très vite de quelques jolis noms dans son effectif: l'ailier Tetsuya Higashida, le pilier Toshitaka Kimura (premier international japonais de l'histoire du club) sans oublier l'ouvreur Katsuhiro Matsuo, l'un des grands internationaux japonais de l'époque et qui débarque alors à l'époque tout droit de la grande équipe universitaire de Doshisha des années 80. 

Les deux derniers cités seront d'ailleurs appelés par le sélectionneur 
Katsumi Miyaji et participeront à la première coupe du monde de rugby de l'histoire en 1987. Katsuhiro Matsuo participera à l'édition suivante, en 1991 et sera de la victoire historique du Japon contre le Zimbabwe (52 à 08), la seule à ce jour. Le 27 novembre 1994 World bat son rival Kobe Steel (25 à 24), remporte le premier (et unique) titre de la ligue Kansaï A de son histoire et met un terme à une série incroyable d'invincibilité de 71 matchs consécutifs sans défaite depuis 1988 du grand club japonais de l'époque!
Les bleus et blancs inscrivaient là sans aucun doute l'une des plus grandes pages de l'histoire de leur club! Dans les années qui suivent, d'autres joueurs qui deviendront internationaux débarquent: le 2ème ligne Tomoya Haneda, le 3ème ligne Masahiro Kurokawa, l'arrière Koji Fukuoka, le talonneur Masanori Tatsukawa, etc...

Pour la première (et unique) fois de son histoire,World atteindra la finale du championnat japonais, dans un choc 100% contre son rival de toujours Kobe Steel! Mais les bleus et blancs s'inclineront sur le score de 35 à 26, le 30 janvier 2000. En 2001, un certain Shotaro Onishi (Doshisha Univ.) intègre l'effectif. 
1518203246-255518kissa1.jpg
L'australien Dess Kissane, entraîneur-chef de World Fighting Bull au début des années 2000

Le logo de World Fighting Bull en 2003 pour les débuts en Top League japonaise
Faisant partie des grands clubs japonais de l'époque, World intègre la toute nouvelle Top League japonaise en 2003. Le club est alors rebaptisé World Fighting Bull et arbore un bouledogue comme logo.

De nombreux joueurs étrangers sont alors dans l'effectif: le 3ème ligne international samoan George Stowers (arrivé en 2002), les néo-zélandais Koula Tukinau (3ème ligne) et Rua Tipoki (centre arrivé en 2001) et les australiens Luke Caughley (2ème ligne) et Andrew Scotney (ouvreur). 
L'équipe deKobe est qui plus est entraînée par un coach australien, Des Kissane.

L'équipe de Kobe démarrera par une défaite contre Yamaha Motor (26 à 24), le 14 septembre 2003, devant 10 000 spectateurs. Il faudra attendre la 4ème journée, le 15 novembre 2003, pour voir World Fighting Bull gagner son premier succès historique dans le nouveau championnat face à Sanyo Wild Knights (48 à 39). Le club de Kobe terminera 5ème du championnat cette saison-là (sur 12 équipes engagées) tandis que le rival Kobe Steel remportait son dixième titre national. Lors de la coupe Microsoft (compétition aujourd'hui disparue), l'équipe de Kobe est éliminé en 1/4 de finale par son ennemi de toujours, Kobe Steel, 35 à 27. En 2004, le club a de grandes ambitions et ne lésignent pas sur les moyens.

1518203267-537726050901world.jpg
A l'été 2005, Yohei Shinomiya et Touriki Mau rejoignent World Fighting Bull

Ainsi, cinq grands joueurs étrangers débarquent chez les World Fighting Bull: le 2ème ligne international fidjien Ifereimi Rawaqa (23 ans) , le 1/2 d'ouverture néo-zélandais Willie Walker (26 ans), le centre international fidjien Epeli Ruivadra (27 ans), le 2ème ligne tongien Touriki Mau (27 ans) et le champion du monde australien Matt Cockbain (31 ans). L'ancien international nippon Yohei Shinomiya (Boland Cavaliers) signe également chez le club de Kobe. Malgré ce recrutement 5 étoiles et le fait que tous les journalistes de l'époque voient les Fighting Bull terminer dans le top 4 du championnat, le club de Kobe réalise une triste saison (4 victoires, 7 défaites) et termine à une pauvre 9ème place...

1518203294-524081world1.jpg
Peter Grigg, entraîneur-chef éphémère du club de Kobe durant la saison 2006/2007

La saison 2005/2006 qui suit, World Fighting Bull réalise une nouvelle saison décevante en Top League japonaise (5 victoires, un nul, 5 défaites) et termine à la 9ème place. De nombreux joueurs quittent le club définitivement (ShinomiyaWalker,CockbainScotney, ...). L'effectif du club de Kobe s'appauvrit à vu d'oeil malgré l'arrivée de deux centres tongiens: Loni Manako et Joseph Vaka.

Suite aux mauvais résultats de l'équipe, l'entraîneur-chef Dess Kissane est licencié et remplacé par son compatriote, l'australien Peter Grigg, ancien grand international Wallabies dans les années 80. 
Mais rien ne permet de changer la dynamique. L'équipe remportera un seul succès cette saison, le 16 décembre 2006 contre IBM Japan Big Blue (19 à 12).

Avec un succès et 12 défaites au compteur, World Fighting Bull termine bon dernier de la saison 2006/2007 de Top League et est relégué en Top Ligue Ouest A (2ème division japonaise). La situation aura été-t-elle que Peter Grigg aura été remplacé en cours de saison par le néo-zélandais Mark Carter... Ce dernier retrouve la saison suivante (2007-2008) son poste d'entraîneur des avants et  Hideo Minami est nommé manager du club. 

World Fighting Bull domine son championnat, à l'image de son centre tongien Joseph Vaka qui écrase tout sur son passage lors des matchs contre les joueurs amateurs des équipes adverses. World Fighting Bull devient ainsi champion 2007 de la Top ligue Ouest A. Lors du Top challenge, le club de Kobe écrase Chubu Electric Power (112-00) avant de battre difficilement Secom Rugguts (10 à 03). A un pas de la remontée en Top League, World Fighting Bull échoue malheureusement en barrage contre IBM Big Blue (défaite 17 à 20), le 9 mars 2008.

1518203329-3364756735.jpg
Le 9 mars 2008, World Fighting Bull s'incline en match de barrage contre IBM Japan Big Blue (20 à 17)

La saison suivante, World Fighting Bull termine 3ème de la Top ligue Ouest A, derrière notamment Honda Heat. Le club de Suzuka domine le club de Kobe grâce à sa nouvelle recrue au poste d'ailier venue tout droit de l'université de Keio, un certain Akihito Yamada. L'équipe de Kobe ne se qualifiera pas pour le Top Challenge. Le pire est malheureusement à venir...

World Co. est en proie à de graves difficultés financières. Trop gourmande, la société japonaise a dépensé sans compter et n'a plus les moyens d'entretenir une équipe professionnelle. En mars 2009, la dissolution du club est décidé. Les joueurs pros quittent le club. Ainsi le fidjien Ifeireimi Rawaqa et le tongien Joseph Vaka rejoignent Toyota Shokki Shuttles, club de Top ligue Ouest A qui ambitionne de monter en Top League, tandis que Shaun Webb rejoint quant à lui le club de Fukuoka, Coca-Cola West Red Sparks, en Top League... 

Les joueurs amateurs rejoignent quant à eux le club non-corporatif de Rokko Sea Hawks. Le club est rebaptisé Rokko Fighting Bull. Ainsi se termine l'histoire de cet ancien club japonais de rugby, aujourd'hui oublié de tous (ou presque)...
 
Liste des internationaux japonais passés par World Fighting Bull:

Tetsuya Higashida ( - , un cap): ancien ailier de World. Il connaîtra une sélection avec le Japon lors de la célèbre défaite du Japon au Pays de Galles (29 à 24), le 22 octobre 1983, avant de rejoindre par la suite le tout jeune club de Kobe.

Toshitaka Kimura (1963- , 10 caps): ancien pilier de World. Il rejoint le club de Kobe dès sa création. Il est connu comme le premier international japonais de l'équipe (1984 à 1987). Appelé par le sélectionneur Katsumi Miyaji, il participera à la tout première coupe du monde de rugby en 1987. Il aura remporté le championnat d'Asie des nations en 1984.

Katsuhiro Matsuo (1964- , 23 caps): ancien ouvreur de World. Le joueur le plus mythique du club sans aucun doute. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha avec qui il gagne le championnat national universitaire à deux reprises (1984 et 1985), il rejoint en 1986 le jeune club de Kobe. Il remportera en 1994 le premier (et unique) titre de champion de la
 ligue Kansaï A du club nippon. Au niveau international, il connaître 23 capes entre 1986 et 1995.

Il aura participé à deux coupes du monde de rugby (1987 et 1991) et aura été titulaire à l'ouverture lors de la victoire historique contre le Zimbabwe (52 à 08), le 14 octobre 1991. Une rencontre où il aura réalisé une grosse performance. Après sa retraite de joueur, il deviendra entraîneur de Konan Univ. (1999-2001), puis de Aoyama Gakuin Univ. (2002) et de Ryutsu Keizai Univ. (2003-2008) sans oublier un passage par la sélection à 7 japonaise (200-2002).

Mitsuo Fujikake ( - , 4 caps): ancien centre de World. Il remporte en 1994 le premier (et unique) titre de champion de la ligue Kansaï A du club nippon. Appelé par le sélectionneur Osamu Koyabu, il connaîtra quatre capes avec le Japon entre 1993 et 1995. Il remportera le championnat d'Asie des nations en 1994.

Tomoya Haneda (1968- , un cap): ancien 2ème ligne de World. Il remporte en 1994 le premier (et unique) titre de champion de la ligue Kansaï A du club nippon. Il sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Osamu Koyabu, il connaîtra une première et unique cape avec le Japon le 11 février 1995 lors de la lourde défaite contre les Tonga (47 à 16).

Masahiro Kurokawa (1975- , 8 caps): ancien 3ème ligne de World. Il sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% 
Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Seiji Hirao, il connaîtra huit capes avec le Japon entre 1998 et 2000. Il remportera le championnat d'Asie des nations à deux reprises (1998 et 2000).

Koji Fukuoka (1975- , 2 caps): ancien arrière de World. Il sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% 
Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Seiji Hirao, il connaîtra deux capes avec le Japon en  2000, contre les Fidji (défaite 47 à 22) et les Samoa (défaite 68 à 09).

Masanori Tatsukawa (1972- , un cap): ancien talonneur de World. Il sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Seiji Hirao, il connaîtra une première et unique cape avec le Japon le 10 juin 2000 lors de la très lourde défaite contre les Samoa (68 à 09).

Noboru Yasuda (1974- , 2 caps): ancien talonneur de World. Il rejoint le club de Kobe à la fin des années 1990 et sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Seiji Hirao, il connaîtra deux capes avec le Japon en 2000. 

Michinori Oda ( - , 5 caps): ancien arrière de World. Il sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Seiji Hirao, il connaîtra cinq capes avec le Japon en 2000. Il remportera le championnat d'Asie des nations cette année-là.

Ryohei Miki (1978- , 9 caps): ancien centre de World Fighting Bull. Il rejoint le club de Kobe au début des années 2000. International nippon à neuf reprises entre 1999 et 2004, il n'aura jamais participé à une coupe du monde de rugby. La tournée désastreuse de novembre 2004 des Brave Blossoms mettra un terme à sa carrière internationale. 

Masatoshi Mukoyama (1975- , 6 caps): ancien centre de World Fighting Bull. Il rejoint le club de Kobe à la fin des années 90 et sera finaliste malheureux du championnat japonais lors de la finale 100% Kobe contre le rival Kobe Steel en 2000 (35 à 26). Appelé par le sélectionneur Mitsutake Hagimoto, il connaîtra six capes en 2004 mais la tournée désastreuse de novembre de cette année-là des Brave Blossoms mettra un terme à sa carrière internationale.

Shotaro Onishi (1978- , 33 caps): ancien centre de World Fighting Bull. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha avec qui il remporte la ligue Kansaï en 1999, il rejoint en 2001 World Fighting Bull, le club de Kobe et rival de Kobelco Steelers. Il y restera cinq saisons avant de signer chez Yamaha Jubilo (2006 à 2009). En 2009, il rejoint Kintetsu Liners où son adresse au pied va permettre au club de connaître de meilleurs résultats depuis bien longtemps, atteignant ainsi une magnifique 5ème place en championnat lors de la saison 2011/2012. En 2013, il quitte le club d'Higashiosaka et tente alors une dernière aventure chez Toyota Industries Shuttles, club où il évolue toujours.

International japonais à 33 reprises entre 2000 et 2003, Shotaro Onishi aura participé à la coupe du monde de rugby de 2007en France. Il est ainsi connu pour sa célèbre transformation dans les arrêts de jeu de l'égalisation lors du mach nul du Japon face au Canada (12 à 12). Il aura remporté avec les Brave Blossoms le championnat d'Asie des nations en 2006 et le tout premier tournoi des 5 nations asiatique en 2008.

Yohei Shinomiya (1978- , 3 caps): ancien ailier de World Fighting Bull. Passé par l'équipe universitaire de Kanto Gakuin, il rejoint ensuite Yamaha Motor. Par la suite, il évoluera dans de très nombreux clubs à travers le monde (NorthlandBoland Cavaliers,World Fighting BullBullsManawatu TurbosKintetsu LinersParmeAix-en-ProvenceReggio). Appelé par le sélectionneurShogo Mukai, il connaîtra trois sélections avec le Japon en 2003. Egalement international japonais à 7 de rugby, il remporte avec le Japon les jeux asiatiques de Doha de 2006.

Depuis sa retraite de joueur en décembre 2013, il est devenu le manager de l'équipe féminine de rugby à 7 de Tokyo Phoenix. Au niveau de sa vie privée, il est mariée depuis juin 2013 avec l'ancienne capitaine de l'équipe féminine de volley-ball du Japon,Erika Araki, avec qui il a eu une fille en janvier 2014.

Touriki Mau (1977-, 6 caps): ancien 3ème ligne de World Fighting Bull. D'origine tongienne, Il rejoint Ricoh en 2000 en provenance de l'équipe universitaire de Daito Bunka. Il rejoindra en 2004 la grosse équipe de World Fighting Bull, club rival de Kobelco Steelers à Kobe
Le 30 septembre 2006, lors de la défaite cinglante des World Fighting Bull sur la pelouse des Sanyo Wild Knights (07-53), le 3ème ligne s'emporte et crache sur les arbitres de la rencontre en plus de les insulter. 

Il sera 
suspendu une rencontre suite à ce mauvais geste. Il évoluera plus tard avec Canon Eagles avec qui il deviendra champion de la Top ligue Est A (2ème division nippone) en 2012. Il rejoint dans les semaines qui suivent le club de Fukuoka Sanix Bluesavant de le quitter et de prendre sa retraite sportive en 2013. En sélection, il aura joué six fois avec le Japon et est connu pour avoir obtenu la nationalité nippone le 15 août 2005.

Shaun Webb (1981- , 35 caps): ancien ouvreur de World Fighting Bull. Néo-zélandais d'origine, il évolue tout d'abord avec Kobelco Steelers de 2005 à 2007 avant de rejoindre ensuite le club rival local de Kobe. Il jouera deux saisons avec le club en 2ème division japonaise jusqu'à sa dissolution en mars 2009. Il s'engage alors ensuite avec Coca-Cola Red Sparks de 2009 à 2013 avant de rejoindre ensuite NEC Green Rockets (où il joue toujours à l'heure actuelle).

International japonais à 35 reprises entre 2008 et 2011, il est l'un des hommes de bases de la sélection nippone pour le sélectionneur John Kirwan. Ayant pris la nationalité japonaise en 2011, il participera cette année-là à la coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande. Avec les Brave Blossoms, Shaun Webb aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique à quatre reprises (2008, 2009, 2010, 2011) ainsi que la Pacific Nations Cup en 2011.

 

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.