Le rugby à XIII japonais
Auteur:
Hinato
Publié le: 16/10/2014


1518986100-2346227002.jpgLe logo de la
Japan Rugby League
Le rugby à XIII japonais a, contrairement à son grand frère le rugby à XV japonais, une très récente et petite histoire. La fédération nipponne de rugby à XIII, la Japan Rugby League, est fondée en 1993 par l'australien Max Mannix, ancien joueur de rugby à XIII des clubs de Canterbury-Bankstown Bulldogs et Illawara Steelers.

Dès le début de son séjour au 
Japon, il tente de prouver qu'une équipe de rugby à XIII japonaise est tout à fait possible. Avec l'aide de son frère Greg Mannix et du japonais Masayuki Watabe, il parvient à convaincre plusieurs locaux à rejoindre la future équipe.

Les premières séances d'entraînements hebdomadaires ont ainsi lieu mais se font dans des confitions difficiles, sur les rives de la rivière Tama, dans la périphérique de Tokyo. En 1994, le Japon est ainsi invité à participé au Rugby League World Sevens. L'équipe est entièrement composée de joueurs japonais venant du rugby XV. Menacés par la Japan Rugby Football Union, les "Samuraïs", comme ils se font dès lors appelés, ne cèdent pas à la menace et participent au tournoi.

Malgré trois défaites en trois rencontres contre les Tonga, la Grande-Bretagne et la Russie, le Japon se sera révélé comme l'un des grands chouchoux du public durant la compétition. Max Mannix parviendra dans les années 90 à envoyer quelques joueurs japonais chez les clubs professionnels australiens: Kenji Imanaga chez les 
Canterbury-Bankstown Bulldogs, rejoint plus tard par Ryoichi Ojima. Les deux joueurs nippons porteront ainsi les couleurs du club de Canterbury, entraîné alors par le célèbre Kevin Moore.
1518986098-64789806austour03.jpg
Les Samuraïs, l'équipe de rugby à XIII du Japon

En 1995, le Japon remporte sa première victoire internationale contre le Canada (14 à zéro). Mais ce succès ne sera pas homologué car les japonais avaient aligné un joueur dans leur effectif qui n'était pas enregistré. La première victoire historique et unique sera en 1999, face au Canada (14 à zéro) Et c'est à l'heure actuelle encore la seule, puisque le Japon n'a depuis aligné que des défaites. La dernière remonte au 30 janvier 2014, face à la Thaïlande (40 à 14).

Les japonais sont aujourd'hui encore une très faible équipe dans le monde du rugby à XIII. Il faut dire que le rugby à XIII est totalement amateur sur l'archipel. Le Japon n'est d'ailleurs toujours pas membre entier de la Rugby League International Federation, l'équivalent de l'International Rugby Board pour le rugby à XV.

 
Sur le continent asiatique, le rugby à XIII débute tout juste à peine son histoire également. Il faut attendre ainsi 2011 pour voir l'Asian Rugby League fédération, la fédération asiatique du rugby à XIII, naître!

Elle est crée par les huits jeunes pays du rugby à XIII en 
Asie: le Japon, la Chine, l'Indonésie, les PhilippinesSingapour, la Malaisie, l'Inde et la Thaïlande. En 2012, la première compétition asiatique de rugby à XIII, l'Asian Rugby League Cup, est crée. Cette compétition se déroule tout les deux ans.
1518986103-4231323203.jpg
Le logo des Tokyo Warriors
 
Au niveau intérieur du pays, le rugby à XIII est extrêment peu répandu au Japon. Les trois clubs actuels existants se concentrent ainsi principalement sur Tokyo: Tokyo Warriors, Shinjuku Giants et Kansai Kaminari. Tout comme la sélection nationale, les clubs sont amateurs. Il n'y a pas de championnat mais il existe toutefois une coupe, la JRL National Cup, qui se dispute entre les Tokyo Warriors et les Shinjuku Giants. Avec très peu de moyens, de licenciés et une exposition médiatique néante, le rugby à XIII a énormément de mal à se faire une place au Japon à côté du rugby à XV et du rugby à 7.
 
1518986105-5051661604.jpg
L'équipe japonaise de rugby à XIII des Tokyo Warriors

 



Créer un site
Créer un site