Les grands stades japonais: une fausse idée reçue
Auteur:
Hinato
Publié le: 14/09/2015


1519070256-654015nissanstadium.jpg
Le Nissan Stadium est le plus grande stade japonais actuel avec ses 72 000 places

Fin septembre, le comité d'organisation de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon va devoir remettre une nouvelle liste de stades à World Rugby satisfaisante après l'abandon du New National Stadium de Tokyo sous peine de la perdre au profit de l'Afrique du sud ou de l'Italie. L'organisme international du rugby à XV et à 7 espère ainsi avoir un projet viable qui lui permettra de retrouver les 17 millions de dollars de recettes qui seront perdues avec l'abandon du New National Stadium. Elle espère ainsi ne pas réitérer l'échec financier de la coupe du monde de rugby de 2011 en Nouvelle-Zélande.

Si la Japan Rugby Football Union est totalement responsable dans la crise sur la franchise nippone en Super Rugby, la faute revient quant à elle à un jury désigné par le JSC qui a choisi l'architecture du stade, laissé aux oubliettes depuis, jugé trop cher par la population et les politiciens. Dans ce cours laps de temps qui reste, les japonais doivent donc trouver des stades assez grands pour tenir les garanties de recettes suffisantes dans quatre ans.

Mais World Rugby a mal jugée la situation d'un pays qu'elle ne connaît pas, en offrant la compétition en 2009. Les grands stades récents datent de la coupe du monde de football de 2002. Dans un pays en crise (200% de dettes de PIB), les nouveaux stades se font très rares et sont d'une dimension moyenne (20 à 30 000 places), comme pour celui du célèbre club du Gamba Osaka.

Inutile de dire que dans le pays du base-ball, voir de l'argent investi en masse dans le rugby ne plairait pas à une majorité de la population. Avec l'abandon du New National Stadium, qui ne sera pas prêt à temps et ne fera que 65 000 places au final, le plus grand stade japonais est le Nissan Stadium de Yokohama (72 000 places), qui a acueilli notamment la finale de la coupe du monde de football de 2002 entre le Brésil et l'Allemagne. Inutile de dire que ce dernier accueillera le match d'ouverture et la finale de la coupe du monde de rugby de 2019.

 
1519070260-58862620150712120147480.jpg
Malgré ses 63 700 places, le Saitama Stadium n'a pas un terrin assez grand pour les matchs internationaux de rugby

Car derrière, les très grands stades ne sont pas légions. Beaucoup de personnes pensent au Saitama Stadium de Saitama (63 700 places). Mais le célèbre stade des Urawa Red Diamonds, où jouent souvent les Samurai, l'équipe nationale de football du Japon, a un terrain trop petit pour des matchs de rugby internationaux et n'est pas extensible, les tribunes étant tout au bord. Derrière, le 3ème plus grand stade nippon est l'Ecopa Stadium (50 889 places), retenu pour la coupe du monde de rugby.

Pour arriver à donner une liste satisfaisante, le comité va donc devoir sacrifier certains des plus petits stades et les remplacer par des stades moyens. Car ces stades là existent: Ajinomoto Stadium de Tokyo (50 000 places), Nagai Stadium d'Osaka (50 000 places), Miyagi Stadium de Rifu (49 000 places), Big Arch Stadium d'Hiroshima (45 000 places), Niigata Stadium de Niigata (42 000 places) et Kashima Soccer Stadium de Kashima (41 000 places). Tous ces stades ont un point en commun: les villes ne s'étaient pas portées candidates (hormis Tokyo) pour accueillir des matchs de la coupe du monde de rugby de 2019. Le comité japonais et la JRFU vont donc devoir s'imposer pour rajouter deux à trois de ces stades dans la liste.

Des plus grands stades au détriment de plus petits, des terres non rugbystiques au détriment de terres historiques du rugby nippon, c'est sans doute à ce prix-là que le Japon devrait satisfaire World Rugby et conserver la compétition. La ville de Kamaishi, l'équivalent de notre Béziers à nous dans le rugby français, pourrait être la grande perdante. Car l'argent prime sur tout désormais dans la coupe du monde de rugby pour World Rugby. En témoigne le prix moyen des billets pour la coupe du monde de rugby de 2015 en Angleterre, qui sera le plus élevé dans l'histoire d'une compétition internationale (141 euros), dépassant ainsi celui de la coupe du monde de football de 2014 au Brésil (125 euros), ancien record! 

 
1519070257-75696620150612anationsheets01.jpg
L'Ajinomoto Stadium avait été proposé par le comité d'organisation du mondial 2019 pour remplacer le New National Stadium
mais avait été refusé par World Rugby. Avec ses 50 000 places, il est pourtant le 4ème plus grand stade japonais actuel.

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.