Panasonic Wild Knights: le "Clermont japonais"
Auteur: 
Hinato
Publié le: 02/07/2014


1518785535-460468jerseypanasonic1st.gif

Nom: Panasonic Wild Knights

Couleur: bleu et noir

Année de fondation: 1960

Affiliation ligue: Top League

Palmarès:

All Japan Championship:

4 titres: 2008, 2009, 2010 et 2014

Finaliste (2 fois): 2011, 2012


Top League:

titres: 2011 et 2014

Finaliste (4 fois): 2008, 2009, 2010, 2012


Tournoi national des sociétés:

Un titre: 1996

Finaliste (8 fois): 1976, 1978, 1980, 1981, 1991, 1992, 1994, 1997


Ligue Est:

6 titres: 1988, 1990, 1991, 1992, 1994, 1995 et 1998

Ligue Kanto:

11 titres: 1970, 1971, 1976, 1977, 1978, 1979, 1980, 1981, 1982, 1986 et 1987

 
Désormais l'un des plus grands clubs de rugby du JaponPanasonic Wild Knights est en réalité un club de rugby assez jeune aux débuts très modestes. L'équipe, baptisée Tokyo Sanyo, est crée en mai 1960 par des étudiants de Kumagai Industrial High School et des travailleurs de la société de Toshiba. L'équipe fait ses débuts en ligue Kanto en 4ème division en 1963. L'année suivante, elle monte en 3ème division avant d'atteindre la 2ème division en 1966. Cela lui permet cette année-là de participer à la 18ème édition du tournoi national des sociétés, la première de son histoire.

En 1967, le 3ème ligne Takeshi Sato est le premier joueur de l'histoire du club à porter le maillot des Cherry Blossoms, lors de la lourde défaite contre l'équipe universitaire néo-zélandaise (08-55).En 1968, elle atteint enfin la première division de la ligue Kanto. Cette même année, au mois de novembre, Tokyo Sanyo entreprend la première tournée de son histoire, en Corée du sud où il affronte de nombreux clubs universitaires et corporatifs.

En 1970, le club d'Ota remporte enfin son premier titre de la ligue Kanto. Tokyo Sanyo conservera son titre l'année suivante. A partir de 1975, la petite société se développe de plus en plus et grâce à des moyens en hausse, le club d'Ota attire de plus en plus de meilleurs joueurs. Les résultats suivent. L'équipe multiplie les titres en ligue Kanto (1976, 1977, 1978, 1979, 1980, 1981, 1982) mais échoue à plusieurs reprises en finale du tournoi national des sociétés: contre Mitsubishi Motors Kyoto en 1976 (10-17), contre Toyota Motor Corporation en 1978 (15-19) et contre Nippon Steel Kamaishi en 1980 (13-27) et en 1981 (15-31). En 1986, Sanyo fusionne avec Tokyo Sanyo. Le club est alors rebaptisé Sanyo.

C'est à cette période que le club va être l'un des précurseurs de son époque en s'appuyant sur le physique des joueurs des îles du Pacifique. Les tongiens Hopoi Taione (3ème ligne), Nofomuli Taumoefolau (ailier) et Sinali Tui-Latu (3ème ligne) vont rejoindre Sanyo durant les années 80 et amener l'équipe d'Ota au premier plan. Le club ne sera alors pas le seul bénéficiaire puisque c'est durant ces années 80 également que le Japon va intégrer les premiers joueurs étrangers non-asiatiques dans son effectif pour amener de la puissance physique.

 
1518785615-134447imglarge199001.jpg
Sanyo perd la finale du championnat du Japon, le 8 janvier 1991, sur un essai à la dernière seconde de l'ailier australien de Kobe Steel, Ian Williams

Les trois tongiens du club d'Ota seront ainsi les premiers à rejoindre les Cherry Blossoms. Vainqueur ainsi de la ligue Kanto encore (1986, 1987) et de la nouvelle ligue Est à pas mois de sept reprises (1988, 1990, 1991, 1992, 1994, 1995, 1998), Sanyo échouera malgré une grosse équipe au titre de champion du Japon en échouant trois fois en finale encore contre une équipe de Kobe Steel qui domine alors le rugby japonais: 16-18 en 1991, 15-24 en 1992 et 03-18 en 1994. La finale de 1991 reste alors la finale gravée dans toutes les mémoires avec cette défaite sur le fil suite à l'essai à la dernière seconde de l'ailier australien de Kobe Steel, Ian Williams.
 
1518785638-272653logosanyo.gif

Le logo de Sanyo Wild Knights en 2003 lors de la création de la Top League japonaise
Sanyo remportera enfin après sept finales consécutives perdues son premier titre de champion du Japon de son histoire en 1996 en faisant match nul contre Suntory (27-27)! L'équipe manquera le triplé en s'inclinant la saison suivante contre Toshiba Fuchu (21-36) en finale.

En 2001, le néo-zélandais 
Murray Anderson devient le nouvel entraîneur du club et le modernise en fondant des relations avec l'équipe universitaire de Kanto Gakuin mais aussi et surtout avec l'équipe néo-zélandaise de Canterbury. Durant les trois années, l'équipe ne gagnera pourtant rien mais se sera profondément moderniser. En 2003, la toute nouvelleTop League japonaise est crée et Sanyo, alors rebaptisée Sanyo Wild Knights, l'intègre.
Avec des joueurs tels que le 3ème ligne néo-zélandais Philip O'Reilly (futur international nippon) ou le futur 3ème ligne international tongien Samiu VahafolauSanyo Wild Knights réalise une première saison difficile avec une moyenne 7ème place (sur les douze équipes engagées). Murray Anderson quitte alors son poste et s'engage pour un an comme nouvel entraîneur de Kurita Water Gush, en deuxième division japonaise. 

Koichi Shibata
 le succède mais le départ totalement catastrophique lors de la saison 2004/2005 (cinq défaites en cinq matchs) a raison de lui. Katsufumi Miyamoto, ancien 3ème ligne du club et international nippon, devient le nouvel entraîneur de Sanyo Wild Knights. Avec un bilan de quatre victoires et deux défaites, il permet au club d'Ota de se maintenir en terminant à la 7ème place.

 
1518785659-888959122001.jpg
Katsufumi Miyamoto, manager
de Sanyo Wild Knights de 2004 à 2008
A la traîne, les rouges et noirs vont voir leur ambition à la hause dès la saison 2005/2006 avec l'arrivée ni plus ni moins de l'ouvreur et ancien international All Black Tony Brown! Agé de 29 ans et arrivant de la province des Highlanders, l'ouvreur néo-zélandais va marquer l'histoire du club durant ses années dans l'effectif. La charnière Wataru Ikeda/Tony Brown fait alors un gros malheur avec un départ canon (8 victoires consécutives) et permet à l'équipe de terminer 2ème du championnat cette saison-là. Impensable il y a encore quelques mois! La saison 2006/2007, le club est renforcé par l'arrivée de l'international tongien Epi Taione et du 3ème ligne Ryu Koliniasi Holani (Saitama Institute of Technology Univ.). 

Sanyo Wild Knights termine seulement 5ème lors de la saison régulière et n'accède pas aux phases finales. Lors de la saison 2007/2008, l'entraîneur Katsufumi Miyamoto voit son effectif se renforcer avec l'arrivée du 2ème ligne néo-zélandais Daniel Heenan, mais aussi et surtout d'un très grand espoir rugby japonais qui débarquent de l'université:  le 1/2 de mêlée Fumiaki Tanaka (Kyoto Sangyo Univ.). Cette saison-là, l'équipe va dominer le championnat (13 victoires en 13 matchs), emmenée par une charnière Fumiaki Tanaka/Tony Brown de feu, mais va se faire surprendre en finale par le Suntory Sungoliath entraîné alors par Katsuyuki Kiyomiya (14 à 10). Les rouges et noirs prendront leur revanche en remportant quelques jours plus tard le premier All Japan Championship de leur histoire après leur succès en finale (40 à 18) contre Suntory Sungoliath!
 
1518785708-9533428960.jpg
Le 16 mars 2008, les coéquipiers de Fumiaki Tanaka et Tony Brown remportent le premier All Japan Championship
de l'histoire de Sanyo Wild Knights après leur victoire en finale contre Suntory Sungoliath (40 à 18)

Après ce beau succès, le manager Katsufumi Miyamoto s'en va et est remplacé par Hitoshi Iijima, ancien 3ème ligne du club dans les années 90 et surtout entraîneur-chef des rouges et noirs depuis 2005. La saison 2008/2009 voit les arrivées notamment du 2ème ligne néo-zélandais Justin Ives et du talonneur Shota Horie.

Ce dernier, ancien capitaine de l'équipe universitaire de Teikyo, ne jouera pas une seule minute cette première saison en professionnel pour lui. 2ème de la saison régulière, Sanyo Wild Knights s'incline en finale (06-17) contre Toshiba Brave Lupus avant de remporter le 2ème All Japan Championship de son histoire, contre Suntory Sungoliath une fois encore (24-16). La saison 2009/2010 voit l'éclosion de Shota Horie et l'arrivée d'un joueur comme le 2ème ligne néo-zélandais Sione Vatuvei (Takushoku Univ.). Des joueurs de seconde zone comme l'international espagnol d'origine néo-zélandais Dan Snee débarqueront, sans toufois marquer l'histoire du club.
1518785750-594001s2009031320ktiijima.jpg
?Hitoshi Iijima, manager
de Sanyo Wild Knights
de 2008 à 2011
Invaincu cette saison-là (12 victoires, une défaite), Sanyo Wild Knights perd encore une fois le titre en finale contre Toshiba Brave Lupus (00-06). Et une fois de plus, le club d'Ota compensera avec un troisième titre d'affilé en All Japan Championship, acquis cette fois-ci contre Toyota Verblitz (22-17). La saison 2010/2011 sera celle de la concrétisation de la domination stérile de ces dernières années.

Renforcés avec les arrivées du 3ème ligne international sud-coréen 
Yu Youngnam,et du fantastique ailier Akihito Yamada (Honda Heat), les rouges et noirs, 2èmes à l'issue de la saison régulière, remportent enfin le titre de champion du Japon après trois finales perdues consécutives! Le "Clermont japonais" bat en finale le Suntory Sungoliath d'Eddie Jones et George Gregan (28-23). Mais ils ne parviendront pas à faire le doublé avec l'All Japan Championship, l'équipe de Fuchu prenant sa revanche de la finale perdue (37-20).

 
Hitoshi Iijima part alors sur une victoire et est remplacé au poste de manager par Norifumi Nakajima. Un symbole du club, l'ouvreur Tony Brown, prend également sa retraite. Une longue page se tourne alors. Durant l'intersaison, Sanyo est racheté par Panasonic.

Le club est aussi rebaptisé 
Panasonic Wild Knights et le maillot de l'équipe change de couleurs, passant du rouge et noir au bleu et noir. Malgré l'arrivée de l'international springbok Jaque Fourie à l'été 2011 ou encore du 3ème ligne néo-zélandais Hendrik Tui (Teikyo), l'équipe d'Ota doit s'incliner par deux fois en finale contre l'armada invincible d'Eddie Jones. En finale de Top League (28-47) puis en finale du All Japan Championship (09-21).

 
1518785834-302310logopanasonic.gif

Le club est rebaptisé Panasonic Wild Knights
en 2011 suite au rachat de Sanyo
1518785754-3072517695543.jpgSonny Bill Williams
sous le maillot des Wild Knights
La saison 2012/2013, le club crée le buzz en recrutant l'international All Black et controversé Sonny Bill Williams (Chiefs). Si le succès médiatique est au rendez-vous, l'apport du joueur sur le terrain est plus que critiquable. Sept matchs, deux essais, une moitié de saison après une blessure et un comportement plus que limite, Sonny Bill Williams n'aura pas marqué l'histoire du club.

Les absences de 
Fumiaki Tanaka et Shota Horie, présents en ITM Cup avec Otago et en Super Rugby, auront beaucoup pesé à l'équipe sans compter le départ de Tony Brown, dont Mike Delany n'aura pas réussi à remplacer durant ses deux saisons (2011-2013). Le bon remplaçant arrivera à l'été 2013: Berrick Barnes.


 
L'ouvreur Wallabies va former une charnière impressionnante avec la star japonaise Fumiaki Tanaka. Emmené par une défense de fer (à l'image de Ryu Koliniasi Holani) et de ses 3/4 de feu (Akihito Yamada et la recrue springbok JP Pietersen), Panasonic Wild Knights réalise le premier doublé historique de son histoire après sa victoire contre le double champion en titre du JaponSuntory Sungoliath (45-22) et contre Toshiba Brave Lupus, en finale du All Japan Championship (30-21). Pour la saison à venir, l'équipe voit l'arrivée du néo-zélandais Robbie Deans comme entraîneur-chef et de quelques jolies joueurs tels que l'international japonais Keisuke Uchida (Tsukuba Univ.). Le club d'Ota a encore de beaux jours devant lui.
 
1518785758-40664898969411847627263164107424391990411563n.jpg
Panasonic Wild Knights réalise le premier doublé de son histoire lors de la saison 2013/2014 Top League/All Japan Championship!
  
Liste des internationaux japonais passés par Panasonic Wild Knights:
 

Katsumi Miyaji (1941- , un cap): ancien pilier de Tokyo Sanyo. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il rejoint ensuite Tokyo Sanyo avec qui Il remportera plusieurs fois la ligue Kanto (1970, 1971, 1976 et 1977). Il connaitra avec le Japon une sélection en 1969, appelé par le sélectionneur Tetsunosuke Onishi, lors de la victoire contre Hong Kong (24 à 22), le 9 mars 1969. Il remportera ainsi le championnat d'Asie des nations cette année-là.

Après sa retraite, il devient en 1978 le nouveau sélectionneur des Cherry Blossoms, poste qu'il occupera à nouveau en 1984. Malgré plusieurs défaites, il gagnera deux championnats d'Asie des nations avec le Japon en tant que sélectionneur. Il devient par la suite entraîneur de Sanyo. Le rugby japonais est alors sous la domination de Kobe Steel. Il n'arrivera pas à remporter le moindre titre de champion du Japon avec le club. Il sera ainsi surnommé "l'entraîneur de la tragédie".


Takeshi Kato (Un cap): ancien 3ème ligne de Tokyo SanyoIl remportera plusieurs fois la ligue Kanto (1970, 1971, 1976 et 1977). Appelé par le sélectionneur Tetsunosuke Onishi, il connaitra une sélection avec le Japon lors de la lourde défaite à Tokyo contre l'équipe universitaire néo-zélandaise (08-55), le 21 mars 1967. 

Takeo Saruta (3 caps): ancien pilier de Tokyo SanyoIl remportera plusieurs fois la ligue Kanto (1970, 1971, 1976 et 1977). Appelé par le sélectionneur Tetsunosuke Onishi, il connaitra trois sélections avec le Japon. Il fêtera sa première sélection lors de la victoire historique des Cherry Blossoms en Nouvelle-Zélande contre les Juniors All Black (23 à 19), le 3 juin 1968. Il remportera également le tout premier championnat d'Asie des nations, en 1969. 

Hirotaka Ujino (12 caps): ancien ailier de Tokyo Sanyo. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha il rejoint ensuite Tokyo Sanyo avec qui il gagnera plusieurs titres de la ligue Kanto. International japonais à 12 reprises, il remportera avec le Japondeux championnats d'Asie des nations durant sa carrière (1978 et 1980).

Hopoi Taione (1957- , 4 caps): ancien 3ème ligne de Tokyo Sanyo. Tongien d'origine il rejoint Tokyo Sanyo en 1985 (rebaptisé Sanyo Electric un an plus tard). Il remportera trois ligues Kanto/Est avec le club (1986, 1987 et 1988). International japonais à 4 reprises, il fêtera sa première sélection le 31 mai 1986 aux Etats-Unis (1986). Après sa retraite de joueur en 1990, il est employé de Sanyo jusqu'en 2000. Il est depuis directeur de recrutement et management pour les joueurs en Asie, enEurope et en Océanie notamment.

Nofomuli Taumoefolau (1956- , 15 caps): ancien ailier de Tokyo Sanyo. International tongien en 1979 (3 fois), il rejoint par la suite Tokyo Sanyo et remporte plusieurs ligues Kanto/Est avec le club (1986, 1987, 1988, 1990, etc...). Appelé par le sélectionneur Hitoshi Oka, il fête sa première cape avec le Japon le 19 octobre 1985 à Dax contre la sélection France XV(défaite 50 à zéro). Avec les Cherry Blossoms, il participera à la coupe du monde de rugby de 1987 et sera notamment de la victoire historique contre la sélection Ecosse XV (28 à 24) en 1989. Il est connu pour être le premier joueur étranger non-asiatique de l'histoire à avoir intégrer la sélection de rugby du Japon.

Katsufumi Miyamoto (1966- , 9 caps): ancien 3ème ligne de Tokyo Sanyo. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il rejoint en 1988 Sanyo. Il fait partie de l'équipe "Tosho de malheur" qui perd notamment la finale du championnat du Japon de 1991 contre Kobe Steel (18 à 16) dans les arrêts de jeu. Après une nouvelle défaite en finale du championnat corporatif contreKobe Steel (18 à 03) en 1994, il prend sa retraite à 27 ans suite à une blessure chronique au genou. Appelé en sélection en 1986 par Hitoshi Oka, il participera à deux coupes du monde de rugby dans sa carrière (1987 et 1991).

Après dix ans de distance, Katsufumi Miyamoto revient dans son club de coeur et devient en octobre 2004 le nouveau manager de Sanyo Wild Knights, succédant à Koichi Shibata. Le club vient alors de réaliser un début de championnat catastrophique (cinq défaites en cinq matchs). La saison suivante, il permet à l'équipe de réaliser un début de saison canon (huit victoires consécutives) mais Sanyo Wild Knights se fera chipper le titre sur le final par Toshiba Brave Lupus. Lors de la saison 2007/2008, il perd les titres de Top League et de la Microsoft Cup en finale contre Suntory Sungoliath (14 à 10).

Il prendra sa revanche lors du premier titre du All Japan Championship remporté par Sanyo Wild Knights dans son histoire après sa victoire en finale contre Suntory Sungoliath (40 à 18).A l'issu de cette saison, il quitte son poste et rentre dans l'organigramme de l'entreprise de Sanyo Electric. De 2011 à 2013, il sera le manager de l'équipe universitaire de Doshisha


Sinali-Tui Latu (1965- , 32 caps): ancien 3ème ligne de Sanyo. Tongien d'origine, il connait tout d'abord deux sélections avec le Tonga en 1984 à seulement 19 ans. En 1985, il rejoint l'équipe universitaire de Daito Bunka et se fait remarquer par le sélectionneur japonais Katsumi Miyaji. Il fête sa première cape lors de la défaite des Cherry Blossoms (21 à 18) contre lesEtats-Unis. Il participera à trois coupes du monde de rugby avec le Japon (1987, 1991 et 1995) et sera de la victoire historique contre la sélection Ecosse XV (28 à 24) en 1989. En 1989, il rejoint Sanyo.

Il remportera plusieurs ligues Kanto A avec le club (1990, 1991, 1994, 1995). Après sa retraite de joueur, il deviendra entraîneur de l'équipe universitaire de Daito Bunka en 2003. Actuel conseiller de cette équipe, il conseille notamment son jeune fils Kruger Latu qui vient d'intégrer cette année l'effectif de l'équipe universitaire de Daito Bunka


SioneTupo Latu Mailangi (1971- , 9 caps): ancien 3ème ligne de Sanyo. Tongien d'origine, il est appelé en sélection dès 1992 par le sélectionneur Osamu Koyabu. Il participera à la coupe du monde de rugby de 1995 et remportera avec le Japon deuxchampionnats d'Asie des nations dans sa carrière (1992 et 1994). 

Ko Izawa-Nakamura (1970- , 17 caps): ancien 3ème ligne de Sanyo. Appelé en 1995 par le sélectionneur Osamu Koyabu, il participe à la coupe du monde de rugby cette année-là. Il remportera avec le Japon deux championnats d'Asie des nations dans sa carrière (1996 et 1998). 

Yoshihito Yoshida (1969- , 31 caps): ancien ailier de Sanyo. Célèbre international japonais passé par l'équipe universitaire deMeiji, il fera notamment un passage en France à Colomiers (2000-2001) avant de s'engager avec Sanyo. Il jouera par la suite chez Fukuoka Sanix Blues (2003-2004) avant de devenir entraîneur-chef (2004-2008) puis manager (2008-2009) de Yokogawa Musashino. En 2009, il devient entraîneur de l'équipe universitaire de Meiji.

Avec le Japon, il participera à deux coupes du monde de rugby (1991 et 1995) et remportera trois championnats d'Asie des nations dans sa carrière (1992, 1994 et 1996).


Takashi Yoshida (1975- , 4 caps): ancien arrière de Sanyo Wild Knights. Passé par l'équipe universitaire de Senshu, il évolue tout d'abord avec Suntory Sungoliath avant de rejoindre ensuite Sanyo Wild Knights. Avec le club d'Ota, il remporte trois All Japan Championship successifs (2008, 2009, 2010) et un titre de champion du Japon (Top League en 2011) avant de signer par la suite en 2011 avec Kamaishi Sea Waves, en Top Ligue Est A (2ème division japonaise). International nippon à 4 reprises, il fêtera sa première cape en 2002 lors de la défaite contre les Tonga (41 à 29). 


 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.