Seiji Hirao: le légendaire 1/2 d'ouverture de Kobe Steel
Auteur:
Hinato
Publié le: 20/08/2013


Retour aujourd'hui sur un ancien joueur qui a marqué la grande époque de Kobe Steel, surnommé "Monsieur Rugby" et qui est actuellement le manager général de ce club: Seiji Hirao. Le japonais naît le 21 janvier 1963 à Kyoto. Le jeune nippon évolue chez Fushimi Technical High School, avec qui il remporte le tournoi national des lycées en 1981 (victoire 07-03 face à Osaka Institute of Technology) avant d'intégrer en 1982 la célèbre équipe universitaire de Doshisha

Avec Doshisha, le 1/2 d'ouverture va remporter trois championnats nationaux universitaires: en 1983 contre Meiji (18-06), en 1984 contre Nippon Sport Science Univeristy (31-07) et en 1985 contre Keio (10-06). A cette époque, il se révèle au grand public et fait partie des grands stars du rugby universitaire japonais. Ses performances lui valent d'être convoqués dès 1982 chez les Cherry Blossoms, par le sélectionneur du moment, Hiroshi Hibino. Il fête sa première sélection le 30 mai 1982 lors de la défaite du Japon contre l'équipe universitaire néo-zélandaise (06-22). A 19 ans et 4 mois, il est alors le plus jeune international japonais de l'histoire fêtant sa première sélection avec le Japon.


En 1985, il rejoint l'équipe de Richmond, en Angleterre, avant de retourner sur l'archipel nippon et de s'engager la même année avec le club de Kobe Steel. Avec le Japon, il participe à la toute 1ère coupe du monde en 1987 et participe aux trois matchs de la poule des nippons. Il perd le 19 novembre 1988 le titre de champion d'Asie des nations face à la Corée du sud (13-17).

Mais l'année suivante, il va enfin remporter ses premiers titres nationaux avec son club. 
Le règne de Kobe Steel est sur le point en effet de débuter. En 1989, les rouges et blancs réalisent leur premier doublé, en battant en finale du tournoi national des sociétés, Toshiba Fuchu (23-09) et Daito Bunka (46-17) en finale du All Japan Championship. L'année suivante, le club remet ça. Kobe Steel bat en finale Suntory (28-15) le 8 janvier 1990 et remporte son 2ème titre de champion du Japon.

Le doublé sera réalisé quelques semaines plus tard avec la victoire en finale d'
AJC (58-04) contre Waseda. Cette même année, Seiji Hirao perd sa 2ème finale consécutive du championnat d'Asie des nations contre la Corée du sud (09-13). En club, il réalise un 3ème doublé en 1991: tournoi national des sociétés (18-16 contre Sanyo) et AJC (38-15 contre Meiji). En sélection, il est convoqué par le sélectionneur Hiroaki Shukuzawa et participe à sa 2ème coupe du monde, en 1991, participant notamment à l'unique victoire japonaise en coupe du monde à ce jour, face au Zimbabwe (52-08), le 14 octobre.

Il ne sera plus appelé en sélection durant quatre ans par le nouveau sélectionneur du japon, Osamu Koyabu. En club, Seiji Hirao va enchaîner les doublés champion du Japon/All Japan Championship en 1992, en 1993, en 1994 et en 1995. Le 15 janvier, les rouges et blancs remportent leur 7ème AJC consécutif en explosant l'équipe universitaire de Daito Bunka (102-14). Le 1/2 d'ouverture nippon joue là son dernier match avec son club. Kobe Steel est alors à son apogée.

Mais un évènement va frapper le club et la ville deux jours plus tard. Le 17 janvier 1995 a lieu le célèbre séisme de Kobe. La ville est durement frappée: plus de 6 000 morts et 40 000 blessés. Mais outre les pertes humaines, les dégâts matériaux sont colossaux. Les sidérurgies de Kobe Steel sont atteintes et on parle alors de 102 milliards de yens de pertes. 
 
Cette même année, il est rappelé en sélection par Osamu Koyabu et participe à la coupe du monde de 1995 en Afrique du sud. Il jouera son dernier match international lors de la défaite contre l'Irlande (28-50) où il inscrira son 1er et unique essai avec les Cherry Blossoms.  Nommé manager général en 1997, il parvient en 1999 (après avoir pris sa retraite de joueur en 1998) à amener les rouges et blancs en finale du All Japan Championship, perdue 13-24 contre Toshiba FuchuEn 1997, il est nommé successeur d'Iwao Yamamoto et devient nouveau sélectionneur des Cherry Blossoms.

Il remportera avec le 
Japon alors deux championnat d'Asie des nations, en 1998 et 2000, face à la Corée du sud, prenant ainsi sa revanche des deux finales perdues contre les sud-coréens lorsqu'il était international nippon. Il parviendra à qualifier le Japon pour sa 4ème coupe du monde consécutive, celle de 1999, en Europe.
 
Mais les résultats lors de cette édition ne seront pas à la hauteur: 09-43 contre les Samoa, 15-64 contre le Pays de Galles et 12-33 contre l'Argentine. En 2000, il assumme totalement les lourdes défaites contre le Canada (18-62) et l'Irlande (09-78) et donne sa démission à la Japan Rugby Football Union. Il est alors remplacé par Shogo Mukai à qui est donné la responsabilité de qualifier le Japon pour la coupe du monde de 2003. Durant ces trois ans, Seiji Hirao n'aura pas abandonné pour autant son poste de manager général du club de Kobe.
 
Toujours en 2000, Kobe Steel réalise le doublé comme à ses plus belles heures, avec notamment la finale en tournoi national des sociétés remportée contre son rival de Kobe, l'équipe de World (35-26). Seiji Hirao et ses hommes remportent ensuite l'AJC (49-20 contre Toyota). Le club réalisera de nouveau le doublé l'année suivante avec notamment ce match nul en finale d'AJC (27-27) contre Suntory, où les deux équipes sont déclarées vainqueuses. En 2002, Kobe Steel arrive de nouveau en finale des deux compétitions mais c'est Suntory cette fois-ci qui réalise le doublé. En 2003, la Top League est crée. Kobe Steel devient alors une équipe professionnelle, avec toujours Seiji Hirao à sa tête.
 
Et pour la première saison de Top League, les rouges et blancs, emmenés notamment par leurs internationaux nippons, Daisuke Ohata et Takeomi Ito, remportent le championnat japonais, le 10ème et dernier (à l'heure actuelle) de leur histoire. La même année en 2004, Kobe Steel échouera au doublé, en s'inclinant en finale de l'AJC (10-22) contre Toshiba Fuchu Brave LupusPar la suite, Seiji Hirao et ses hommes ne joueront plus les premeirs rôles. Il faudra attendre 2013 pour revoir Kobelco Steelers au premier plan, avec cette finale perdue en AJC face aux Suntory Sungoliath (20-36), en février dernier.
 
En tant que joueur:

Fushimi Technical High School:

Vainqueur du tournoi national lycéen (1981)

Doshisha Univ.:

Vainqueur du championnat national universitaire (1983, 1984 et 1985)
Vainqueur de la ligue Kansaï (1982, 1983 et 1984)

Kobe Steel:

Vainqueur du All Japan Championship (1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994 et 1995)
Vainqueur du tournoi national des sociétés (1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994 et 1995)
Champion de la ligue Kansaï A (1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1995, 1996 et 1997)

En équipe nationale (Japon):

35 sélections, un essai, 18 points inscrits

Vainqueur du championnat d'Asie des nations (1994, 1996, 1998 et 2000)
Participation à trois coupes du monde (1987, 1991 et 1995)
8 rencontres de coupes du monde
Une victoire en coupe du monde
Un essai inscrit en 8 rencontres de coupes du monde

Victoire historique contre le Zimbabwe (1991)

En tant qu'entraîneur:

Kobelco Steelers (ex-Kobe Steel):

Vainqueur du All Japan Championship (2000 et 2001)
Champion de Top League japonaise (2004)
Vainqueur du tournoi national des sociétés (2000 et 2001)
Vainqueur de la ligue Kansaï A (1998 et 2001)
Finaliste du All Japan Championship (2002, 2004 et 2013)

Equipe du Japon (XV):

Vainqueur du championnat d'Asie des nations (1998 et 2000)
Participation à une coupe du monde (1999)
3 rencontres de coupes du monde

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.