Présentation des Sunwolves
Auteur: 
Hinato
Publié le: 21/12/2015


1518788049-570787cwuucj4veaahsnt.jpg
Ci-dessus de fauche à droit: Hitoshi Ono, Yu Tamura, Shota Horie, Akihito Yamada et Tusi Pisi.
Ces cinq joueurs devraient être les tauliers des Sun Wolves lors de la saison à venir.

Comme vous le savez, pour la première fois dans l'histoire, une franchise nippone va faire ses premiers pas en Super Rugby (étendu à 18 équipes) dès 2016. Les Sunwolves, c'est leur nom, basés à Tokyo, évolueront dans deux stades. Le principal est le myhthique Chichibunomiya Stadium de Tokyo (25 000 places) où joue notamment régulièrement la sélection japonaise.

Le second est le Singapore National Stadium de Singapour (55 000 places), en raison d'un arrangement avec trois franchises sud-africaines. C'était le deal obligatoire à l'époque pour que la SARU, la fédération sud-africaine de rugby, accepte l'intégration de cette équipe nippone dans sa conférence. L'équipe évoluera dans un magnifique maillot rouge/orangée et noir à domicile, symbolisant le Soleil levant. Le maillot exterieur gris symbolise quant à lui la vitesse et le fighting spirit du loup.


Staff

Ce matin avait lieu la présentation officielle des Sun Wolves: staff, joueurs et évidemment maillot. Après avoir fait parler pendant des mois à cause du conflit clubs corporatifs/JRFU, la franchise nippone, qui fera ses grands débuts en Super Rugby en 2016, est enfin prête. A commencer par son entraîneur. Après le départ d'Eddie Jones et le refus de plusieurs coachs étrangers, la fédération japonaise de rugby a réussi à en faire signer un. Il s'agit du néo-zélandais Mark Hammett (43 ans).

Cet ancien international All Black (29 caps), qui a une longue liste de clubs entraînés derrière lui (Crusaders, Canterbury, Hurricanes, Cardiff Blues), dirigera à partir de l'an prochain Tasman Makos en ITM Cup. Le technicien néo-zélandais travaillera ainsi une partie de l'année avec l'équipe néo-zélandaise, puis le reste de la saison avec les Sunwolves en Super Rugby. Mark Hammett était bien évidemment à la conférence de presse de la franchise de Tokyo.


Internationaux nippons:

La colonne vertébrale de l'équipe sera composée d'internationaux japonais. Malgré les départs dans d'autres franchises du Super Rugby de plusieurs cadres importants tels que Fumiaki Tanaka (Highlanders), Male Sau (Blues), Michael Leitch (Chief), Hendrik Tui et Ayumu Goromaru (Reds), les Sun Wolves possèderont de gros tauliers de la sélection nippone.

Que cela soit le pilier Keita Inagaki (Panasonic Wild Knights), le talonneur Shota Horie (Panasonic Wild Knights), les 2èmes lignes Shinya Makabe (Suntory Sungoliath) et Hitoshi Ono (Toshiba Brave Lupus), le 1/2 de mêlée Atsushi Hiwasa (Suntory Sungoliath) ou encore l'ailier Akihito Yamada (Panasonic Wild Knights). Au centre, Ryohei Yamanaka (Kobelco Steelers), qui réalise actuellement une grosse saison, peut profiter de jouer avec les Sunwolves pour revenir au premier plan et retrouver pour de bon la sélection nippone. Présent au centre de la photo, l'international nippon Shota Horie, le Brave Blossoms le plus expérimenté en Super Rugby du groupe, devrait être le capitaine de l'équipe.

Il y a enfin deux grosses absences au niveau des internationaux nippons (en dehors de ceux partis à l'étrangers). Il s'agit du pilier Kensuke Hatakeyama (Suntory Sungoliath) et du 3ème ligne explosif Amanaki Lelei Mafi (NTT Shining Arcs). Deux joueurs indispensables en sélection japonaise qui auraient apporter un plus énorme à la franchise de Tokyo. On peut aussi citer les absences des Kosei Ono (Suntory Sungoliath), Kotaro Matsushima (Suntory Sungoliath), Michael Broadhurst (Ricoh Black Rams), Karne Hesketh (Munakata Sanix Blues), Justin Ives et autres.


Gaikokujins:

Pour sa première saison en Super Rugby, il est évident que les Sunwolves, composés uniquement de joueurs et internationaux japonais, ne feraient pas le poids. Aussi le recrutement de gaikokujins était évident. Mais faute de moyens financiers conséquents (la franchise n'est pas riche comme les clubs corpos), la JRFU s'est rabattue sur des joueurs étrangers de seconde zone ayant besoin de se relancer à l'image du 2ème ligne néo-zélandais Liaki Moli (Auckland) ou encore du 3ème ligne australien Ed Quirk (Queensland Country).

On retrouve aussi pas mal de joueurs étrangers de Top League, comme l'excellent ouvreur samoan Tusi Pisi (Suntory Sungoliath) ou encore le 3/4 
Paea Mifiposeti (NTT-Docomo Red Hurricanes). La JRFU est allé même jusqu'en Top Ligue Kyushu A (2ème division japonaise) pour faire signer le 3ème ligne international samoan Faatiga Lemalu (Munakata Sanix Blues). On note aussi la signature de l'ailier Amanaki Lotoahea (Ricoh Black Rams). Ce puissant ailier d'origine tongienne (191 cm, 107 kg) est depuis peu un international à 7 japonais.

Espoirs nippons et surprises:

A l'approche de la coupe du monde 2019 de rugby au Japon, plusieurs espoirs nippons ont une carte à jouer pour intégrer la sélection. Joueurs de Top League ou évoluant encore à l'université, ils ont été recrutés pour certains pour combler les départs de plusieur cadres des Brave Blossoms à l'étranger. Mais ils ont une grosse carte à jouer. A l'image de l'arrière Yasutaka Sasakura (Panasonic Wild Knights), inconnu sauf pour les spécialistes du rugby japonais et qui est sur deux grosses saisons avec le club d'Ota, double champion en titre de la Top League japonaise.

Devant, on retrouve deux gros espoirs japonais en première ligne. Je parle bien entendu des piliers 
Shohei Hirano (Tokai Univ.) et Ziun Gu (Takushoku Univ.), deux anciens internationaux U20 nippons dont je parlais dans un article récemment. Ziun Gu, qui pour la petite histoire, est le fils d'un ancien international sud-coréen de rugby, Gu Donjun. En attendant d'intégrer les Brave Blossoms, il devient le premier joueur sud-coréen de l'histoire à évoluer en Super Rugby!

A l'opposé, je suis par contre plus dubitatif sur les signatures du 1/2 de mêlée 
Daisuke Inoue (Kubota Spears) et de l'arrière Hajime Yamashita (Toyota Industries Shuttles). Pour le premier, il y a clairement au moins trois 1/2 de mêlées japonais en Top League qui crèvent l'écran comparé à lui: Takahiro Ogawa (Toshiba Brave Lupus), Yutaka Nagare (Suntory Sungoliath et Kaito Shigeno (NEC Green Rockets), revenu triomphant de sa saison en ITM Cup avec Auckland.

La présence de 
Hajime Yamashita (Toyota Industries Shuttles) est aussi surnaturelle. Mis à part l'international japonais Ayumu Goromaru (parti chez les Reds) et Yasutaka Sasakura (Panasonic Wild Knights), il y a au moins deux arrières qui passent devant le joueur de l'équipe de Kariya: le talentueux ouvreur/arrière Junpei Ogura (NTT Shining Arcs) et le jeune Yoshizumi Takeda (Toyota Verblitz).

C'est là qu'on se rend compte au final que certains clubs corporatifs ont bloqué des signatures et que la JRFU a fait comme elle a pu pour présenter un effectif pour le Super Rugby 2016. Il ne faut pas négliger que plusieurs joueurs ont attendu des offres de l'étranger et font attendre la JSR à l'instar de Kotaro Matsushima. L'effectif est composé de 34 joueurs, dont 23 japonais et notamment de 15 joueurs internationaux dont dix Brave Blossoms qui ont participé à la dernière coupe du monde de rugby en Angleterre. On compte très peu de joueurs avec une expérience en Super Rugby. Cela va peser lors de cette première saison.

Les Sun Wolves commenceront leur camp d'entraînement fin janvier après la fin de la saison japonaise de rugby. Ils auront moins d'un mois pour se préparer avant le match d'ouverture le 27 février 2016 face aux Lions au mythique Chichibunomiya Stadium de Tokyo. Un match de préparation est déjà prévu le 13 février au Toyota Stadium face à une sélection de joueurs de Top League. Neuf nations représentées dans cette franchise et une préparation qui sera des plus minimales. Autant dire que cela risque de piquer pour les débuts de la franchise japonaise en Super Rugby.


L'effecif des Sunwolves pour le Super Rugby 2016:

Avants: Masataka Mikami (Toshiba Brave Lupus), Keita Inagaki (Panasonic Wild Knights), Shohei Hirano (Tokai Univ.), Ziun Gu (Takushoku Univ.), Shinnosuke Kakinaga (Suntory Sungoliath), Koki Yamamoto (Yamaha Jubilo), Shota Horie (Panasonic Wild Knights), Takeshi Kizu (Kobelco Steelers), Ryuhei Arita (Coca-Cola Red Sparks), Hitoshi Ono (Toshiba Brave Lupus), Shinya Makabe (Suntory Sungoliath, 30 caps), Liaki Moli (Auckland), Timothy Bond (Bay of Plenty), Eddie Quirk (?), Andrew Durutalo (?), Yoshiya Hosoda (NEC Green Rockets),  Faatiga Lemalu (Munakata Sanix Blues), Tomas Leonardi (Stade Toulousain), Tsuyoshi Murata (NEC Green Rockets)

Arrières: Atsushi Hiwasa (Suntory Sungoliath), Yuki Yatomi (Yamaha Jubilo), Daisuke Inoue (Kubota Spears), Harumichi Tatekawa (Kubota Spears), Tusi Pisi (Suntory Sungoliath), Yu Tamura (NEC Green Rockets), Ryohei Yamanaka (Kobelco Steelers), Derek Carpenter (Toyota Verblitz), 
Paea Mifiposeti (NTT-Docomo Red Hurricanes), Amanaki Lotoahea (Ricoh Black Rams), John Stewart (?), Akihito Yamada (Panasonic Wild Knights), Yasutaka Sasakura (Panasonic Wild Knights), Rian Viljoen (Wildeklawer Griquas), Hajime Yamashita (Toyota Industries Shuttles)

1518788051-895737781l.jpg
Les Sun Wolves évolueront principalement à domicile dans le mythique Chichibunomiya Stadium de Tokyo!

Les Sunwolves feront leurs débuts le 27 février au mythique Chichibunomiya Stadium face aux Lions. L'équipe nippone jouera également comme attendu trois matchs délocalisés à Singapour, au Singapore National Stadium, face aux équipes sud-africaines de sa conférence: Cheetahs, Bulls et les Stormers.

Super Rugby 2016:

- 27 février 2016: Sunwolves/Lions (Tokyo, Chichibunomiya Stadium)

- Repos


- 12 mars 2016: Sunwolves/Cheetahs (Singapour, Singapore National Stadium)

- 19 mars 2016: Sunwolves/Rebels (Tokyo, Chichibunomiya Stadium)

- 26 mars 2016: Sunwolves/Bulls (Singapour, Singapore National Stadium)

- 2 avril 2016: Kings/Sunwolves

- 8 avril 2016: Stormers/Sunwolves

- 15 avril 2016: Cheetahs/Sunwolves

- 23 avril 2016: Sunwolves/Jaguares (Tokyo, Chichibunomiya Stadium)

- Repos

- 7 mai 2016: Sunwolves/Force (Tokyo, Chichibunomiya Stadium)

- 14 mai 2016: Sunwolves/Stormers (Singapour, Singapore National Stadium)

- 21 mai 2016: Reds/Sunwolves

- 28 mai 2016: Brumbies/Sunwolves

- 2 juillet 2016: Sun wolves/Waratahs (Tokyo, Chichibunomiya Stadium)

- 9 juillet 2016: Bulls/Sunwolves

- 15 juillet 2016: Sharks/Sunwolves

Laisser un commentaire sur cette page

  • GoReyBoy dit :
    22/12/2015

    Amanaki Lelei Mafi, il ne doit pas rejoindre le Raging 92 (Top 14)? Il y a que moi qu'il est compris ça. Je me base sur une rumeur?

    Sinon, j'ai adoré l'interview de Shota Horie posté par Deub. Déjà, le choix des SunWolves fait plaisir et sa vision du niveau du Top 14 par rapport au Super Rugby est complètement vrai. On nous sur-vend le Top 14 comme le meilleur championnat. Alors que c'est le plus chiant à regarder (c'est lent), c'est un repère de retraité surpayé, par forcément composé des meilleurs club en H-Cup... et le best du rugby se trouve au Sud (il y a qu'à voir les équipes en demi-final de la coupe du monde).

    Juste pour la remarque le japon est la seule équipe a avoir battue une équipe du sud pendant la coupe du monde.

  • www.japonrugby.net dit :
    21/12/2015

    Les piliers tu les a Japan. Je pensais que tu connaissais Yamamoto et Kakinaga au moins.

    Quant à Gu et Hirano, c'est deux très gros espoirs pour la sélection japonaise. J'ai d'ailleurs fait un article sur plusieurs espoirs nippons récemment et je les avais cité. Hatakeyama et Yamashita manquent mais ce n'est pas des inconnus ceux à la place. Ce n'est certainement pas en 1ère ligne que l'effectif est faible dans cette équipe. C'est même celui le mieux fourni avec celui de talonneur.

    En 2ème ligne, l'apport des Kotaki, Usami et Krishnan auraient été l'idéal. En 3ème ligne, un Kyosuke Horie c'était le minimum syndical. Peut-être Mafi à moins qu'il parte en Top 14?

  • japanbeatscots dit :
    21/12/2015

    Bien content d'apprendre que le squad n'est pas définitif. Pitié des piliers, des vrais deuxième ligne et un 8 star. Pourquoi pas Tatufu !

  • Tokyro dit :
    21/12/2015

    Tu as tout à fait raison Loic. La franchise n'a pas failli voir le jour. On peut déjà être heureux quelle ait vu le jour.

  • Tokyro dit :
    21/12/2015

    Il manque quelques grands noms japonais dans cette équipe. Mais on a quand même 19 japonais sur un effectif de 34 joueurs, c'est pas mal du tout. L'absence d'Amanaki Lelei Mafi me conforte dans l'idée qu'il va partir pour l'Europe (Top 14) l'an prochain.

  • Loic dit :
    21/12/2015

    Difficile de juger les gas, la JRFU A dut réellement galèrer pour monter l'effectif on ne connaît pas les coulisses mais entre les clubs corpo qui ont peut êtres bloqué des joueurs et les refus qu'ils ont eu ca fait beaucoup

    Je crois que tout le monde attend de voir ce que ça donne avant de s'engager avec cette franchise. N'oubliez pas il y a 3 mois on parler d'une non intégration de l'équipe en super rugby

  • www.japonrugby.net dit :
    21/12/2015

    Japan pour te répondre, sache que l'effectif n'est à priori pas définitif. Il peut s'agrandir. En première ligne, il manque clairement Yamashita et Hatakeyama. Mais Gu et Hirano ne sont pas des gags, ce sont de gros espoir japonais dont on parle au Japon.

    Pour moi le soucis n'est clairement pas en première ligne je te le dis d'entrée. En 2ème ligne, Kotaki et Usami auraient largement eu leur place tout comme l'international malaisien Krishan. L'absence de Kyosuke Horie en 3ème ligne est est une blague. Mafi choix à l'étranger ou club qui bloque? A la charnière, ça tient la route même si j'aurais préféré un 3ème choix qu'Inoue en 9. Au centre, je sais de source nippone qu'un contrat avait été proposé à Matsushima.

    Suntory Sungoliath était ok mais c'est le joueur qua foiré, attendant encore un contrat à l'étranger. Fujita et Fukuoka privilégient Rio 201 (voir l'article sur le site). Enfin ça ira mieux la saison suivante. Goromaru a dit qu'il reviendrait au Japon et jouerait pour les Sun Wolves en 17. Cette année 2016 sera difficile c'et certain.

    PS: je tire mon chapeau à Horie (l'exemple à suivre pour les autres joueurs) qui a refusé plusieurs offres à l'étranger dont Toulon pour s'engager avec les Sun Wolves!

  • japanbeatscots dit :
    21/12/2015

    Maintenant on sait pourquoi les Australiens voulaient les virer...
    Les joueurs qui refusent les contrats pour garder les job for life, ce sont des amateurs au premier sens du terme. Ils ne méritent pas notre respect. J'espère qu'ils seront exclus à vie de la sélection.
    Le paquet d'avant est un gag. Le banc est inexistant.
    Rappelons que Mifiposeti et Lotoahea sont internationaux japonais.
    La JSR parvient à sauver les meubles à de nombreux postes.
    En pilier, où est le monstre Yamashita ? Enfin l'Europe ? Il manque clairement 2 piliers de haut niveau, c'est le néant derrière Mikami et Inagaki
    La présence de Horie et Kizu fait parti des grandes nouvelles
    Il manque des tauliers en deuxième ligne. Ono et Make bien seul, Lemalu bof
    La troisième ligne manque d'un bulldozer jeune. Durutalo et Leonardi vont passer du temps sur le terrain. Globalement un paquet d'avant sans banc, ce qui est très problématique.
    Hiwasa et Yatomi, pas de soucis. Tatekawa et Tusi Pisi sont présents, la présence des joueurs hybride Tamura et Yamanaka apporte un vrai plus. Les bulldozers Mifiposeti et Lotoahea devraient se régaler. John Stewart ? On parle de la révélation fidjienne de 2015, si c'est lui, énorme coup. Yamada apporte beaucoup qualité aux ailes qui manquent de finisseurs d'expérience. Le recrutement de Rian Viljoen pour le poste d'arrière est une idée de génie. Il n'a pas de doublure.
    Y a t-il un squad étendu d'entrainement ?

  • Tinoulet dit :
    21/12/2015

    Vraiment dommage de ne pas s'appuyer sur les Ogura, Fukuoka, Fujita, Shigeno et Matsushima pour les jeunes et des cadres K.Ono, Ives, Broadhurst, Hatakeyama et Mafi... Bref cette franchise est bien en dessous de son potentiel maximum

  • Deub dit :
    21/12/2015

    Le talonneur international japonais Shota Horie s’est engagé en faveur de la franchise japonaise qui fera prochainement ses débuts en Super Rugby, les Sun Wolves. Pour cela, il a refusé une offre du RC Toulon.

    En vue lors de la dernière Coupe du monde avec le Japon, le talonneur Shota Horie a notamment attiré la convoitise du RC Toulon mais le joueur de 29 ans a refusé la proposition des triples champions d'Europe pour s'engager avec la franchise japonaise du Super Rugby, les Sun Wolves. Horie a confirmé à la presse japonaise avoir fait l'objet d'une offre de la part du président Mourad Boudjellal mais qu'il l'a refusé car « il voulait rejoindre le meilleur championnat du monde, le Super Rugby ». C'est donc avec l'équipe de son pays qu'il y parviendra la saison prochaine, après avoir auparavant retoqué les avances des Reds et de la Western Force.

  • Redspako dit :
    21/12/2015

    Arita dans l'effectif! :) Les Sun Wolves vont avoir mal aux fesses mais il faut bien un début à tout. C'est intéressant de voir ce que vaudront ces jeunes universitaires en première ligne.

  • Watanabe dit :
    21/12/2015

    Il ne fait pas de doute que les Sun Wolves vont se faire cogner cette première. Il manque pas mal d'éléments importants. Dès la deuxième saison on verra pas mal de cadres venir ou revenir (Fujita, Fukuoka, Goromaru, Sau et j'en passe). Le maillot est très beau au passage!

  • Loic dit :
    21/12/2015

    Mon avis est simple, la 1er année va être une boucherie pour les Sunwolves ! :D
    Je pense que l'inconnu de ce qu'allait donner cette franchise à refoulé pas mal de monde (club corpo, grands noms)
    au final la JRFU est aller gratter pour sortir un effectif un peut comme prévu composé de nombreux étrangers de seconde zone.

    Avec le temps quand la franchise se sera bien installé en Super Rugby, la JRFU pourra peur êtres aller chercher des grands noms étranger. Pareil quand les clubs corpo auront confiance et auront vu comment ça se passe ils débloqueront leurs joueurs et ont pourra peut être voir les Mafi, Fujita, K.Horie, Ogura...


  •  
    JAPON RUGBY
    Toute l'actualité du rugby nippon

     
         visiteurs
            Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
    à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

    Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


    2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.