Suntory Sungoliath: le grand rival des Brave Lupus
Auteur: 
Hinato
Publié le: 14/07/2014


1518475800-527075jerseysuntory1st.gif

Nom: Suntory Sungoliath

Couleur: jaune et noir

Année de fondation: 1980

Affiliation ligue: Top League

Palmarès:

All Japan Championship:

6 titres: 1996, 2001, 2002, 2011, 2012 et 2013

Finaliste (3 fois): 2003, 2008 et 2009


Top League:

titres: 2008, 2012 et 2013

Finaliste (3 fois): 2007, 2011 et 2014


Tournoi national des sociétés:

3 titres: 1996, 2002 et 2003

Finaliste (3 fois): 1990, 1998 et 1999


Microsoft Cup:

Un titre: 2008

Finaliste (deux fois): 2006 et 2007


Ligue Est:

6 titres: 1989, 1997, 1998, 2000, 2001 et 2002
 
1518475816-25236401ph.jpg
Le tout premier maillot de l'histoire de Suntory, en 1980
 

L'équipe de Suntory lors d'une rencontre
de championnat au début des années 80
 
Rival historique et local de Toshiba Brave LupusSuntory Sungoliath est un club de rugby japonais assez jeune. Aux origines, c'est un certain Taku Otsuka, ancien international nippon qui a l'idée durant les années 70 de créer un club de rugby à Fuchu, dans l'ouest du centre de Tokyo, plus précisément dans la société de Suntory. Il faudra attendre 1980 pour voir le club naître.

A cette époque, 
Taku Otsuka, alors président fondateur et historique du club de rugby de Suntory, réussit à engager Iwao Yamamoto, célèbre joueur de Ricoh dans les années 70 et tout juste nouveau sélectionneur du Japon, comme manager de l'équipe. Mais à sa naissance, très peu de joueurs de l'entreprise font partie du club. Face à cette pénurie, on va chercher les joueurs dans le volley-ball et le football américain notamment.
Démarrant dans la troisième division de la ligue KantoSuntory va accéder dès 1982 à la première division après deux saisons où il terminera champion!

Le club se donnera vite une notoriété en recrutant plusieurs très bons joueurs dans les années 80 dont le célèbre ouvreur de l'équipe universitaire de 
WasedaKazuhiko HonjoIwao Yamamoto, alors sélectionneur du Japon et manager de Suntory, sélectionnera de nombreux joueurs de son club avec les Cherry Blossoms

Yoshimitsu Konishi, 1/2 de mêlée ayant rejoint le club de Fuchu dès sa création, fêtera ainsi sa première sélection dès 1980. Le premier grand fait historique du club sera en 1989 avec le premier titre obtenu dans la toute nouvelle ligue Est !
1518475870-822051080614811.jpg
Masato Tsuchida, sous le maillot de Suntory
au début des années 90

Cette saison-là, l'équipe atteindra le finale du championnat corporatif japonais et s'inclinera en finale contre l'armada de Kobe Steel (28 à 15). Il faudra toutefois attendre la saison 1995/1996 pour voir enfin Suntory remporter un nouveau titre. Durant l'été 1995, les dirigeants recrutent notamment deux très gros espoirs nippons: le talonneur Masaaki Sakata (Hosei) et le pilier Shin Hasegawa (Chuo).
 
1518475878-436289080715107.jpg
Le manager Masato Tsuchida remporte
le premier doublé historique du club en 1996!
Cette saison-là, Masato Tsuchida, ancien 3ème ligne de l'équipe et ancien international nippon, devient le nouveau manager de l'équipe. Cette saison-là, le club créera l'évènement en éliminant en 1/2 finale du championnat corporatif japonais, le septuple champion en titre, Kobe Steel (17-17), le 28 janvier 1996, grâce à un meilleur nombre d'essais!

Le très expérimenté ailier
Toshiro Yoshino (35 ans) et le 3ème ligne Katsuyuki Kiyomiya étaient les hommes du match. Suntory remportera son premier titre de champion du Japon en faisant match nul quelques jours plus tard en finale contre Sanyo (27 à 27).

L'équipe réalisera même un doublé historique en gagnant le premier 
All Japan Championship de son histoire après sa victoire en finale (49 à 24) contre l'équipe universitaire de Meiji. La saison 1996/1997 qui suit est malheureusement au contraire une saison totalement blanche.
Masato Tsuchida, temporairement assistant du sélectionneur Seiji Hirao avec le Japon de 1997/1998, les dirigeants de Suntory, sur conseil d'Iwao Yamamoto, engage alors le jeune australien Eddie Jones (assistant de Yamamoto avec le Japonen 1996) comme manager de l'équipe une saison.

Après un nouveau titre acquis en ligue Est , l'équipe s'inclinera en finale du championnat corporatif japonais face à son rival de 
FuchuToshiba Fuchu (14 à 06). Malgré ce revers contre l'ennemi juré, ce sera une belle expérience pour le technicien australien qui reviendra dans le club plus tard.

En 1998, 
Masato Tsuchida retrouve son poste de manager. L'équipe quant à elle se renforce cette année-là avec les arrivées du 2ème/3ème ligne Naoya Okubo (Hosei) et de l'ouvreur Keisuke Sawaki notamment.
1518475934-8038340807151141.jpg
En 1998, le Suntory d'Eddie Jones s'incline
en finale du championnat japonais
face au rival Toshiba Fuchu (14 à 06)
1518475969-304757080815305.jpg
Le 3 juin 2001 au Chichibunomiya Stadium de Tokyo,  Suntory fait tomber le Pays de Galles!
Cette saison 1998/1999, Suntory remporte une nouvelle fois la ligue Est A (avec Sanyo) mais s'incline en finale du championnat corporatif japonais (28 à 27) contre Toyota Motor Corporation. En 2000, Suntory engage un jeune ailier très prometteur qui va marquer l'histoire du club et du rugby japonais, un certain Hirotoki Onozawa (Chuo). Grâce à ce joueur très rapide et aux appuies de feu, l'équipe réalise le doublé ligue Est et All Japan Championship (match nul 21-21 contre Kobe Steel).

En 2001, un autre excellent joueur universitaire intègre l'effectif notamment. Il s'agit de l'arrière
 Toru Kurihara (Keio). Ce dernier se distinguera un certain 3 juin 2001 en inscrivant 20 des 45 points de la victoire historique de l'équipe de Suntory contre le Pays de Galles sur le score incroyable de 45 à 41!

Lors de la saison 2001/2002, Suntory est à son apogée de l'époque et réalise son premier et unique triplé de son histoire: ligue Est, championnat corporatif japonais (50 à 31 contre Kobe Steel) et All Japan Championship (28 à 17 contre Kobe Steel). Le club de Fuchu rivalise et domine le mythique club de Kobe dans le début des années 2000. 
 
En 2002, le 2ème australien Jamie Washington, en provenance des Queensland Reds, s'engage avec Suntory. Cette saison-là, l'équipe remporte sa troisième ligue Est consécutive et remporte le championnat corporatif japonais après sa victoire en finale contre le rival de toujours, Toshiba Fuchu (38 à 25).

Le club de 
Fuchu ne réalisera pas cette fois-ci malheureusement le triplé après sa défaite en finale du All Japan Championship (36 ) 26) contre NEC. 2003 marque une nouvelle page pour le club nippon. La Top League japonaise voit le jour. Le club est rebaptisé Suntory Sungoliath, "Sun" pour soleil et "Goliath", pour l'ancien géant dans l'ancien Testament. Le gorille, mascotte de l'équipe, symbolise alors la ténacité, la tendresse et le spirituel.
1518475993-595553logosuntory.gif

Le logo de Suntory Sungoliath en 2003
1518476037-981516080915502.jpg
Le 1/2 de mêlée Kiyonori Tanaka sous le maillot de Suntory Sungoliath lors de la saison 2005/2006
Au niveau du staff, Masato Tsuchida quitte son poste après des années de victoires et est remplacé par Ryuji Nakatake au poste de manager. Si la majorité des joueurs nippons ont un statut de salarié de l'entreprise, plusieurs obtiennent un contrat de professionnel à l'image de l'international japonais Hirotoki Onozawa cette année-là.

Au niveau des transferts, le jeune centre universitaire de 
WasedaDaigo Yamashita, débarque chez les jaunes et noirs. Suntory Sungoliath participera au match inaugural de la Top League japonaise, le 13 septembre 2003 au National Stadium de Tokyo, en battant Kobe Steel (54 à 31) grâce à 4 essais d'Hirotoki Onozawa. Mais les jaunes et noirs ne termineront qu'à la 4ème place cette saison-là.

En 2004, le club de Fuchu engage notamment le 2ème ligne et ancien international australien Mark Connors (Northampton) et le centre et ancien international All Black Pita Alatini (Hurricanes). Le club réalisera l'une des pires saisons de son histoire en terminant à une désastreuse 8ème place au classement général...
 
En 2004, le club de Fuchu engage notamment le 2ème ligne et ancien international australien Mark Connors (Northampton) et le centre et ancien international All Black Pita Alatini (Hurricanes). Le club réalisera l'une des pires saisons de son histoire en terminant à une désastreuse 8ème place au classement général...

A l'été 2005, l'ancien international All Black 
Simon Maling s'engage ainsi que le centre néo-zélandais Ryan Nicholas(Highlanders), qui portera plus tard le maillot des Brave Blossoms. Au niveau du maillot, l'équipe quitte définitivement le rouge et le blanc et arbore le jaune comme couleur principale.

La saison 2005-2006,
 Suntory Sungoliath est 6ème du championnat et s'incline en finale de la Microsoft Cup face à son rival Toshiba Brave Lupus (33 à 18). Les trois saisons catastrophiques du club, marquées par aucun titre remporté, auront raison de Ryuji Nakatake, qui sera limogé.

Les dirigeants du club de 
Fuchu engage alors un certain Katsuyuki Kiyomiya comme nouveau manager du club. Ancien joueur de Suntory, ce dernier est alors quelqu'un de très convoité à cette époque après avoir fait renaître l'équipe universitaire de Waseda au début des années 2000.
1518476060-796042vol7103.jpg
Katsuyuki Kiyomiya, manager
de Suntory Sungoliath de 2006 à 2010

 

Pour avoir une équipe suffisamment compétitite, Katsuyuki Kiyomiya recrute deux de ses anciens joueurs de Waseda: le talonneur Yusuke Aoki et le 3ème ligne Takamichi Sasaki mais aussi l'arrière et capitaine emblématique de l'équipe universitaire de Kanto GakuinGo Aruga (fils de l'ancien international nippon des années 70, Ken Aruga). La saison 2006/2007 voit l'arrivée des phases finales dans la Top League japonaise. Second à l'issue de la saison régulière, le club s'incline en finale contre son rival Toshiba Brave Lupus (14 à 13). Une finale perdue dans les arrêts de jeu suite à un essai du 2ème ligne international japonais Luatangi Samurai Vatuvei. Une finale restée dans les annales de la courte histoire de la Top League japonaise, notamment dû par l'affluence pour cette rencontre de choc (23 000 spectateurs).
 
1518476097-369266mainphoto2.jpg
Le 5 septembre 2008, le 1/2 de mêlée australien George Gregan joue son premier match officiel avec Suntory Sungoliath
face à Sanyo Wild Knights, devant 15 000 personnes au Chichibunomiya Stadium (défaite 19 à 09)

A l'été 2007, Katsuyuki Kiyomiya engage un autre de ses anciens joueurs de l'équipe universitaire de Waseda, l'excellent Kensuke Hataeyama. La saison 2007/2008 sera la bonne. 2ème à l'issue de la saison régulière derrière l'intouchable équipe de Sanyo Wild Knights, Suntory Sungoliath remportera le 4ème titre de champion du Japon de son histoire en battant les rouges et noirs du club d'Ota (14 à 10), faisant ainsi le doublé Microsoft Cup! Mais les hommes de Katsuyuki Kiyomiya manqueront le triplé. Sanyo Wild Knights prendra sa revanche lors de la finale du All Japan Championship en écrasant les jaunes et noirs (40 à 18). A l'été 2008, le club de Fuchu recrute du très lourd: l'ailier anglais Uche Uduoza (Worcester Warriors), le 3ème ligne international fidjien Tomasi Soqeta mais aussi et surtout le 1/2 de mêlée et ancien international Wallabies George Gregan (Toulon). Ce dernier va se révéler un leader indispensable pour les jaunes et noirs les trois saisons à venir.
1518476117-430813suntory.jpg
Mauvaises mines pour le capitaine Takamichi Sasaki et le manager Katsuyuki Kiyomiya après l'élimination contre Nec Green Rockets. Le technicien nippon démissionnera après cet échec sanglant
Malgré ces renforts de poids, la saison 2008/2009 sera blanche avec une finale du All Japan Championship perdue contre Sanyo Wild Knights (24 à 16). A l'intersaison 2009, Eddie Jones (jusqu'ici conseiller) fait son grand retour dans le club et devient l'entraîneur-chef de l'équipe, toujours dirigée par Katsuyuki Kiyomiya.

A l'été 2009, un certain 2ème ligne universitaire, 
Shinya Makabe (Chuo) rejoint Suntory Sungoliath. 2ème à l'issue de la saison régulière, le club nippon ne remportera aucun titre encore une fois. Après deux saisons sans titres, Katsuyuki Kiyomiya en assume les conséquences et démissionne. Eddie Jones est alors propulsé au poste de manager général et a un contrôle total sur l'équipe.

Le technicien australien renforce l'effectif en faisant venir le 3/4 australien Peter Hewat (London Irish), le 3ème ligne international américain Todd Clever (Lions), l'ouvreur samoan Tusi Pisi (Toulon) et le 2ème ligne sud-africain Wayne van Heerden (Cheetahs). Mais la recrue qui se distinguera le plus cette saison-là sera japonaise. Le jeune 1/2 de mêlée Atsushi Hiwasa (Hosei), arrivée à l'été 2010, va être la révélation de la Top League japonaise 2010/2011. 4ème du championnant, Suntory Sungoliath s'inclinera en finale face à Sanyo Wild Knights (28 à 23) avant de prendre sa revanche en finale du All Japan Championship face à la même équipe (37 à 20). 
 
1518476160-112238thumb.jpg
Le 27 février 2011, Eddie Jones et ses hommes remportent le 4ème All Japan Championship de l'histoire du club!

Durant l'intersaison 2011, George Gregan prend sa retraite. Eddie Jones va profiter de l'après coupe du monde pour faire venir de très grandes stars et transformer sa grosse équipe en armada invincible: le 3ème ligne Wallabies George Smith (Toulon), et les internationaux springboks des Bulls, Danie Rossouw (2ème ligne) et Fourie du Preez (1/2 de mêlée). 

Suntory Sungoliath domine de la tête et des épaules le championnat et remporte son 5ème titre de champion du Japon face à Panasonic Wild Knights (47 à 28), le 26 février 2012. Le doublé est réalisé après la victoire en finale du All Japan Championship (21 à 09), contre Panasonic Wild Knights quelques jours plus tard.

Après trois saisons à la tête de l'équipe, le technicien australien quitte le club en triomphe et prend officiellement le poste de sélectionneur du Japon. Naoya Okubo, ancien joueur du club et membre du staff, devient le nouveau manager de l'équipe tandis que Keisuke Sawaki prend le poste d'entraîneur-chef.

 
1518476195-003hfhfgghjghjghj.jpg
Le 3ème ligne australien George Smith lors de la victoire en finale de la Top League japonaise
contre le rival Toshiba Brave Lupus (19 à 03), le 27 janvier 2013

Lors de la saison 2012/2013, Suntory Sungoliath est à son apogée. L'équipe écrase comme jamais le championnat et remporte le titre après sa finale contre Toshiba Brave Lupus (19 à 03) invaincue sur toute la saison! C'est une première pour un club japonais! Les jaunes et noirs réaliseront le doublé avec l'All Japan Championship (victoire 36 à 20 contre Kobelco Steelers). L'équipe est alors au-dessus du lot grâce à Fourie du Peez mais surtout George Smith. Le 3ème ligne australien réalise des saisons exceptionnelles au top de sa forme internationale.
1518476236-3895289602.jpg
Le 14 septembre 2013, Nemani Nadolo met fin
au record d'invincibilité de Suntory Sungoliath
Les deux titres de meilleur joueur de la Top League japonaise (2012 et 2013) témoignent de ses performances. A l'été 2013, le club perd Danie Rossouw (Toulon) et Peter Hewat (qui rentre dans le staff) mais engage l'international nippon Hendrik Tui(Panasonic Wild Knights). Mais la machine ne marche plus comme avant. Hirotoki Onozawa, symbole du club, vit une année 2013 cauchemardesque marquée par des blessures continues.

Le 14 septembre 2013, le record d'invincibilité de l'équipe (25 matchs consécutifs toutes compétitions confondues) tombent après la défaite contre le
 NEC Green Rockets de Nemani Nadolo(34 à 33) le 14 septembre 2013. Le club de Fuchu subira plusieurs défaites.
Les jaunes et noirs perdront leur titre après une large défaite (45 à 22) contre Panasonic Wild Knights le 11 février 2014. Une nouvelle page du club se tourne durant cet été. Andy Friend (ex-Canon Eagles) devient le nouvel entraîneur-chef de l'équipe, toujours dirigée par Naoya OkuboGeorge Smith (Lyon) et surtout Hirotoki Onozawa (Canon Eagles), joueur mythique du club de Fuchu, se sont engagés avec un autre club. 

Suntory Sungoliath ouvre un nouveau chapitre de son histoire en misant sur de nombreux espoirs nippons recrutés cet été: Kotaro Matsushima (Natal Sharks), Ryoto Nakamura (Teikyo), Shinnosuke Kakinaga (Waseda), Shota Emi (Gakushuin) mais aussi de nouvelles stars étrangères dont le 3ème ligne sud-africain Schalk Burger (Stormers). Parfaitement dirigée, l'équipe de Suntory Sungoliath, désormais l'une des plus puissantes du pays, devrait jouer les premiers rôles pour un très long moment encore.
 
1518476260-798915column343.jpg
Le jeune international nippon Kotaro Matsushima 

Personnages importants passés par Suntory Sungoliath:
 
Takuo Otsuka (1931- , un cap): Fondateur et président historique de Suntory. Ancien joueur évoluant au centre dans l'équipe universitaire de Kwansei Gakuin, il connaîtra une sélection avec les Cherry Blossoms lors de la défaite du Japon contre Oxford University (35 à zéro), le 1er octobre 1952. En 1980, il fonde le club de rugby de Suntory et en devient le premier président fondateur et historique. Face au manque de recrues, il engagera des joueurs de volley-ball et de football américain pour permettre à l'équipe de démarrer en championnat. En 1993, il deviendra le président du club de Suntory Foods.
 
Iwao Yamamoto (1947- , un cap): ancien manager de Suntory. Ancien ouvreur de l'équipe universitaire de Waseda, il fait parti de l'équipe qui réalise en 1966 le premier triplé historique du club. Intégrant l'équipe de Ricoh, il remporte trois titres de champion du Japon avec l'équipe de Setagaya (1971, 1973 et 1974) ainsi que deux All Japan Championship (1973 et 1974).

Il a également obtenu une sélection avec les 
Cherry Blossoms, lors de la défaite au Pays de Galles (14-62) en 1973. Après sa retraite de joueur, il devient sélectionneur du Japon à trois reprises (1980, 1982 et 1996) et deviendra le tout premier manager de l'histoire de Suntory (futur Suntory Sungoliath) lors de la création du club en 1980.

Eddie Jones (1960- ): ancien manager général de Suntory Sungoliath. Eddie Jones naît le 30 janvier 1960 à Burnie en Tasmanie (Australie). Australien de nationalité, il a cependant des origines américano-japonaises de part sa mère. Talonneur durant sa carrière de joueur, il jouera pour le club de Randwick et portera douze fois le maillot de la province de New South Wales.

Après sa retraite, il devient l'entraîneur de Randwick en 1994 avant de devenir l'entraîneur-chef de l'équipe universitaire de Tokai lors de la saison 1995/1996. En 1996, il devient coach assistant du sélectionneur nippon Iwao Yamamoto avant de devenir manager de Suntory lors de la saison 1997/1998. Eddie Jones retourne ensuite en Australie pour entraîner la province des Brumbies en Super Rugby. Malgré des débuts décevants, il gagnera le Super 12 en 2001.

Il devient alors le nouveau sélectionneur des Wallabies avec qui il remporten le Tri-Nations de 2001. Mais l'équipe connait de moins en moins le succès au point d'être derrière la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre pour les favoris pour la coupe du monde de rugby de 2003 chez elle. L'Australie fera toutefois honneur en sortant l'armada All Black en 1/2 finale et en s'inclinant en finale dans les prolongations contre l'Angleterre sur un drop de Johnny Wilkinson. Il prolonge avec la fédération australienne et refuse un poste de sélectionneur du Japon à la même époque.

Mais les Wallabies connaissent une série désastreuse (8 défaites en neuf matchs). La défaite du 2 décembre 2005 au Pays de Galles (24 à 22) est de trop pour la fédération australienne de rugby qui rompt son contrat. Le mois suivant il signe un contrat de trois ans pour devenir le nouveau entraîneur-chef des Queensland Reds. Mais la saison désastreuse (la pire de l'histoire des Reds) et l'humiliation face aux Bulls (futurs champions), 92 à 03, ont raison de lui. Ce sera de très loin la pire saison de sa carrière d'entraîneur. Une leçon qui lui permettra d'en tirer des leçons très importantes pour plus tard.

Conseiller technique de l'équipe sud-africaine lors de la coupe du monde de rugby de 2007, il rejoint le club anglais des Saracens, d'abord dans un rôle consultatif avant de devenir manager de l'équipe lors de la saison 2008/2009. En 2009, il quitte l'Angleterre et rejoint le Japon où il devient entraîneur-chef de l'équipe de Suntory Sungoliath, alors sous les ordres de Katsuyuki Kiyomiya. Après le départ de ce dernier en 2010, il devient manager général de l'équipe. Lors de la saison 2010/2011, il remporte l'All Japan Championship lors du dernier match de la carrière de l'ancien Wallabies George Gregan.

En 2011, il se constitute alors une grosse armada en faisant venir des anciennes stars étrangères qu'il a dirigé ou côtoyé: le Wallabies George Smith et les Springboks Fourie du Preez et Danie Rossouw. Le succès est au rendez-vous et Suntory Sungoliath écrase le championnat et réalise le doublé Top League/All Japan Championship en 2012. Eddie Jones, nommé nouveau sélectionneur du Japon depuis décembre 2011, quitte alors le club de Fuchu sur un succès triomphant et prend la tête de l'équipe des Brave Blossoms en vue de la coupe du monde de rugby de 2015.

 
Liste des internationaux japonais passés par Suntory Sungoliath:

Yoshimitsu Konishi (1957- , 23 caps): ancien 1/2 de mêlée de Suntory. Passé par le football jeune, il rejoint Suntory dès la création du club en 1980. Très bon joueur, il est nommé par son manager Iwao Yamamoto capitaine de l'équipe à partir de sa 5ème saison. International nippon, il est appelé en sélection dès 1980 par Iwao Yamamoto (également sélectionneur du Japon). Il remportera avec les Cherry Blossoms le championnat d'Asie des nations à deux reprises (1980 et 1984). 
 
Shogo Mukai ( - , 5 caps): ancien talonneur de Suntory. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il rejoint ensuite le club de Fuchu. Appelé par Iwao Yamamoto, il connaîtra cinq sélections avec les Cherry Blossoms en 1982. 

Kazuhiko Honjo (1960- , 10 caps): ancien ouvreur de Suntory. Ancien joueur de volley-ball, il se met au rugby en entrant dans l'équipe universitaire de Waseda. Il participe ainsi au célèbre Someisen du 6 décembre 1981 entre Waseda et Meiji, devant 66 999 spectateurs (record actuel pour un match de rugby au Japon).

Excellent ouvreur, il est une véritable star à son époque qui a permis au rugby de se populariser dans les années 80. International nippon à dix reprises, il aura malheureusement eu le malheur d'évoluer au même moment que le célèbre ouvreur de Nippon Steel Kamaishi, Yuji Matsuo, véritable star de l'époque dans le rugby japonais et indétrônable avec les Cherry Blossoms

Shinji Onuki (1962- , 15 caps): ancien ailier de Suntory. International japonais à 15 reprises entre 1984 et 1987, il participera à la coupe du monde de rugby de 1987 avec les Cherry Blossoms.

Toshiro Yoshino (1960- , 7 caps): ancien 3/4 de Suntory. Passé par l'université de Waseda où il est alors une star au même titre que Kazuhiko Honjo, il rejoint ensuite le club de Fuchu. Lors de la saison 1995/1996, il est pour beaucoup dans l'élimination en 1/2 finale du septuple champion en titre du Japon, Kobe Steel. Cette même saison, il remportera le doublé championnat (match nul 27-27 contre Sanyo) et All Japan Championship (victoire 49-24 contre Meiji). International nippon entre 1985 e 1987, il ne participera pas à la coupe du monde de rugby de 1987.

Yoshifumi Kasai ( - , 2 caps): ancien 3ème ligne de Suntory. Appelé par Hitoshi Oka, il connaîtra deux sélections avec le Japon en 1985 lors de la tournée en France

Masato Tsuchida (1962- , un cap): ancien 3ème ligne de Suntory. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha où il évolue alors aux côtés de certains Seiji Hirao et Atsushi Oyagi, il remporte trois championnats nationaux universitaires entre 1983 et 1985. Il connaîtra une sélection avec le Japon en 1985 lors de la tournée en France. A sa retraite en 1995, il devient le nouveau manager de Suntory et remporte dès sa première saison le doublé championnat/All Japan Championship, les deux premiers titres de l"histoire du club.

Assisant du sélectionneur Seiji Hirao de 1997 à 1998, il reprend cette dernière année la tête de manager de Suntory pour cinq saisons. Il remportera cette fois-ci deux titres de champion du Japon (2002 et 2003), deux All Japan Championship (2001 et 2002) et quatre ligues Est A (1998, 2000, 2001 et 2002). Il part en 2003 avant de revenir en 2008 en tant que manager général du club. Il sera pour beaucoup dans la venue (avec Eddie Jones) de l'international Wallabies George Gregan chez Suntory Sungoliath cette même année 2008. 

Seiji Kurihara (1965- , 3 caps): ancien 2ème ligne de Suntory. Il connaîtra trois sélections avec le Japon lors des tournées européennes de 1986 et 1987.

Yuji Masutome ( - , un cap): ancien talonneur de Suntory. Il connait une sélection avec le Japon lors de la défaite contre la Corée du sud (22-24) le 29 novembre 1986 dans le championnat d'Asie des nations

Minoru Okidoi (1965- , 4 caps): ancien ailier de Suntory. International nippon à quatre reprises sous Hiroshi Hibino, il participera à la coupe du monde de rugby de 1987 lors de la défaite contre l'Australie (42 à 23). 

Kenji Imakoma (1965- , 2 caps): ancien centre de Suntory. Passé par l'équipe universitaire de Waseda avec qui il réalise le célèbre triplé lors de la saison 1987/1988 (ligue Kanto Taikosen, championnat national universitaire et All Japan Championship), il rejoint en 1988 le club de Fuchu. Il remportera en 1995 le doublé championnat du Japon/All Japan Championship. Il connaîtra deux sélections en 1988 avec les Cherry Blossoms sous  les ordres du sélectionneur Hiroshi Hibino. Depuis 2012, il est rentré dans le staff de l'équipe universitaire de Waseda.

Toshitsugu Yamamoto (?- , 3 caps): ancien arrière de Suntory. International nippon à 3 reprises entre 1988 et 1990, il est surtout connu pour avoir inscrit 12 des 28 points de la victoire historique du Japon du sélectionneur Hiroaki Shukuzawa contre la sélection Ecosse XV (28 à 24), le 28 mai 1989 au Chichibunomiya Stadium de Tokyo


Katsuyuki Kiyomiya (1967- ): ancien 3ème ligne de Suntory. Il fait parti de l'équipe qui réalise en 1988 le dernier triplé historique du club. Capitaine lors de sa dernière saison, il remporte de nouveau avec les rouges et noirs le championnat national universitaire, face à Nippon Sport Science University (45-14). Il s'engage cette même année 1990 avec Suntory. Il remportera avec le club de Fuchu un titre de champion du Japon (1996) et deux All Japan Championship (1996 et 2001), sans compter les deux finales du championnat du Japon perdues (1998 et 1999).

Au niveau international, il aura participé avec les U23 nippons à la victoire historique face aux Etats-Unis en 1990. Après sa retraite de joueur, il devient entraîneur de Waseda et va remettre le club au premier plan après près de dix ans de disettes. Il remportera notamment trois titres du championnat national universitaire (2003, 2005 et 2006). Avec Waseda, il créera également la sensation en éliminant en 2006 Toyota Verblitz au second tour du All Japan Championship (28-24).

Ces succès lui permettent d'être repéré et engagé par Suntory Sungoliath. Avec son ancien club, malgré une armada impressionnante, il devra se contenter d'un seul titre de champion du Japon (2008), face à Sanyo Wild Knights (14 à 10). En 2010, après quatre saisons chez les jaunes et noirs, il démissionne. Il reprendra du service un an plus tard comme manager chez Yamaha Jubilo, où il est toujours en poste actuellement.

Kiyoshi Imaizumi (1967- , 8 caps): ancien arrière de Suntory
Il fait parti de l'équipe qui réalise en 1988 le dernier triplé historique du club universitaire de Waseda. Il remporte aussi avec les rouges et noirs le championnat national universitaire en 1990. Il rejoindra plus tard Suntory avec qui il remportera un titre de champion du Japon (1996) et deux All Japan Championship (1996 et 2001). International japonais (8 caps), il ne participera pas à la coupe du monde de rugby de 1995.

Après sa retraite de joueur, il devient entraîneur de Suntory Foods (2001-2005). Il est depuis commentateur pour la chaîne privée nipponne J-Sport. Il est également connu pour avoir été marié un moment à l'actrice japonaise Mayo Suzukaze (2004-2010).

Yoji Nagatomo ( - , 8 caps): ancien 1/2 de mêlée de Suntory. Il remportera avec le club de Fuchu le doublé championnat japonais/All Japan Championship de 1996. International nippon à huit reprises entre 1993 et 1997, il ne participera à aucune coupe du monde de rugby.

Bien plus tard après sa retraite, il deviendra l'entraîneur de Canon Eagles en 2011 et permettra au club cette saison-là de monter historiquement en Top League japonaise. Promu manager de l'équipe en 2012, il est en voie aujourd'hui d'amener pour bientôt Canon Eagles vers les phases finales du championnat japonais. 

Hiroki Ozeki ( - , 5 caps): ancien ailier de Suntory. Appelé par Iwao Yamamoto, il connaîtra cinq sélections avec le Japon en 1996 (pour cinq victoires au total) et remportera le championnat d'Asie des nations cette année-là. 

Tetsuya Takeyama ( - , 2 caps): ancien centre de Suntory. Il évoluera avec le club de Fuchu de 1989 à 1998 et remportera un titre de champion du Japon (1996), un All Japan Championship (1996) et une ligue Est A (1998). International nippon à deux reprises, il remportera le championnat d'Asie des nations en 1994. 

Masaaki Sakata (1972- , 30 caps): ancien talonneur de Suntory Sungoliath. Passé par l'équipe universitaire d'Hosei (1991-1995) avec qui il remporte le championnat national universitaire en 1993 (victoire 30-27 contre Waseda), il rejoint le club de Suntory en 1995. Durant ses treize saisons au club, il se fera un palmarès énorme: quatre titres de champion du Japon (1996, 2002, 2003 et 2008), quatre ligues Est A (1998, 2000, 2001 et 2002), trois All Japan Championship (1996, 2001 et 2002) et un titre de Microsoft Cup (2008). Il prend sa retraite en 2008 avant d'être nommé directeur général des Sungoliath en 2013.

International nippon à 30 reprises en 1996 et 2003, il participera à deux coupes du monde de rugby durant sa carrière (1999 et 2003). Il remportera avec le Japon le championnat d'Asie des nations de 1996.

Shin Hasegawa (1972- , 40 caps): ancien pilier de Suntory Sungoliath. Passé par l'équipe universitaire de Chuo (1991-1995), il rejoint en 1995 Suntory et participe à cette même année à une tournée en Nouvelle-Zélande avec la sélection Kanto. Durant ses douze saisons au club, il se fera un palmarès énorme: trois titres de champion du
 Japon (1996, 2002 et 2003), quatre ligues Est A (1998, 2000, 2001 et 2002) et trois All Japan Championship (1996, 2001 et 2002).

Il prendra sa retraite en 2007 pour devenir entraîneur des avants dans le club. Il est aujourd'hui entraîneur des avants de Yamaha Jubilo. International nippon à 40 reprises entre 1997 et 2003, il participera avec le Japon à deux coupes du monde de rugby (1999 et 2003) et remportera le championnat d'Asie des nations en 1998. 

Naoto Nakamura (1969- , 20 caps): ancien pilier de Suntory Sungoliath. Il remportera notamment avec le club de Fuchu le célèbre doublé championnat japonais/All Japan Championship de 1996. International nippon entre 1998 et 2000, il participera à la coupe du monde de rugby de 1999 et gagnera le championnat d'Asie des nations de 1998

Keisuke Sawaki (1975- , 8 caps): ancien ouvreur de Suntory Sungoliath. Il rejoint le club de Fuchu en 1998. Durant ses neuf saisons au club, il se fera un joli palmarès: deux titres de champion du
 Japon (2002 et 2003), quatre ligues Est A (1998, 2000, 2001 et 2002) et deux All Japan Championship (2001 et 2002). Après sa retraite de joueur en 2007, il rentre dans le staff de Suntory Sungoliath et en devient l'entraîneur-chef lors de la saison 2012-2013. Il réalise cette saison-là avec les jaunes et noirs le doublé Top League/All Japan Championship.

En 2013, il est nommé nouveau sélectionneur des U20 japonais et participe à la victoire des U20 nippons au Junior World Rugby Trophy 2014 qui permet aux jeunes japonais de participer à la coupe du monde U20 de rugby de 2015 en Italie. International nippon à huit reprises entre 1998 et 2006, il sera de la défaite désastreuse en Ecosse (100 à 08) le 13 novembre 2004 et remportera avec le Japon deux championnats d'Asie des nations (1998 et 2006).

Naoya Okubo (1975- , 23 caps): ancien 2ème/3ème ligne de Suntory Sungoliath. Ancien joueur de volley-ball, il se met au rugby en intégrant l'équipe universitaire d'Hosei. Il rejoint le club de Fuchu en 1998. Durant ses onze saisons au club, il se fera un palmarès énorme: trois titres de champion du
 Japon (2002, 2003 et 2008), quatre ligues Est A (1998, 2000, 2001 et 2002), deux All Japan Championship (2001 et 2002) et une Microsoft Cup (2008). Il prendra sa retraite en 2009.

Entraîneur des avants de Suntory Sungoliath en 2011, il est nommé nouveau manager de l'équipe le 21 mars 2012 après le départ d'Eddie Jones pour le poste de sélectionneur du Japon. Il remportera ainsi dès sa première saison le doublé Top League/All Japan Championship en 2013. Il occupe toujours actuellement ce poste chez les jaunes et noirs. International nippon entre 1999 et 2004, il participera à deux coupes du monde de rugby durant sa carrière (1999 et 2003). Il ne sera plus appelé en sélection après la désastreuse tournée européenne de 2004 des Brave Blossoms

Toru Kurihara (1978- , 28 caps): ancien arrière de Suntory Sungoliath. Joueur de football dans sa jeunesse, il se tourne vers le rugby au lycée. Il évolue ensuite dans l'équipe universitaire de Keio (1997-2001) avec qui il remporte le championnat national universitaire en 2000 (victoire 42 à 15 contre Kanto Gakuin) avant de rejoindre ensuite le club de Fuchu en 2001. Il participera à la victoire historique de Suntory contre le Pays de Galles (45 à 41) le 3 juin 2001. Jusqu'ici salarié de l'entreprise, il obtient un contrat de joueur professionnel le 1er février 2004.

Avec les jaunes et noirs, il se fera un palmarès énorme: trois titres de champion du
 Japon (2002, 2003 et 2008), deux ligues Est A (2001 et 2002), deux All Japan Championship (2001 et 2002) et une Microsoft Cup (2008). Le 19 mars 2008, il démissionne de Suntory Sungoliath et rejoint le club de NTT Shining Arcs, en 2ème division japonaise. Champion de la Top Ligue Est A en 2009 avec le club d'Ichikawa, il monte l'année suivante en Top League japonaise. Il prend sa retraite de joueur en 2014 et est nommé entraîneur des compétences chez NTT Shining Arcs.

International nippon entre 2000 et 2003, il participera à la coupe du monde de rugby de 2003 et remportera le championnat d'Asie des nations en 2000. Il se distinguera lors de la victoire écrasante historique contre Taiwan (155 à 03) où il inscrira à lui seul 60 points de son équipe (six essais et quinze transformations). 

Kazunaka Motoyoshi (1974- , un cap): ancien pilier de Suntory Sungoliath. Il connaîtra une sélection avec le Japon le 27 mai 2001 lors de la large victoire à Taiwan (65 à 15) dans le championnat d'Asie des nations

Takashi Yoshida (1975- , 4 caps): ancien arrière de 
Suntory. Passé par l'équipe universitaire de Senshu, il évolue tout d'abord avec Suntory avant de rejoindre ensuite Sanyo Wild Knights. Avec le club d'Ota, il remporte trois All Japan Championship successifs (2008, 2009, 2010) et un titre de champion du Japon (Top League en 2011) avant de signer par la suite en 2011 avec Kamaishi Seawaves, en Top Ligue Est A (2ème division japonaise). International nippon à 4 reprises, il fêtera sa première cape en 2002 lors de la défaite contre les Tonga (41 à 29). 

Takashi Yamaoka (1976 , 13 caps): ancien talonneur de Suntory Sungoliath. International nippon, il fêtera sa première cape contre l'Italie le 4 juillet 2004 (défaite 32 à 19) et sera de la désastreuse tournée européenne de 2004. 

Kiyonori Tanaka (1975- , 3 caps): ancien 1/2 de mêlée de Suntory Sungoliath. International nippon durant la désastreuse tournée européenne de 2004, il sera moqué par les commentateurs britanniques pour sa petite taille en comparaison avec le 1/2 de mêlée gallois Mike Phillips lors de la défaite humiliante contre le Pays de Galles (98 à zéro) le 26 novembre 2004.

Jamie Washington (1974- , 7 caps): ancien 2ème ligne de Suntory Sungoliath. Australien d'origine, il rejoint le club de Fuchu en 2002 en provenance des Queensland Reds et y restera trois saisons. Il remportera avec les jaunes et noirs un titre de champion du Japon en 2003. Il connaîtra sept sélections avec le Japon en 2005. 

Hirotoki Onozawa (1978- , 81 caps): ancien ailier de Suntory Sungoliath. Passé par l'équipe universitaire de Chuo (1996-2000), il rejoint en 2000 le club de Fuchu. Salarié de l'entreprise, il signera le 5 août 2003 un contrat profressionnel avec Suntory Sungoliath. Véritable légende vivante chez les jaunes et noirs, il se fera un palmarès hors du commun: cinq titres de champion du
 Japon (2002, 2003, 2008, 2012 et 2013), trois ligues Est A (2000, 2001 et 2002), cinq All Japan Championship (2001, 2002, 2011, 2012 et 2013) et une Microsoft Cup (2008). Il quittera Suntory Sungoliath au printemps 2014 pour rejoindre Canon Eagles.

Véritable légende également avec le Japon, il connaîtra 81 sélections avec les Brave Blossoms entre 2001 et 2013. Le record de la sélection nipponne à l'époque avant de le voir battu par le 2ème ligne Hitoshi Ono en 2014. Ironie du sort, Hirotoki Onozawa aura disputé son premier et son dernier match avec le Japon contre le Pays de Galles. Excellent ailier aux appuies de feu, il aura dû mettre un terme à la sélection nationale après des blessures à répétition et face à la concurrence de la nouvelle génération (Yoshikazu Fujita, Kenki Fukuoka, etc...).

Hirotoki Onozawa aura en tout participé à trois coupes du monde de rugby avec les Brave Blossoms et remporté deux championnats d'Asie des nations (2004 et 2006), cinq tournois des cinq nations asiatiques (2008, 2009, 2011, 2012 et 2013) et une Pacific Nations Cup en 2011.

Akira Ozaki (1978- , 3 caps): ancien pilier de Suntory Sungoliath. Il rejoint le club de Fuchu en 2002 avec qui il se fera un palmarès énorme: quatre titres de champion du
 Japon (2003, 2008, 2012 et 2013), trois All Japan Championship (2011, 2012 et 2013) et une Microsoft Cup (2008). Appelé par le sélectionneur néo-zélandais John Kirwan, il connaîtra trois sélections avec le Japon lors du premier tournoi des 5 nations asiatique en 2008, qu'il remportera. 
Afficher la suite de cette page

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.