Une grande équipe historique japonaise: Kamaishi Seawaves
Auteur:
Hinato
Publié le: 12/06/2013


1518469142-729729sanstitrejgjgj.jpg

Nom: Kamaishi Seawaves Rugby Football Club

Couleur: bleu et jaune

Année de fondation: 1959

Affiliation ligue: Top Ligue Est A

Palmarès:

Tournoi national des sociétés:

Titres: 1971, 1977, 1979, 1980, 1981, 1982, 1983, 1984, 1985

Finaliste: 1987

All Japan Championship:

Titres: 1977, 1979, 1980, 1981, 1982, 1983, 1984, 1985

Finaliste: 1970, 1971
 

Kamaishi Seawaves est actuellement en Top ligue Est A (2ème division japonaise) Ce nom ne vous dit peut-être sans doute rien mais ce club a un long passé dont nous allons dévoiler les principaux faits. En 1959, les dirigeants de l'aciérie Fuji Steel crée leur propre équipe de rugby pour divertir leurs salariés. Le club est baptisé Fuji Steel Kamaishi. Jusqu'à cette époque, le rugby était alors très peu répandu dans la préfecture d'Iwate, mis à part au niveau lycéen. Les couleurs du club sont un maillot rouge à col blanc et un short blanc. On retiendra que Soichiro Matsuda aura été le tout premier entraîneur du club. Il n'officiera qu'une saison avant de laisser sa place à Akio Kanoya (1961-1965). A cette époque, le club est alors loin de jouer les premiers rôles. Il faut ainsi attendre 1963 pour voir le club nippon atteindre les phases finales du tournoi national des sociétés.

Fuji Steel Kamaishi est éliminé dès le premier tour par Osaka Police mais participera 30 ans consécutivement au tournoi. L'année suivante, l'équipe est à nouveau éliminée au premier tour, contre JGSDF Camp Itami (11 à 09). Mais le club de Kamaishi monte en puissance et tombe au 2ème tour, en 1965 et en 1966, respectivement contre Kintetsu (17 à 09) et Kyoto City Hall (08-08). De 1965 à 1969, Aoi Kenji deviendra le 3ème entraîneur historique du club. De 1967 à 1970, Fuji Steel Kamaishi atteint quatre fois de suite les 1/2 finales mais tombe à chaque fois: en 1967 contre Kintetsu (20 à zéro), puis contre Toyota Motor Corporation en 1968 (11 à 05), 1969 (19 à 08) et 1970 (21 à 03). En 1969, Yoshiaki Ichiguchi est nommé nouvel entraîneur de l'équipe de Kamaishi (1969-1972). En 1970, Fuji Steel Kamaishi atteint pour la première fois de son histoire la finale du All Japan Championship mais s'incline 29 à 13 contre Nippon Sport Science University.

Juste auparavant, le 2ème ligne du club Masayoshi Ito joue sa première et unique cape avec le Japon, le 
9 mars 1969 lors de la victoire face à Hong Kong (24 à 22). Il devient le premier international nippon de rugby de l'histoire du club. En 1970, Fuji Steel fusionne avec l'autre géant japonais de l'aciérie, Yawata Steel. Nippon Steel vient de naître. Le club est alors rebaptisé Nippon Steel Kamaishi. Ce dernier et le grand club de Yawata Steel (rebaptisé depuis la fusion Nippon Steel Yawata), appartiennent dès lors à la même entreprise. Les dirigeants de Nippon Steel vont dès lors privilégier le club de Kamaishi, au détriment de Nippon Steel Yawata et recruter les meilleurs joueurs japonais possibles de l'époque.

C'est cette même année qu'un certain jeune joueur de Doshisha Univ., Osamu Koyabu, intègre l'effectif. Dès 1971, Nippon Steel Kamaishi remporte ainsi son premier titre de champion du Japon (tournoi national des sociétés alors) face à Ricoh (06-06). Le match ayant abouti sur un match nul, les deux équipes ont été déclarées championnes. La même année, les rouges et blancs s'inclinent en finale du All Japan Championship face à la célèbre équipe universitaire de Waseda Univ. (30-16). En 1972, Nakanishi Shigemitsu succède à Yoshiaki Ichiguchi.

Le champion du Japon en titre est éliminé dès le 2ème tour du tournoi national des sociétés face à Mitsubishi Motors Kyoto (28 à 20). Les trois années suivantes, le club de Kamaishi sera éliminé en 1/2 finale: en 1973 contre Mitsubishi Motors Kyoto (21 à 07) et en 1974 et en 1975 contre Kintetsu (31 à 13, puis 14-14). En 1976, Nippon Steel Kamaishi ne passe pas le second tour, vaincu par Mitsubishi Motors Kyoto (19 à 14). Après ces années de disette, Nakanishi Shigemitsu est logiquement licencié et Osamu Koyabu, ancien joueur du club et ancien international nippon, est nommé nouvel entraîneur.

1518469146-780111img1.jpg
Le centre Shigetaka Mori aura marqué son époque

L'arrivée qui plus est d'une superbe génération va changer la donne. On parle alors de joueurs mythiques du club: le pilier Koji Horaguchi, le pilier Jiro Ishiyama, le 2ème ligne Kiyoshi Segawa, le 3ème ligne Michihito Chida, le centre Shigetaka Mori, sans oublier l'ouvreur Yuji Matsuo. Mythique joueur de Nippon Steel Kamaishi, il est considéré comme l'un des plus grands ouvreurs de l'histoire du rugby japonais, ni plus ni moins. Ainsi en 1977, l'équipe remporte le deuxième titre du Japon de son histoire face à Toyota Motor Corporation (27 à 03).

Mieux, le club de Kamaishi réalise le premier doublé historique de son histoire avec sa victoire en finale du All Japan Championship contre Waseda Univ. (27 à 12)! En 1978, Toyota Motor Corporation (futur champion) prend sa revanche en 1/2 finale du tournoi national des sociétés et élimine Nippon Steel Kamaishi (16 à 14). Mais la jeunesse prometteuse du club arrive à maturité et va régner comme jamais sur le rugby nippon. De 1979 à 1985, les rouges et blancs remportent tous les titres possibles et réalisent ainsi sept doublés consécutif, un record que seul Kobe Steel réussira plus tard à faire!


Nippon Steel Kamaishi gagne ainsi sept titres de champion du Japon consécutifs: en 1979 contre Mitsubishi Motors Kyoto (15 à 03), en 1980 et 1981 contre Tokyo Sanyo (27-13 puis 31-15), en 1982 et 1983 contre Toyota Motor Corporation (19 à zéro puis 16 à zéro), en 1984 contre Toshiba Fuchu (31 à zéro) puis en 1985 contre Kobe Steel (22 à zéro). 

1518469135-360267kamaishi001thumb400x36820048.jpg Nippon Steel Kamaishi remporte durant la même période sept titres en All Japan Championship consécutifs: en 1979 contre Nippon Sport Science University (24 à zéro), en 1980 contre Meiji Univ. (32 à 06), en 1981 contre Doshisha Univ. (10 à 03), en 1982 contre Meiji Univ. (30 à 14), puis de 1983 à 1985 contre Doshisha Univ. (21 à 08, 35 à 10 et 31 à 17).

Un règne qui n'aura pas été gêné en quoi que ce soit pas les changements d'entraîneurs avec l'unique saison du retraité Shigetaka Mori (1981-1982), successeur d'Osamu Koyabu (1976-1981) et de Yuji Matsuo (1982-1985), alors joueur-entraîneur.
A cette époque, le club jouera également des matchs prestigieux contre la France notamment en 1984 contre le XV de France. L'international français de l'époque, Serge Blanco se souviendra d'un excellent passage et y pensera après le tsunami du 11 mars 2011, livrant la petite ville avec la livraison de nombreux vêtements d'hiver pour les habitants.

Le règne des rouges et blancs touche à sa fin en 1985, l'année où le capitaine joueur-entraîneur emblèmatique de l'équipe, Yuji Matsuo, prend sa retraite après le dernier titre du All Japan Championship obtenu contre Doshisha Univ.. Une longue page vient de se terminer pour cette grande terre de rugby.


L'absence incroyable d'entraîneur sur le siège lors de la saison 1985-1986 accélère le processus. Malgré une première expérience très moyenne, Nakanishi Shigemitsu retrouve le poste d'entraîneur de l'équipe et Nippon Steel Kamaishi jouera une dernière finale du tournoi national des sociétés, en 1989, perdue face à Toyota Motor Corporation (19-06). Après seulement deux saisons (1986-1988), il sera à nouveau licencié.
1518469240-624920d016463610898.jpg
L'ouvreur Yuji Matsuo, star des années 70/80 de Nippon Steel Kamaishi

Le club de Kamaishi rentre alors dans le rang tandis que commence le long règne de Kobe Steel. Dans la toute nouvelle ligue Est crée en 1988, les rouges et blancs vont peu à peu laisser la place à d'autres gros clubs qui prènent à leur tour le devant de la scène. Les résultats de plus en plus désastreux ont raison de l'entraîneur Atsuyuki Kaneko (1988-1992).

Ce dernier est alors remplacé poste pour poste par Kensuke Urano, qui ne durera guère plus longtemps (1992-1994). Malgré la présence du 2ème ligne Yoshihiko Sakuraba, dernier grand joueur du club et célèbre international nippon qui participera à trois coupes du monde de rugby (1987, 1995 et 1999), Nippon Steel Kamaishi poursuit sa descente. En 1993, les rouges et blancs participeront à leur dernière phases finale du tournoi national des sociétés...

Entraîneur du club de 1994 à 1997, Ichiro Kobayashi, ancien joueur de Nippon Steel Kamaishi et ancien international nippon, saute à son tour après des résultats désastreux (une victoire pour 20 défaites en ligue Est A en trois saisons!). Son successeur Yoshiyuki Takahashi ne va faire guère mieux. Deux maigres victoires en quatre saison et une relégation en 2ème division à l'issue de la saison 2000/2001... Au début des années 2000, en raison de la récession et des chutes des affaites de 
Nippon Steel, l'entreprise japonaise décide de ne plus financer son équipe de rugby.

En 2001, la nouvelle équipe est ainsi crée avec l'aide de la population et des entreprises locales. Une grande partie des actions sont rachetées par des petites compagnies de la région et de 
Kamaishi. Le club n'est plus un club corporatif. L'équipe est dès lors rebaptisé Kamaishi Seawaves, "vagues de la mer", en référence à la mer qui côtoie la ville. Car Kamaishi est un petit port de 40 000 habitants qui se situe au bord de l'Océan Pacifique. Les couleurs de l'équipe changent et deviennent jaune et bleu.

1518469139-661067sakuraba.jpg
Yoshihiko Sakuraba, entraîneur-chef
de Kamaishi Seawaves de 2002 à 2006
Lors de la saison 2001/2002, Kamaishi Seawaves ne termine que 4ème de la ligue Kanto A et ne remonte pas en première division. En 2002, l'ancien international japonais, Andrew McCormick, qui vient tout juste de quitter son poste d'entraîneur de Toshiba Fuchu, devient manager de Kamaishi Seawaves. Vainqueur de la ligue Kanto B en 2002, l'équipe échoue en math de barrage de montée face à NEC (78 à 26). De fait lors de la création de la Top league japonaise en 2003, le mythique club nippon démarre en Top Ligue Est A (2ème division japonaise).

Lors de la saison 2003/2004, les bleus et jaunes terminent 3ème du championnat et échoueront en Top challenge. Entraîneur-chef de Kamaishi Seawaves depuis 2002, le légendaire Yoshihiko Sakuraba prend la relève mais échouera aussi dans cet objectif. Il quittera son poste après quatre saison (2002-2006).


 

Akihiro Ikemura lui succédera mais comme ses prédécesseurs n'arrivera pas à faire monter le club en Top league japonaise.  Il quittera son poste en 2011, l'année du terrible tsunami... Le 11 mars 2011, la ville de Kamaishi est dévastée par le tsunami dévastateur qui ravage la côte est de l'archipel japonais. Beaucoup de personnes périssent ce jour-là à l'image de Masafumi sano, ancien joueur du club dans les années 70/80. De nombreux joueurs et anciens joueurs (à l'image de  Yuji Matsuo) crée une association, le 4 mai 2011, afin de venir en aide à la population locale et aider à reconstruire une ville en ruine.

Actuellement le maire de 
Kamaishi et de nombreux supporters  et acteurs importants de la ville font campagne pour la création du futur stade de rugby de Kamaishi, pour accueillir plusieurs rencontres de la coupe du monde de rugby de 2019 au JaponNous espérons grandement que la petite ville aura son futur stade pour la coupe du monde.

Car 
Kamaishi, pas épargnée par les tsunamis dans son histoire, possède un argument de poids avec la présence d'un des plus grands clubs japonais de rugby de l'histoire chez elle. Kamaishi Seawaves, c'est 9 titres de champions du Japon et 8 All Japan Championship, soit le plus gros palmarès dans l'histoire d'un club japonais avec Kobelco Steelers. Cette saison 2013/2014, le club de Kamaishi évoluera en ligue Est A (2ème division japonaise) et tentera enfin de monter pour la première fois de son histoire dans la récente Top League japonaise.

Liste des internationaux japonais passés par Kamaishi Seawaves

Masayoshi Ito ( - , un cap): ancien 2ème ligne de Fuji Steel Kamaishi, il aura connu une sélection avec les Cherry Blossoms le 9 mars 1969 lors de la victoire face à Hong Kong (24 à 22). Un succès qui lui permettra ainsi de remporter la toute première édition du championnat d'Asie des nations. Il est connu comme le premier international japonais de l'histoire du club.

Koji Miyata ( - , 4 caps): ancien centre de Nippon Steel Kamaishi. International nippon à 4 reprises, il aura participé aux deux célèbres tests match contre l'Angleterre en 1971 et aura remporté le championnats d'Asie des nations de 1972.

Osamu Koyabu (1947- , un cap): ancien ouvreur de Nippon Steel Kamaishi, il est une star de l'équipe universitaire de Doshisha avec qui il gagne à plusieurs reprises la ligue Kansaï A avant de rejoindre en 1970 le club de Kamaishi. Il remportera le doublé championnat/All Japan Championship en 1977 en étant entraîneur-joueur.

A l'issu de cette année-là, il prend sa retraite. Il sera entraîneur de Nippon Steel Kamaishi de 1976 à 1981 et sera pour beaucoup dans le début de la domination du club sur le rugby nippon. Appelé par le sélectionneur Ryo Saito, il jouera son unique match avec les Cherry Blossoms le 23 novembre 1974 lors de la victoire contre le Sri Lanka (44 à 06), ce qui lui vaudra de gagner le championnat d'Asie des nations. Il retrouvera l'équipe du Japon en 1992 lorsqu'il sera nommé sélectionneur et succédera à Hiroaki Shukuzawa. Mais la coupe du monde catastrophique de 1995 en Afrique du sud, avec le célèbre désastre de Bloemfontein face à la Nouvelle-Zélande (145 à 17), auront raison de lui.


Toru Wada (1950 - , 8 caps): ancien pilier de Nippon Steel Kamaishi, il contribuera au premier doublé du septuplé historique du club en 1979. International nippon à 8 reprises entre 1975 et 1980, il n'aura jamais gagné un match avec le Japon.

Kazuo Muraguchi ( - , 2 caps): ancien ailier de Nippon Steel Kamaishi. Appelé par le sélectionneur Hisashi Yokoi, il connaîtra deux capes en 1976 avec le Japon et remportera le championnat d'Asie des nations cette année-là.

Takeshi Hatakeyama ( - , 9 caps): ancien 2ème ligne de Nippon Steel Kamaishi, il aura connu neuf capes avec les Cherry Blossoms et aura remporté deux championnat d'Asie des nations (1976 et 1978).

Akemi Namura ( - , un cap): ancien 1/2 de mêlée de Nippon Steel Kamaishi. Appelé par le sélectionneur Ryo Saito, il connaîtra une sélection avec le Japon lors de la défaite face à Oxford Univ. (16 à 20), le 27 mars 1977.

Ichiro Kobayashi ( - , 5 caps): ancien 3ème ligne de Nippon Steel Kamaishi, il aura connu un beau palmarès avec le club. International nippon à 5 reprises entre 1977 et 1982, il n'aura rien gagné avec le Japon. Après sa retraite, il entraînera Nippon Steel Kamaishi de 1994 à 1997 avec un parcours très peu glorieux (une victoire et 20 défaites en trois saisons).

Kiyoshi Segawa ( - , 18 caps): ancien 2ème ligne de Nippon Steel Kamaishi, il participe aux fameuses sept victoires consécutives en championnat et en All Japan Championship. International nippon à 18 reprises entre 1980 et 1985, il remportera le championnat d'Asie des nations avec le Japon en 1980.

Jiro Ishiyama (1957- , 18 caps): ancien pilier de Nippon Steel Kamaishi, il participe aux fameuses sept victoires consécutives en championnat et en All Japan Championship. International nippon à 18 reprises entre 1980 et 1985, il remportera le championnat d'Asie des nations avec le Japon en 1980.

Yuji Matsuo (1954- , 24 caps): ancien ouvreur et légende de Nippon Steel Kamaishi. Passé par l'équipe universitaire de Meiji, il est issu d'une belle famille de rugby. Son frère Yusuke Matsuo avait évolué avec lui chez le club de Kamaishi tandis que son autre frère, Yugo Matsuo, avait joué quand à lui chez Mitsubishi Motors Kyoto.

Il est la star de l'époque de Nippon Steel Kamaishi avec qui il réalisera le célèbre septuplé championnat/
All Japan Championship entre 1979 et 1985. Il sera à noter joueur-entraîneur du club à la fin de sa carrière, de 1982 à 1985, rendant encore plus son parcours incroyable. International nippon à 24 reprises entre 1974 et 1984, il remportera deux championnats d'Asie des nations avec le Japon (1974 et 1976) et sera notamment de la célèbre défaite au Pays de Galles (29 à 24) le 22 octobre 1983. Après sa carrière, il sera de 2004 à 2012 le manager de l'équipe universitaire de Seijo.

Shigetaka Mori (1951 - , 27 caps): ancien centre de Nippon Steel Kamaishi. Il aura participé au début de la domination du club sur le rugby japonais. Célèbre international et capitaine nippon dont il aura porté le maillot à 27 reprises entre 1974 et 1981, il aura notamment remporté le championnat d'Asie des nations en 1976 et en 1980.

Hideo Kobayashi (1961- , 7 caps): ancien centre de Nippon Steel Kamaishi. Passé par l'équipe universitaire de Meiji, il rejoint ensuite Nippon Steel Kamaishi. Blessé au cou en 1988, il rejoint ensuite Chitaka International Foods, la boîte de son beau-père. Il y travaille toujours à l'heure actuelle. International nippon à 7 reprises entre 1983 et 1986, il aura gagné avec le Japon le championnat d'Asie des nations en 1984.

Michihito Chida (1958- , 26 caps): ancien 3ème ligne de Nippon Steel Kamaishi. Il réalisera le célèbre septuplé en championnat et en All Japan Championship avec les rouges et blancs. International nippon à 26 reprises, il participera à la toute première coupe du monde de rugby en 1987. Il remportera deux championnat d'Asie des nations avec le Japon, en 1980 et en 1984. 

Koji Horaguchi (1953-1999 , 24 caps): ancien pilier de Nippon Steel Kamaishi. Il est l'un des célèbres tauliers de l'équipe qui réalisera le septuplé championnat/All Japan Championship entre 1979 et 1985. Il est connu comme le premier international japonais de l'histoire à participer à une coupe du monde de rugby, lors de l'édition de 1987. Il décédera le 27 juin 1999 lors d'un tragique accident de voiture à seulement 45 ans.

Yoshihiko Sakuraba (1966- , 43 caps): ancien 2ème ligne de Nippon Steel Kamaishi. Passé par Akita Technical HS et Hosei Univ., il rejoint ensuite le club de Kamaishi où il fera tout le reste de sa carrière jusqu'en 2001. Il sera par la suite l'entraîneur-chef de Kamaishi Seawaves entre 2002 et 2006. En 2013, il fait partie des six ambassadeurs nommés pour la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon. Célèbre international nippon, il aura connu 43 capes entre 1986 et 1999 et aura ainsi participé à trois coupes du mondes de rugby (1987, 1995 et 1999).

Il aura été du 
désastre de Bloemfontein face à la Nouvelle-Zélande (145 à 17), lors de la coupe du monde de rugby de 1995 en Afrique du sud. Il prendra sa retaite internationale à l'issue de la coupe du monde de rugby de 1999. Avec le Japon, Yoshihiko Sakuraba aura gagné deux championnats d'Asie des nations en 1992 et en 1996.


 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.