Les stades pour la coupe du monde de rugby de 2019
Auteur: 
Hinato
Publié le: 02/03/2015


1519131530-521264capture2.jpg

Le comité d'organisation de la coupe du monde de rugby de 2019 vient d'annoncer depuis le siège de World Rugby à Dublin, les stades qui accueilleront les rencontres de la prochaine édition au Japon. Sur les 15 villes candidates, douze sont retenues au final. La Japan Rugby Football Union aura donc eu le dernier mot, souhaitant douze stades pour étendre la compétition sur tout le pays contrairement aux dix stades recommandés par World Rugby à la base.

Les trois stades non-retenus sont le Sendai Stadium de Sendai (19 694 places), le 
Nishikyogoku Athletic Stadium de Kyoto (20 588 places) et le Nagasaki Athletic Stadium de Nagasaki (20 246 places). 8 des 12 stades retenus au final se situent dans les régions du Kanto, du Kansaï et de Kyushu, où se concentrent l'essentiel de la culture rugbystique au Japon.

On notera qu'il n'y aucun stade des régions de Chugoku et de Shikoku pour accueillir des matchs de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon. Kamaishi, Yokohama et Higashiosaka, trois villes historiques du rugby japonais, accueilleront des matchs lors de la compétition. Les stades sont assez bien répartis sur l'ensemble de l'archipel nippon de Sapporo au nord, à Oita tout au sud. Le Sapporo Dome de Sapporo (région d'Hokkaido) est par exemple dans une région très hostile en hiver et vraiment pas très réputée pour son amour du rugby.

Les régions du Kanto et de Kyushu seront les plus représentées avec chacune trois stades lors de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon! Sur les 12 stades pour la compétition, la moitié auront une capacité d'au moins 40 000 places et neuf de 30 000 places. Le nouveau National Stadium de Tokyo sera le plus grand stade (80 000 places) lors de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon tandis que le futur Kamaishi Recovery Memorial Stadium (16 187 places) sera le plus petit.

Les 12 stades de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon:

 
1519131548-248566listsapporo.jpg
Sapporo: Sapporo Dome (41 410 places)
 
Construit en 2001, le Sapporo Dome est un stade situé à Sapporo, sur l'île d'Hokkaïdo. Il fut construit pour la coupe du monde de football de 2002. Il est le seul stade de la région du même nom qui accueillera des rencontres de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon. Il faut dire que la région n'est pas vraiment une terre de rugby sur l'archipel nippon.

Le Sapporo Dome est utilisé pour les clubs locaux de base-ball (Hokkaido Nippon Ham Fighters) et de football (Consadole Sapporo). De fait, le stade possède deux pelouses différentes: une artificielle pour le base-ball et un de gazon naturel pour le football. Le Sapporo Dome est actuellement l'un des rares stades au Japon à disposer d'un toit, en raison des conditions climatiques très difficiles sur l'île d'Hokkaido en hiver.
 
1519131553-535183listiwate.jpg
Kamaishi: Kamaishi Recovery Memorial Stadium (16 187 places, à construire)
 
Pour le coup, le futur stade de Kamaishi (préfecture d'Iwate) sera lui sur une vraie terre de rugby au Japon. Il faut dire que cette ville qui se situe dans la région de Tohoku a une très grande histoire de rugby. Le club actuel local, Kamaishi Seawaves (crée en 2001), est l'héritier du mythique club de l'époque, Nippon Steel Kamaishi, connu notamment pour avoir remporter sept titres de champion du Japon et sept All Japan Championship consécutifs entre 1979 et 1985.

L'arrivée de ce futur stade est d'ailleurs très attendu par les fans de Kamaishi Seawaves, qui espérent voir dans les années à venir leur club monter en Top League japonaise. Frappée dramatiquement par le tsunami du 11 mars 2011 (1250 morts et disparus), la petite ville côtière de 36 000 habitants est encore aujourd'hui en reconstruction.

L'annonce d'ailleurs de ce futur stade ne fait pas forcément que des heureux aujourd'hui dans la ville, certains préférant que l'argent soit plus investis pour venir en aide aux familles sinistrées et encore sans maisons à l'heure actuelle. Le futur stade sera construit en hauteur, la ville de Kamaishi étant frappée régulièrement par de très grands tsunamis dans son histoire (1896, 1933, 2011). Il sera le plus petit stade de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon et devrait accueillir des matchs de second rang en toute logique (Géorgie, Roumanie, Tonga, etc...).
 
1519131601-429359listkumagaya.jpg
Kumagaya: Kumagaya Rugby Ground (24 000 places, à agrandir)
 
Construit en 1991, le Kumagaya Rugby Ground est un stade basé à Kumagaya (préfecture de Saitama), dans la région du Kanto. Il fait partie d"un large complexe, le Kumagaya Park, comprenant aussi un stade d'athlétisme, un terrain de golf, un terrain de softball et un parcours de jogging.

Faisant partie des rares grands stades de rugby au Japon, il accueille des rencontres de Top League japonaise et Top ligues régionales ainsi que les tournois lycéens de la préfecture. Il sera agrandi et se verra poser un écran géant (obligatoire) en vue de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon et devrait accueillir 24 000 spectateurs.
 
1519131597-823116listtokyo.jpg
Tokyo: New National Stadium (80 000 places, à reconstruire)
 
Construit en 1958 sur le site de l'ancien Meiji Jingu Gaien Stadium, le mythique stade de Tokyo (préfecture de Tokyo) a accueilli son premier évènement majeur cette même année avec les jeux asiatiques. Par la suite, il a reçu d'autres grands évènements majeurs: les jeux olympiques d'été de Tokyo (1964) ou encore les championnats du monde d'athlétisme (1991).

Le célèbre stade japonais est évidemment connu pour avoir accueilli de nombreux matchs de rugby, que cela soit avec la sélection du Japon au niveau international mais aussi au niveau universitaire avec les finales du championnat national universitaire ou encore les célèbres Someisen et Sokeisen, remplissant le stade (plus de 60 000 spectateurs) notamment dans l'âge d'or des années 80. La finale du mythique All Japan Championship se joue aussi dans ce stade chaque année.

Le New National Stadium a accueilli aussi le match d'ouverture de la toute nouvelle Top League japonaise (Suntory Sungoliath/Kobe Steel), le 13 septembre 2003. Outre le rugby, la finale de la coupe de l'empereur (football) se joue chaque début d'année dans ce stade. Des rencontres universitaires dans d'autres sports se jouent aussi dans le stade.

Le 25 mai 2014, le match Japon/Hong Kong, qui voyait la qualification des Brave Blossoms pour la coupe du monde de rugby en Angleterre, était le dernier match à se jouer en ce lieu avant sa reconstruction qui a démarré depuis. Le National Stadium va accueillir notamment le match d'ouverture et la finale de la coupe du monde de rugby de 2019 et les jeux olympiques d'été de Tokyo de 2020. Une des explications de la future piste d'athlétisme dans le New National Stadium qui aura donc une fonction multi-usage. Le nouveau stade, qui sera terminé en 2019, sera celui avec la plus grande capacité (80 000 spectateurs) lors de la coupe du monde de rugby au Japon.

1519131643-733978yokohamanissanstadiumaerial94127.jpg
Yokohama: Nissan Stadium (72 327 places)
 
Construit en 1998 pour la coupe du monde de football de 2002, le Nissan Stadium est basé à Yokohama (préfecture de Kanagawa), dans la région du Kanto. Avec une capacité de 72 000 places, il sera le deuxième plus grand stade de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon derrière le National Stadium de Tokyo. Etant donné sa capacité, il hébergera sans aucun doute plusieurs des grosses affiches de la compétition avec aussi au moins un 1/4 de finale et une 1/2 finale.

Stade de l'équipe de football de Yokohama F.Marinos, il n'a jusqu'ici jamais accueilli un match de rugby mais sa présence est toutefois fortement symbolique. 
C'est en effet la ville qui a vu apparaître le rugby sur l'archipel nippon au milieu du XIXème siècle et où réside d'ailleurs le plus vieux club de rugby au Japon de l'histoire, Yokohama Country & Athletic Club, crée en 1866! Une ville donc très symbolique au même titre qu'Higashiosaka ou encore Kamaishi.
 
1519131653-fukuroi.jpg
Fukuroi: Ecopa Stadium (50 889 places)
 
Construit en 2001 pour la coupe du monde de football de 2002, l'Ecopa Stadium est basé dans la ville de Fukuroi (préfecture de Shizuoka), dans la région de Chubu. Résidence des clubs de football de Jubilo Iwata (remplaçant) et de Shimizu S-Pulse, il sera seulement l'un des trois stades retenus pour la compétition à dépasser les 50 000 places. L'Ecopa Stadium devrait accueillir plusieurs grosses affiches de poule et au moins 1/4 de finale lors de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon.
 
1519131689-960131listaichi.jpg
Toyota: Toyota Stadium (45 000 places)
 
Construit en 2001 pour la coupe du monde de football de 2002 au Japon, le Toyota Stadium est basé à Toyota (préfecture d'Aichi), dans la région de Chubu. Résidence du célèbre club de football de Nagoya Grampus, il accueille aussi très régulièrement des rencontres du club local de rugby, Toyota Verblitz, l'un des plus grands clubs de l'histoire du rugby nippon.

Le Toyota Stadium dispose d'un toit qui se plie comme un accordéon. Il est en cela unique sur l'archipel japonais. On notera que ce stade a accueilli à plusieurs reprises la coupe du monde des clubs de football (2005, 2006, 2007, 2008, 2011, 2012).
 
1519131715-862820listosaka.jpg
Higashiosaka: Hanazono Stadium (30 000 places)
 
Construit en 1929, l'Hanazono Stadium est basé à Higashiosaka (préfecture d'Osaka), dans la région du Kansaï. C'est le plus vieux stade de rugby au Japon et le temple du rugby nippon. La ville elle-même respire le rugby avec notamment ses célèbres plaques d'égoûts aux gravures ovales que l'on peut voir un peu partout! Le 22 novembre 1929, le prince Chichibu (grand fan de rugby) et son épouse, la princesse Setsuko, avaient assisté à l'inauguration de ce stade mythique.

Transformé en champ agricole durant la seconde guerre mondiale pour nourrir la population, il sera réquisitionné à partir de l'occupation
 par la 98ème division d'infanterie américaine qui utilisera alors la pelouse du temple du rugby japonais pour jouer au football américain, une humiliation. L'Hanazono Stadium accueille chaque fin d'année le célèbre tournoi national lycéen de rugby mais aussi chaque saison des matchs de la Top League japonaise dont ceux de l'équipe locale, Kintetsu Liners. Le célèbre stade japonais accueille aussi de nombreux matchs de la sélection japonaise de rugby.

Propriété de Kintetsu (ex-
Osaka Electric Railway) depuis sa création, le mythique stade nippon vient d'être vendu récemment à la ville d'Higashiosaka suite à des problèmes financiers de la société japonaise qui ne pouvait plus l'entretenir. L'Hanazono Stadium, déjà rénové lors de son expansion en 1991 et doté d'une capacité de 30 000 places, se verra mettre un écran géant pour la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon. Véritable temple du rugby nippon, il ne serait pas impossible de voir les Brave Blossoms y jouer l'un de leur matchs de poule.
 
1519131761-184283listkobe.jpg
Kobe: Noevir Stadium (30 312 places)
 
Construit en 2001 pour la coupe du monde de football de 2002 au Japon, le Noevir Stadium (anciennement Kobe Wing Stadium ou Home's Stadium Kobe) est un stade basé à Kobe (préfecture de Hyogo) dans la région du Kansaï. Résidence du club de football de Vissel Kobe, il est aussi celui du club de Kobelco Steelers. Sans aucun doute le plus mythique club de rugby nippon à ce jour. Les rouges et blancs y avaient d'ailleurs fêté leur dernier titre de champion du Japon en 2004.

Il a accueilli dernièrement les Brave Blossoms lors de la dérouillée contre les Maoris All Blacks (61 à 21), le 1er novembre 2014. Possédant un toit rétractable et doté d'une capacité de 30 000 places, il sera l'un des jolis stades à voir durant la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon
 
1519131785-981870listfukuoka.jpg
Fukuoka: Level-5 Stadium (22 563 places)
 
Construit en 1995, le Level-5 Stadium (anciennement Hakatanamori Football Stadium) est basé à Fukuoka (préfecture de Fukuoka) dans la région de Kyushu. Il est la résidence du club de football d'Avispa Fukuoka mais aussi des clubs de rugby locaux, à savoir Coca-Cola Red Sparks et Kyuden Voltex.

Le stade a accueilli plusieurs matchs du championnat du monde de rugby U20 en 2009 mais aussi deux tests matchs des Brave Blossoms, contre l'Australie A (défaite 42 à 21) le 8 juin 2008 et contre les Philippines (victoire 121 à zéro), le 20 avril 2013. C'est à l'heure d'aujourd'hui le stade le plus utilisé dans la région de Kyushu pour le rugby nippon.
 
1519131811-352782listkumamoto.jpg
Kumamoto: KKWing Stadium (32 000 places)
 
Construit en 1995, le KKWing Stadium (aussi appelé Umanaka Yokana Stadium) est un stade basé à Kumamoto (préfecture de Kumamoto) dans la région de Kyushu. Résidence du club de football de Roasso Kumamoto, il accueille également de temps en temps des matchs de la Top League japonaise de rugby. Tout comme le Nagasaki Athletic Stadium, il possède une très grande piste d'athlétisme qui risque de gêner la vision des spectateurs, très loin du terrain. 
 
1519131807-895444listoita.jpg
Oita: Oita Bank Dome (40 000 places)

Construit en 2001 pour la coupe du monde de football de 2002 au Japon, le Oita Bank Dome est un stade basé à Oita (préfecture de Oita) dans la région de Kyushu. Surnommé le 'Grand Oeil" en raison de sa forme toute particulière, il est la résidence du club de football de Oita Trinita depuis 2001.

Il accueille aussi quelques matchs de la Top League japonaise de rugby chaque année. Doté d'une capacité de 40 000 places, il pourrait bien accueillir un 1/4 de finale lors de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon.

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.