Shogo Mukai: le rugby offensif
Auteur:
Hinato
Publié le: 21/08/2013


Dans la liste des grands entraîneurs nippons, il en est un qui aura marqué les années 90 et 2000: Shogo Mukai. Retour sur ce grand personnage. Shogo Mukai naît le 2 octobre 1961 dans la petite ville d'Iyo (Ehime). L'arrière jajonais rejoint en 1979 l'équipe universitaire de Tokai. Un jeune club (crée en 1963) qui ne joue alors pas les premiers rôles dans le championnat national universitaire. En 1983, il intègre l'effectif des Toshiba Fuchu. Le jeune nippon se révèle. Dès sa première saison, il perd sa première finale du tournoi national des sociétés face à l'armada de Nippon Steel Kamaishi (00-31). Ses performances lui permettent d'être convoqué chez les Cherry Blossoms par le sélectionneur Hitoshi Oka, en 1985. Il est titularisé dès sa 1ère lors de la défaite du Japon (13-48) face à l'Irlande XV.

En 1986, il perd la finale du championnat d'Asie des nations face à la Corée du sud (22-24). Convoqué par le nouveau sélectionneur nippon Katsumi Miyaji, il participe à la toute première coupe du monde de rugby de 1987 en Australie. Il jouera deux matchs, face aux Etats-Unis (18-21) et l'Australie (23-42). Appelé ensuite par le nouveau sélectionneur Hiroshi Hibino, il aura sa dernière sélection avec le Japon le 1er octobre 1988 lors de la défaite contre l'université d'Oxford. En club, il remporte le tournoi national des sociétés (13-06) contre Toyota Motor Corporation. Mais il ne réalisera pas le doublé, le club de Fuchu étant défait par Waseda cette même année en finale du All Japan Championship.

La saison suivante, il perd la finale du tournoi national des sociétés (09-23) contre Kobe Steel. Il perdra une nouvelle finale en 1993, à nouveau contre l'équipe de Kobe (19-20). En 1994, il met un terme à sa carrière de joueur et devient manager de Toshiba Fuchu. Il prône alors un rugby ultra-offensif et agressif, en jouant notamment à chaque fois rapidement à la main les pénalités sifflés. Les résultats sont rapidement au rendez-vous. Dès sa première saison, Toshiba Fuchu arrive en finale du tournoi national des sociétés mais est défait par l'armada de Kobe (14-37).

En 1997, il réalise le doublé avec le club de Fuchu, en battant Sanyo (36-21) en finale du tournoi national des sociétés et Meiji (69-08) en finale d'AJC. Toshiba Fuchu réalisera le doublé la saison suivante encore. En 2000, il ne parviendra pas à amener le club en finale du tournoi national des sociétés, mais remportera un 3ème All Japan Championship consécutif avec l'équipe de Fuchu, en gagnant en finale contre Kobe Steel (13-24).

Son succès avec Toshiba Fuchu lui vaut d'être choisi comme nouveau sélectionneur des Cherry Blossoms en décembre 2000, après la démission de Seiji Hirao. Il a alors pour mission de qualifier le Japon pour la coupe du monde de rugby de 2003 en Australie. Une mission qu'il réussira parfaitement avec notamment un carton historique contre Taïwan (155-03), en 2002. Pour le reste, les résultats lors des tests matchs ne sont guères au rendez-vous, à l'image de la défaite contre la Corée du sud (34-45), qui voit ainsi les sud-coréens gagner le championnat d'Asie des nations en 2002. Les défaites contre les Etats-Unis (27-69) et la Russie (34-43) sont inquiétantes à l'approche de la coupe du monde de rugby de 2003.

Mais lors de la compétition, les Cherry Blossoms vont afficher un joli visage lors des deux premières rencontres contre l'Ecosse (11-32) et la France (29-51) malgré les défaites. Le Japon ne remportera malheureusement aucune victoire cette année-là, étant défait par les Fidji (13-41) et les Etats-Unis (26-39). Décidant de passer plus de temps avec sa famille, il quitte son poste de sélectionneur et démissionne.


Après quelques mois de repos, il reprend du service et devient le manager des Coca-Cola West Red Sparks. Le club de Fukuoka, qui évolue alors en ligue Kyushu A, a pour ambition de monter en Top League. La première saison, les Red Sparks terminent 2ème de la ligue Kyushu A et échouent à la montée lors des Tops ChallengesLa saison suivante, le club est 3ème de son championnat mais remporte le Top Challenge en battant IBM Big Blue (21-17) et Kintetsu LinersCoca-Cola West Red Sparks accède ainsi pour la première fois de son histoire dans la Top League japonaise.

Le plus dur commencera alors pour le club de 
Fukuoka. Les rouges et blancs se battront chaque année pour le maintien. Shogo Mukai parviendra à maintenir le club plusieurs saisons en Top LeagueMais en 2012, après six ans en Top LeagueCoca-Cola West Red Sparks, après une saison catastrophique (une victoire et douze défaites), est relégué en ligue Kyushu AShogo Mukai est promu cette année-là directeur général du club et laisse sa place de manager à Satoshi Yamaguchi.

En tant que joueur:

Toshiba Fuchu:

Champion du tournoi national des sociétés (1988)
Finaliste du All Japan Championship (1988)
Finaliste du tournoi national des sociétés (1984, 1989, 1993)

En équipe nationale (Japon):

13 sélections

Finaliste du championnat d'Asie des nations (1986)
Participation à une coupe du monde (1987)
Deux rencontres de coupe du monde

En tant qu'entraîneur:

Toshiba Fuchu

Vainqueur du All Japan Championship (1997, 1998, 1999)
Champion du tournoi national des sociétés (1997, 1998)
Finaliste du tournoi national des sociétés (1995)

Coca-Cola West Red Sparks:

Montée en Top League (2006)

Equipe du Japon (XV):

Finaliste du championnat d'Asie des nations (2002)


 



Créer un site
Créer un site