Kobelco Steelers: le mythique club japonais
Auteur:
Hinato
Publié le: 10/06/2014


1518811498-276850jerseykobe1st.gif

Nom: Kobelco Steelers

Couleur: rouge et blanc

Année de fondation: 1928

Affiliation ligue: Top League

Palmarès:

All Japan Championship:

9 titres: 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 2000, 2001

Finaliste (quatre fois): 1999, 2002, 2004, 2013


Top League:

Un titre: 2004

Tournoi national des sociétés:

9 titres: 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 2000, 2001

Finaliste (trois fois): 1985, 1986, 2002


Ligue Kansaï A:

13 titres: 1983, 1984, 1986, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1995, 1996, 1997, 1998, 2001
 
Intéressons-nous à l'histoire du plus grand club japonais (corporatif) de rugby de l'histoire: Kobelco Steelers. L'histoire commence quand le 1er septembre 1905, en plein ère MeijiSuzuki Shoten, une société de négoce à Kobe, acquit une entreprise d'aciérie du nom de Kobayashi Seikosho danpuis de son nom définitif, Kobe Steel. En 1911, l'entreprise sidérurgique prend son indépendance vis-à-vis de Suzuki Shoten. Elle se dévellopera dans les années qui suivront, le besoin en acier étant très important pour un Japon expansionniste et très militariste à l'époque.

Il faudra attendre le 21 octobre 1928 pour que le club de rugby de l'entreprise nipponne voie le jour. Le club est alors fondé ce jour-là par le directeur de l'entreprise, Tokuda ShisaburoKobe Steel est alors une équipe à part dans le paysage du rugby japonais, dominés totalement par les équipes universitaires et lycéennes, ces dernières ayant même déjà un tournoi national depuis 1918. C'est en effet la toute première équipe de rugby corporative japonaise de l'histoire. Kintetsu, l'autre grand club mythique corporatif d'avant-guerre, ne sera crée qu'un an plus tard. La première rencontre de l'histoire a lieu le 17 novembre 1928 face à l'équipe universitaire de Kwansei Gakuin
  
1518811516-171623imglarge192801.jpg
Le premier match de l'histoire de Kobe Steel, face à l'équipe universitaire de Kwansei Gakuin, en 1928
 
Les championnats corporatifs (régionaux et nationaux) n'existant pas encore et les clubs corporatifs nippons de rugby n'étant pas légion, Kobe Steel doit se réduire dans sa période d'avant-guerre à des petits tournois préfectoraux, à l'image du tournoi coporatif de rugby de Kobe que le club remportera en 1935 et en 1936 (tournoi crée en 1931). Pendant la seconde guerre mondiale, l'équipe continuera à jouer mais devra stopper à partir de 1942. A ce moment-là, de nombreux joueurs du club sont morts au front et il n'y a plus assez de joueurs pour pratiquer le rugby. Durant les bombardements américains sur le pays, les installations de Kobe Steel sont durement frappées. Malgré les pertes, le rugby va vite reprendre ses droits.

Dès 1947, l'équipe de rugby revient jouer sur les pelouses. En 1948, le tout premier tournoi national des sociétés (championnat national des clubs corporatifs de rugby) voit le jour au JaponKobe Steel y participera dès la saison suivante mais n'atteindra pas les finales les saisons qui suivront. En 1952, l'ouvreur Fukuoka Shibagaki devient le premier joueur de l'équipe de Kobe à jouer avec les Cherry Blossoms, la sélection japonaise de rugby! Ce sera lors de la très lourde défaite à Osaka contre l'équipe universitaire d'Oxford (35 à zéro). Sa seule sélection de sa carrière.
 
Lors de la saison 1958/1959, les ligues régionales corporatives de rugby voient le jour, à l'image de la ligue KansaiKobe Steelest alors intégré à la ligue Kansai A mais descendra vite les étages pour atterrir en 1962 dans la ligue Kansai C (3ème division japonaise), tout juste crée. Lors de la saison 1964/1965, le club devient champion et est promu en ligue Kansai B. C'est son premier "titre majeur" remporté dans son histoire. Cette superbe saison permet à l'équipe d'accéder au tournoi national des sociétés qu'il n'avait plus atteint alors depuis 11 ans! Mais la saison 1968/1969, catastrophique (une victoire et cinq défaites) voit Kobe Steel rétrogradé en ligue Kansai C. Le club de Kobe retrouvera la 2ème division japonaise dès la saison suivante.

Lors de la saison 1973/1974, l'équipe remporte son premier titre de la ligue Kansai B. Mais elle échoue à la montée après sa défaite en barrage contre Kurita Water, dernier de la ligue Kansai A. Lors de la saison 1975/1976, Kobe Steel devient à nouveau champion de la ligue Kansai B. Sa victoire en barrage contre Kyoto City lui permet enfin de monter en ligue Kansai A
. Les heures de gloires à venir du club ne sont alors plus très loin.
 
Le 11 décembre 1983, l'équipe, emmenée par son entraîneur Shoichi Tokuda, remporte le premier titre de la ligue Kansai A de son histoire. Un titre partagé cette saison-là avec Toyota Motor Corporation et Osaka Police. Qualifiés pour le tournoi national des sociétés, les rouges et blancs atteindront les 1/2 finales, historique pour le club. La saison suivante, Kobe Steel bat pour la première fois de son histoire Toyota Motor Corporation (19-16) le 2 décembre 1984 et remporte cette fois-ci la ligue Kansai A, seul. C'est alors l'équipe des Toshiyuki Hayashi, Seiji Hirao, Atsushi Oyagi, Mitsutake Hagimoto, autant d'internationaux japonais qui seront à la base de l'avènement du club de Kobe sur le devant de la scène du rugby japonais.

Lors de cette saison 1984/1985, Kobe Steel atteindra pour la première fois de son histoire la finale du tournoi national des sociétés mais tombera largement face à l'armada de Nippon Steel Kamaishi, ce 6 janvier 1985 (22 à zéro). Les rouges et blancs s'inclineront ensuite en All Japan Championship contre l'équipe universitaire de Doshisha

 
1518811564-461290imglarge198501.jpg
Le 2 janvier 1986, Kobe Steel réalise un exploit historique en sortant en 1/2 finale le septuple champion en titre du Japon, Nippon Steel Kamaishi!
 
Lors de la saison 1985/1986, l'équipe de Kobe réalisera une saison vierge malgré pourtant un superbe parcours. Derrière Toyota Motor Corporation (vainqueur de la ligue Kansai A), elle va réaliser un exploit retentissant et historique en battant en 1/2 finale du tournoi national des sociétés l'armada de Nippon Steel Kamaishi, septuple champion en titre, sur le score de 13 à 09! Elle s'inclinera malheureusement par la suite en finale contre Toyota Motor Corporation (12 à 03).

Mais l'exploit en 1/2 finale montre à cette équipe qu'elle a désormais les moyens d'aller chercher le titre tant désiré. Lors de la toute première coupe du monde de rugby de 1987 qui se déroule en Nouvelle-Zélande et en Australie, le Japon fait partie des 16 nations invitées pour cette première édition. Pour cet évènement historique, quatre joueurs de Kobe Steel font partie de la sélection des Cherry Blossoms: le pilier/2ème ligne Toshiyuki Hayashi, le 1/2 de mêlée Mitsutake Hagimoto, le 2ème ligne Atsushi Oyagi et le mythique ouvreur Seiji Hirao. Toshiyuki Hayashi est à cette occasion le capitaine de la sélection nipponne lors de cette coupe du monde de rugby historique. 

1518811602-547747imglarge198804.jpg
Le 10 janvier 1989, Kobe Steel remporte son premier titre de champion du Japon contre Toshiba Fuchu!
 
Lors de la saison 1988/1989, le règne de Kobe Steel va commencer. La mort de l'empereur Hirohito, le 7 janvier 1989, oblige la Japan Rugby Football Union à décaler la finale du championnat japonais du 8 au 10 janvier. Emmenés par leur entraîneur Yasuaki Hirata et leur emblématique capitaine Seiji Hirao, les rouges et blancs remportent leur premier titre de champions du Japon de leur histoire après leur victoire en finale contre Toshiba Fuchu (23 à 09), le 10 janvier 1989. Cinq jours plus tard, l'équipe de Kobe réalise même un doublé historique en remportant son premier All Japan Championship de son histoire après sa victoire écrasante en finale contre l'équipe universitaire de Daito Bunka (46 à 17), le 15 janvier 1986. 
 
En 1989, le club de Kobe gagne son 4ème titre de champion de la ligue Kansai A. Le 8 janvier 1990, Kobe Steel remporte son 2ème titre de champion du Japon consécutif après sa victoire en finale contre Suntory (28 à 15). Le 15 janvier, le club réalise même le triplé après sa victoire écrasante contre le mythique club universitaire de Waseda (58 à 04). De nouveaux joueurs participent à la domination du club japonais sur le rugby de l'archipel nippon: l'arrière Takahiro Hosokawa, le talonneur Eiji Hirotsu sans oublier l'ailier australien Ian Williams, qui a un rôle majeur à cette époque dans l'équipe. 
 
La saison 1990/1991 qui suit ressemble à la précédente. Kobe Steel réalise le triplé avec notamment une finale du tournoi national des sociétés remportée de justesse face à Sanyo (18 à 16), le 8 janvier 1991, grâce à un essai venu de nulle part de l'ailier australien Ian Williams, le héros du match! Les rouges et blancs gagneront la même saison leur troisième All Japan Championship consécutif en écrasant l'équipe universitaire de Meiji (38 à 15).

Lors de la coupe du monde de rugby de 1991 en Europe, cinq joueurs de Kobe Steel font partie de la sélection des Cherry Blossoms: le pilier/2ème ligne Toshiyuki Hayashi, le 2ème ligne Atsushi Oyagi, l'ouvreur Seiji Hirao, l'arrière Takahiro Hosokawa et le 1/2 de mêlée Masami Hoikoshi. Seiji Hirao est alors le capitaine de cette sélection japonaise qui marquera l'histoire puisqu'elle est à l'heure actuelle (où j'écris l'article) la seule équipe nipponne de l'histoire à avoir remporté un match en coupe du monde de rugby (52 à 08 contre le Zimbabwe).
 
Lors de la saison 1991/1992, le club change de staff. Yasuhisa Uchida devient le manager de l'équipe et Ippei Onishi le nouveau capitaine. Mais cela n'empêche pas les rouges et blancs de continuer leur incroyable série et de réussir une fois de plus le triplé. Après la ligue Kansai A, Kobe Steel remporte à nouveau le championnat japonais après sa victoire face à Sanyo (24 à 15), le 8 janvier 1992. En finale du All Japan Championship, le club de Kobe écrasera une fois encore l'équipe universitaire de Meiji (34 à 12). Rien ne semble pouvoir arrêter cette équipe. 
 
La saison 1992/1993 qui suit est bien plus difficile mais les rouges et blancs, de part une expérience désormais du haut niveau (japonais) et des titres enchaînés, vont montrer un mental infaillible. Après un nouveau titre en ligue Kansai A, l'équipe de Kobe tombe en 1/4 de finale du tournoi national des sociétés Mazda le 27 décembre 1992 avant de sortir plus que péniblement en 1/2 finale Sanyo (12 à 08), le 3 janvier 1993, grâce au pied de Seiji Hirao qui aura sanctionné les fautes répétées des doubles finalistes ces deux dernières années en championnat.

Le 9 janvier 1993, sur une pelouse du Chichibunomiya Stadum dans un état lamentable dû à la tempête de verglas, Kobe Steel affronte Toshiba Fuchu, tombeur en 1/2 finale de Ricoh (33 à 15). C'est alors de loin la finale la plus difficile que joue l'équipe de Kobe depuis le début de son règne sur le rugby japonais. Mais au mental et à l'expérience, les rouges et blancs remportent la finale (20 à 19)! Un titre difficilement acquis qui explique aussi à la remise du trophée une joie incroyable des hommes de Yasuhida Uchida, incomparable avec les titres auparavant.

Le 15 janvier 1993, l'équipe de Kobe réalise un nouveau triplé en remportant l'All Japan Championship en écrasant en finale l'équipe universitaire d'Hosei, équipe où évolue alors un certain Takeomi Ito
C'est l'heure de la mythique équipe de Kobe Steel, certainement celle la plus connue de l'histoire du club. Le XV de départ lors de la finale contre Hosei

1-Masayuki Fukumoto 2-Eiji Hirotsu 3-Toshiyuki Yamashita 4-Toshiyuki Hayashi 5-Simon Clark 6-Norio Muto 7-Atsushi Oyagi 8-Ippei Onishi 9-Masami Horikoshi 10-Hiroyuki Yabuki 11-Tsuyoshi Tomioka 12-Hirohisa Kato 13-Seiji Hirao 14-Ian Williams 15-Takashi Ayajo

1518811655-519487imglarge199402.jpg
Le 8 janvier 1995, Kobe Steel remporte son 7ème titre national consécutif, égalisant le record historique de Nippon Steel Kamaishi!
 
La saison 1993/1994, le club réalise à nouveau le triplé. Kobe Steel bat en finale du championnat japonais Sanyo (18 à 03) et en finale du All Japan Championship l'équipe universitaire de Meiji (33 à 19). 1994, c'est l'année où arrive alors dans l'équipe le jeune ailier Akira Yoshida (Kyoto Sangyo) et surtout le jeune 3ème ligne Takeomi Ito (Hosei). La saison suivante, les rouges et blancs ne réaliseront que le doublé. Vaincus le 27 novembre 1994 par World en championnat (24-25) lors du derby de Kobe, ils cèdent la ligue Kansaï A à leur rivaux locaux. Kobe Steel perd ainsi son invincibilité qu'il détenait depuis décembre 1988, soit 71 matchs. Un véritable record qui tombait.

Malgré ce revers, l'équipe de Kobe va marquer l'histoire en remportant un 7ème titre du championnat japonais, contre Toshiba Fuchu (37 à 14), le 8 janvier 1995, et un 7ème titre du All Japan Championship face à Daito Bunka (102 à 14), le 15 janvier 1995. Kobe Steel rentre alors définitivement dans l'histoire en réussissant la même performance que Nippon Steel Kamaishi autrefois, à savoir remporter sept titres nationaux et du All Japan CHampionship consécutifs!
 
Mais les joueurs de Kobe Steel n'auront guère longtemps pour fêter leur record historique. Deux jours plus tard, le 17 janvier 1995, un puissant séisme frappe la région de Kobe. Ce séisme, connu sous le nom de Hanshin-Awaji (d'une magnitude de 7,2 sur l'échelle de Richter) tuera pas moins de 6 347 personnes et commettra des dégâts sans précédents. Pour la seule société Kobe Steel, les pertes seront estimées à 102 milliards de yens (plus de 730 millions d'euros)! Outre financier, ce séisme aura un lourd impact sur la population locale dont l'équipe de rugby.

Au mois de mai 1995, le Japon participe à sa 3ème coupe du monde de rugby. Six joueurs de Kobe représenteront le Japon lors du tournoi et participeront au désastre de Bloemtonfein contre la Nouvelle-Zélande (17 à 145): l'ouvreur Seiji Hirao, le talonneur Eiji Hirotsu, le 1/2 de mêlée Masami Horikoshi, le centre Yukio Motoki, le centre Akira Yoshida et l'ailier Terunori Masuho. Ce dernier sera vivement critiqué dans la presse après l'humiliation contre l'équipe B des All Blacks.

Frappée psychologiquement par le séisme de 1995, l'équipe de Kobe, va rentrer dans le mou. Les arrivées des jeunes prometteurs Kazuya Koizumi et Yuji Sonoda (1996) et Daisuke Ohata (1997) ne changeront rien dans un premier temps. Kobe Steel ne remportera ainsi durant les années suivantes que deux titres de la ligue Kansaï A (1996 et 1997). En 1997, Seiji Hirao devient le nouveau sélectionneur des Cherry Blossoms mais va devenir manager général du club (poste qu'il occupe toujours aujourd'hui) après sa retraite de joueur en 1998.

En son absence, Mitsutake Hagimoto, ancien joueur par le passé de Kobe Steel, devient l'entraîneur-chef des rouges et blancs. Sous ses ordres, l'équipe revient au tout premier plan et outre le titre de la ligue Kansaï A, joue le 28 février sa première finale du All Japan Championship en quatre ans. Une finale malheureusement perdu contre Toshiba Fuchu (24 à 13). Lors de la coupe du monde de rugby de 1999, sept joueurs de Kobe représentent le Japon: le pilier/talonneur Toshikazu Nakamichi, le 3ème ligne Takeomi Ito, l'ouvreur Kensuke Iwabuchi, le centre Yukio Motoki, le centre Akira Yoshida, l'ailier Terunori Masuho et le prodige ailier Daisuke Ohata.

1518811700-852897imglarge199901.jpg
Le 30 janvier 2000, Kobe Steel remporte le derby de Kobe en finale et gagne le 8ème titre de champion du Japon de son histoire!
 
Lors de la saison 1999/2000, Kobe Steel, toujours entraîné par Mitsutake Hagimoto, retrouve la gagne en réalisant le doublé championnat national/All Japan Championship. Le 30 janvier, les rouges et blancs battent ainsi en finale du tournoi national des sociétés leur rival local, World (35 à 26). Le 27 février 2000, le doublé sera réalisé grâce à la victoire en finale d'AJC contre Toyota Motor Corporation (49 à 20). La saison suivante, Kobe Steel remportera le 21 janvier 2001 la finale du championnat national contre Toyota Motor Corporation (26-29) avant de réaliser un nouveau doublé avec l'AJC, suite à son match nul contre Suntory (21-21) le 25 février 2000. Le club de Kobe a alors clairement son apogée.

Lors de la saison 2001/2002, il remportera à nouveau la ligue Kansaï A mais tombera contre Suntory en finale du tournoi national des sociétés (31-50), le 13 janvier 2002, avant de tomber à nouveau contre ce même club en finale du All Japan Championship (17-28), le 3 février 2002. Suntory, qui éliminera Kobe Steel dès le premier tour du tournoi national des sociétés pour la dernière édition de cette formule. En effet, la Top League japonaise est sur le point de voir le jour.
 
Entre-temps, le Japon participe à la coupe du monde de rugby de 2003, sa 5ème consécutive. Six joueurs de Kobe représentent les Cherry Blossoms: le 3ème ligne Takeomi Ito, le 3ème ligne Yuya Saito, le 1/2 de mêlée Yuji Sonoda,  l'ouvreur Andrew Miller, le centre Yukio Motoki et l'ailier Daisuke Ohata. En championnat, l'équipe aura l'honneur de jouer le match d'ouverture de l'histoire de la Top League japonaise, le 13 septembre 2003 contre Suntory Sungoliath, au National Stadium de Tokyo (défaite 31 à 54), devant 35 000 spectateurs. Une défaite qui n'empêchera par Kobe Steel de remporter cette saison-là le 10ème titre de champion du Japon de son histoire! 

1518811755-115030imglarge200303.jpg
Kobe Steel, champion du Japon en 2004!

Kobe Steel n'aura cependant pas réussi le doublé suite à sa défaite en finale du All Japan Championship (10-22) contre Toshiba Fuchu Brave Lupus, le 21 mars 2004. A l'issu de cette saison réussie, l'entraîneur-chef Mitsutake Hagimoto quittera l'équipe pour prendre son nouveau poste de sélectionneur du Japon. Un autre ancien joueur du club, Terunori Masuho, le remplace alors sur le banc et devient manager de Kobelco Steelers. Mais sous ses ordres l'quipe de Kobe va rentrer dans le rang tandis que la championnat japonais est dominé par les nouveaux grands clubs (Toshiba Brave Lupus, Suntory Sungoliath, Panasonic Wild Knights et NEC Green Rockets). Il sera licencié en 2007 et Seiji Hirao, toujours manager général, prendra en main l'équipe.

Ces contre-performances du club explique que lors de la coupe du monde de rugby de 2007 en France, le sélectionneur néo-zélandais John Kirwan ne convoque que trois joueurs de Kobelco Steelers pour représenter le Japon: le talonneur Yuji Matsubara, le centre Yuta Imamura et l'ailier Daisuke Ohata. Mais ce dernier, grièvement blessé dix jours avant le début de la compétition après s'être rompu le tendon d'Achille gauche après un match de préparation contre le Portugal, devra déclarer forfait pour sa dernière coupe du monde dans sa carrière...
 
Mais tout comme dans les années 90, Seiji Hirao n'arrivera pas à mettre l'équipe de Kobe au premier plan. A l'issu de la saison 2009/2010, le 1/2 de mêlée de Kobelco Steelers, Yuji Sonoda, qui vient tout juste de prendre sa retraite, prend la relève en devenant entraîneur-chef. Avec lui, les rouges et blancs vont retrouver le top 4 japonais et joueront la finale de la 50ème édition du All Japan Championship face à Suntory Sungoliath, le 24 février 2013. Une finale malheureusement perdue sur le score de 36 à 20 malgré la présence de l'international springbok Jaque Fourie.

Entre-temps, lors de la coupe du monde de rugby de 2011 en Nouvelle-Zélande, le sélectionneur John Kirwan aura convoqué à nouveau trois joueurs de Kobelco Steelers pour représenter le Japon: le pilier Hisateru Hirashima, le 3ème ligne Itaru Taniguchi et pour finir le centre Yuta Imamura.
 
En 2014, Yuji Sonoda prendra ses responsabilités en démissionnant, n'ayant pas réussi à remporter le moindre titre avec le mythique club japonais en quatre saisons. Les dirigeants nommeront alors le sud-africain Gary Gold comme nouvel entraîneur-chef du club. Une décision qui confirme une tendance au Japon et en particulier chez Kobelco Steelers. L'équipe de Kobe recrute depuis la fin des années 2000 de plus en plus de joueurs sud-africains dans son équipe (Peter Grant, Andries Bekker, Matt Vant Leven, Jaque Fourie, etc...).

Le légendaire club nippon, qui n'a plus gagné de titres depuis déjà dix ans, s'ouvre de plus en plus au réservoir sud-africain (entraîneurs, joueurs) pour retrouver au plus vite un titre. Mais pas seulement. Son partenariat depuis cette année avec la franchise néo-zélandaise des Chiefs (avec échanges de joueurs, etc...) montre que les dirigeants du club mettront tout les moyens disponibles pour que l'équipe de Kobelco Steelers retrouve sa domination et sa gloire d'autrefois. Reste désormais à savoir quand finalement...

Liste des internationaux japonais passés par Kobelco Steelers:

Fukuo Shibagaki (Un cap): ancien ouvreur de Kobe Steel, il aura connu une sélection avec les Cherry Blossoms en 1952 lors de la très lourde défaite à Osaka face à l'université d'Oxford (35 à zéro).

Hirotsugu Ato (1953- , un cap): ancien 3ème ligne de Kobe Steel. Passé par l'équipe universitaire de Meiji, il remporte avec les violets et blancs le championnat national universitaire face à l'emmeni juré Waseda (18-07) en 1976. Cette année-là, il rejoindra Kobe Steel et connaîtra la seule sélection avec le Japon de sa carrière lors de la terrible humiliation en Colombie-Britannique (07-38). 

Toshiaki Yasui (8 caps): ancien pilier de Kobe Steel. Il connaîtra huit sélections avec les Cherry Blossoms entre 1976 et 1979. Il connaîtra un seul succès avec le Japon, celui de 1978 face à la Corée du sud (16 à 04) qui lui offrit le titre de champion d'Asie.

Toshiyuki Hayashi (1960- , 38 caps): ancien pilier/2ème ligne de Kobe Steel. Célèbre international nippon, il était connu pour avoir un grand gabarit (184 cm, 103 kg) pour un joueur japonais de rugby de l'époque. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il rejoint en 1982 Kobe Steel. Avec le club de Kobe, il réalisera les fameuses sept victoires consécutives en championnat japonais et en All Japan Championship (1989-1995).

En sélections, il aura son baptême du feu le 19 octobre 1980 lors d'une défaite en France en test match (03-23). Capitaine emblématique du Japon lors de la première coupe du monde de rugby, il ne le sera pas l'édition suivante, remplacé par son coéquipier de club, Seiji Hirao. Il sera de la victoire historique contre l'Ecosse le 28 mai 1989 au Chichibunomiya Stadium de Tokyo. Il jouera son dernier match international 26 septembre 1992 lors de la victoire contre Hong Kong (37-09), remportant ainsi son unique titre de champion d'Asie.


Seiji Hirao (1963- , 35 caps): ancien ouvreur de Kobe Steel. C'est avec Toshiyuki Hayashi l'un des plus célèbres joueurs de l'histoire de Kobe Steel et du rugby japonais. Il était surnommé de son temps "Monsieur Rugby". Né à Kyoto, il gagne tout d'abord en 1981 le célèbre tournoi national des lycées avec Fushimi Kogyo. Il passera par la suite par l'équipe universitaire de Doshisha et remportera trois championnats nationaux universitaires entre 1983 et 1985.

Après quelques mois d'études à l'université anglaise de Richmond, il rejoint en 1986 Kobe Steel. Il sera l'une des pièces maîtresses qui permettra au club de Kobe de régner sur le rugby nippon entre 1989 et 1998, raflant à cette époque tous les titres possibles. En sélection, il participera à trois coupes du monde de rugby (1987, 1991 et 1995), étant d'ailleurs capitaine lors de la seconde édition. Il sera de la victoire historique contre l'Ecosse le 28 mai 1989 au Chichibunomiya Stadium de Tokyo. Après sa retaite de joueur, il devient le manager général de Kobe Steel.

Il sera entre temps devenu le sélectionneur du Japon de 1997 et 2000, menant ainsi les Cherry Blossoms lors de la coupe du monde de rugby de 1999 avec lesquels il ne remportera pas le moindre match mais avec qui il aura gagné son premier titre international avec le championnat d'Asie des nations en 1998. Il est depuis redevenu le manager général des Kobelco Steelers.


Atsushi Oyagi (1961- , 30 caps): ancien 2ème ligne de Kobe Steel. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il remportera le championnat national universitaire mais s'inclinera en finale du All Japan CHampionship face à l'ogre de l'époque, Nippon Steel Kamaishi. Il rejoindra par la suite Kobe Steel et fera partie de la génération dorée qui remportera sept championnats du Japon et sept All Japan Championship consécutivement.

En sélection,  Il sera de la victoire historique contre l'
Ecosse le 28 mai 1989 au Chichibunomiya Stadium de Tokyo mais participera également à deux coupes du monde de rugby (1987 et 1991). Il aura aussi remporté le championnat d'Asie des nations en 1984 avec les Cherry Blossoms. Après sa retraite, bien des années plus tard, il deviendra en 2014 le nouveau président de l'équipe lycéenne d'Ashiya Gakuen


Mitsutake Hagimoto (1959- , un cap): ancien 1/2 de mêlée de Kobe Steel. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il remporte en 1981 le championnat national universitaire mais s'incline en finale du All Japan Championship contre Nippon Steel Kamaishi (03-10). Il rejoint Kobe Steel en 1982 et fera partie de la célèbre équipe à remporter le septuplé championnat et All Japan Championship. Il connaîtra une sélection avec le Japon, lors de la première coupe du monde de rugby en 1987 en Australie, lors de la défaite face à l'Angleterre (07-60).

Après sa retraite, il deviendra entraîneur de Kobe Steel. Le premier titre de Top League, remporté par son équipe en 2004, lui vaut la même année d'être nommé successeur de Shogo Mukai à la tête des Brave Blossoms. Mais la désastreuse tournée de novembre 2004 en Europe et les mauvais résultats de 2005 auront raison de lui et il sera licencié. Il sera par la suite sélectionneur des U19 nippons, manager de NTT-Docomo Kansai et sélectionneur de la sélection japonaise féminine. 


Masami Horikoshi (1968- , 27 caps): ancien 1/2 de mêlée de Kobe Steel. Passé par l'équipe universitaire de Waseda dès 1987, il remporte deux championnats nationaux universitaires (1988 et 1990) et l'All Japan Championship en 1988 contre Toshiba Fuchu (22 à 16). En 1991, il s'engage avec Kobe Steel et remportera entre 1992 et 1999 sept titres de champion du Japon et quatre All Japan Championship. Il deviendra dès 2009 l'entraîneur de l'équipe universitaire de Rissho.

Grand concurrent à l'époque de Wataru Murata (Toshiba Fuchu) au poste de numéro 9 en sélection, il participera à deux coupes du monde de rugby avec le Japon durant sa carrière (1991 et 1995). Il gagnera avec les Cherry Blossoms trois championnats d'Asie des nations durant sa carrière (1992, 1994 et 1998). 


Takahiro Hosokawa (1967- , 10 caps): ancien arrière de Kobe Steel. Passé par l'équipe lycéenne de Fushimi Kogyo, il a la particularité d'être un cousin de Seiji Hirao. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il perd la finale du championnat national universitaire face à Waseda en 1988 (10-19). En 1989, il rejoint Kobe Steel avec qui il remportera plusieurs titres. Alors qu'à la saison 1994/1995, il est nommé nouveau capitaine de l'équipe, une blessure au tendon d'Achille contre Ricoh met une fin en sa carrière. En sélection, il aura notamment participé à la coupe du monde de rugby en 1991. 

Yukio Motoki (1971- , 79 caps): ancien centre et plus célèbre joueur de l'histoire de Kobe Steel. Surnommé l'homme de fer, il naît le 27 septembre 1971 dans la ville d'Higashiosaka, le "temple" du rugby japonais. A l'origine 3ème ligne, il passe au centre au lycée sur conseil de son professeur Kazuaki Fukada. Il intègre en 1990 la mythique équipe universitaire de Meiji. Avec elle, il remportera notamment trois championnats nationaux universitaires (1991, 1992 et 1994).

Il rejoint ensuite en 1994 Kobe Steel. Il gagnera de très nombreux titres avec les rouges et blancs dont trois titres de champion du Japon (2000, 20001 et 2004) et deux du All Japan Championship (2000 et 2001). Il prendra sa retraite sportive en 2010 avec Kobelco Steelers. Troisième japonais dans l'histoire du nombre de sélections avec les Brave Blossoms (79 caps), l'international nippon (1991 et 2005) aura participé à trois coupes du monde de rugby (1995, 1999 et 2003), il aura été le capitaine du Japon en 1996, sous les ordres à l'époque du sélectionneur Iwao Yamamoto.

Après sa retraite de joueur en 2010, Yukio Motoki deviendra sélectionneur des U20 japonais avant d'être ensuite conseiller des Kobelco Steelers. En avril 2013, il est nommé entraîneur des arrières de l'équipe universitaire de 
Kyoto Sangyo avant d'être désigné la même année l'un des six ambassadeurs de la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon.

Terunori Masuho (1972- , 47 caps): ancien ailier de Kobe Steel. Passé par l'équipe universitaire de Waseda, il rejoint Kobe Steel en 1994 et participe au 7ème doublé historique (national/All Japan Championship) du club. Capitaine de l'équipe en 1999, il remporte le championnat japonais à nouveau à trois reprises (2000, 2001 et 2004) et l'All Japan Championship à deux reprises (2000 et 2001). Il prend sa retraite en 2004 et devient un temps manager de Kobelco Steelers. Il sera nommé en 2013 ambassadeur pour la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon.

En sélection, il sera appelé par le sélectionneur Hiroaki Shukuzawa et fêtera son premier cape lors de la défaite aux Etats-Unis (15 à 27). Il devient alors à cette époque, à seulement 19 ans et trois mois, le plus jeune sélectionné de l'histoire des Cherry Blossoms. Il participera à trois coupes du monde de rugby durant sa carrière (1991, 1995 et 1999). Il sera vivement critiqué après le désastre de Bloemfontein en 1995 (défaite 17 à 145 contre la Nouvelle-Zélande), étant désigne comme l'un des principaux coupables. Il se rachètera jouant un rôle majeur dans le championnat d'Asie des nations remporté en 1998. Terunori Masuho aura gagné avec les Cherry Blossoms quatre championnat d'Asie des nations durant sa carrière. 


Jun Komura (1970- , 4 caps): ancien 3ème ligne de Kobe Steel. Il aura fait partie  de l'équipe qui aura réalisé le septuplé en championnat et en All Japan Championship entre 1989 et 1995. Appelé par le sélectionneur Osamu Koyabu en 1992, il fête sa premère sélection lors de la victoire contre Hong Kong (37 à 09). Il devra attendre six ans pour être rappelé à nouveau, cette fois-ci par son ex-coéquipier de club, Seiji Hirao, désormais nouveau sélectionneur des Cherry Blossoms.

Le Japon participe alors aux jeux asiatiques de Bangkok et perd la médaille d'or contre la Corée du sud (17 à 21). Il connaîtra deux dernières sélections en 2000, dont une encore contre la Corée du sud (victoire 34 à 29). Avec le Japon, Jun Komura aura remporté deux championnats d'Asie des nations (1992 et 2000).


Hironaga Kato (2 caps): ancien centre de Kobe Steel. Il aura fait partie  de l'équipe qui aura dominé le rugby japonais au début des années 90. Appelé par le sélectionneur Osamu Koyabu, il aura connu deux tests lors de la tournée désastreuse de mai 1993 en Argentine (défaites 27 à 30 et 20 à 45). Après sa retraite de joueur, il deviendra l'entaîneur-chef de Secom Ruguts avant de devenir plus tard celui de l'équipe universitaire de Nihon

Ian Williams (1963- , un cap): ancien ailier de Kobe Steel. A la sortie de ses études d'Oxford en 1989, il rejoint Kobe Steel et fait alors partie de l'équipe de l'âge d'or du club. Il gagne avec les rouges et blancs six championnats du Japon et six All Japan Championship durant son passage dans le club de Kobe. International australien de 1987 à 1993, il est appelé en 1993 par le sélectionneur Osamu Koyabu. A l'époque en effet, un joueur pouvait rejoindre une autre sélection même s'il avait déjà fêtait une première avec une autre. Il jouera son unique test match avec le Japon 16 octobre 1993 lors de la lourde défaite au Pays de Galles (55 à 05). Il ne sera plus appelé par la suite. 

Eiji Hirotsu (1967- , Un cap): ancien talonneur de Kobe Steel. Il aura fait partie  de l'équipe qui aura réalisé le septuplé en championnat et en All Japan Championship entre 1989 et 1995. Appelé par le sélectionneur Osamu Koyabu, il connaître sa seule sélection le 11 février 1995 lors de la lourde défaite à domicile du Japon (16 à 47) contre les Tonga.

Akira Yoshida (1971- , 16 caps): ancien centre de Kobe Steel. Passé par l'équipe universitaire de Kyoto Sangyo (dont il sera le capitaine en 1993), il rejoint en 1994 Kobe Steel. Il sera de l'équipe qui remportera cette saison-là les derniers championnats japonais et All Japan Championship de la longue domination du club. Il gagnera par la suite trois autres championnats japonais (2000, 2001 et 2004) et All Japan Championship (2000 et 2001). Il prendra sa retraite en 2006 avant de devenir l'entraîneur de  l'équipe universitaire de Kyoto Sangyo.

Depuis 2013, il est le nouvel entraîneur de l'équipe universitaire de Nihon. International japonais à 16 reprises, il aura participé à deux coupes du monde de rugby (1995 et 1999). Il aura remporté avec les Cherry Blossoms durant sa carrière deux championnats d'Asie des nations (1996 et 2000).


Toshikazu Nakamichi (1971- , 16 caps): ancien pilier/talonneur de Kobe Steel. Il aura fait partie  de l'équipe qui aura dominé le rugby japonais au début des années 90. International japonais entre 1996 et 2000, il aura participé à la coupe du monde de rugby de 1999, appelé alors par le sélectionneur Seiji Hirao. Il aura remporté avec les Cherry Blossoms durant sa carrière deux championnats d'Asie des nations (1996 et 1998).

David Bickle (1970- , 6 caps): ancien 2ème ligne de Kobe Steel. Ecossais d'origine, il rejoint Kobe Steel et aura fait partie  de l'équipe qui aura dominé le rugby japonais au début des années 90. Appelé par le sélectionneur Iwao Yamamoto en 1996, il connaîtra cette année-là six sélections avec le Japon. Il ne sera plus appelé par la suite. 

Takeomi Ito (1971- , 63 caps): ancien 3ème ligne de Kobelco Steelers. Vétitable légende vivante du club de Kobe, il arrive sur le tard dans le rugby après des passages auparavant au base-ball et au basket-ball. Passé par l'équipe universitaire d'Hosei, il remporte notamment avec cette équipe le championnat national universitaire face à Waseda (30-27), 25 ans après le premier titre du club! En 1994 il rejoint Kobe Steel et participe au fameux septuplé cette saison-là.

Il gagnera avec le club trois autres titres de champion du Japon (2000, 2001 et 2004) mais aussi deux All Japan Championship (2000 et 2001). En 2012, après 18 ans de bons et loyaux services, il quitte Kobelco Steelers et rejoint Kamaishi Sea Waves, en Top Ligue Est A (2ème division japonaise). Il y joue toujours actuellement.

En sélection, Takeomi Ito aura marqué son époque (entre 1996 et 2005). Il aura ainsi participé à deux coupes du monde de rugby (1999 et 2003) et remporté avec les Cherry Blossoms trois championnats d'Asie des nations (1996, 1998 et 2004).


Osami Yatsuhashi (1974- , 12 caps): ancien arrière de Kobe Steel. Il intègrera l'équipe de Kobe vers la fin des années 90 et remportera plusieurs titres (championnat du Japon et All Japan Championship). International japonais à plusieurs reprises entre 1996 et 2000, il ne participera toutefois pas à la coupe du monde de rugby de 1999. Il remportera avec les Cherry Blossoms deux championnats d'Asie des nations (1998 et 2000). 

Shuji Shimizu (1971- , un cap): ancien pilier de Kobe Steel. Il aura fait partie  de l'équipe qui aura dominé le rugby japonais au début des années 90. Appelé par le sélectionneur Iwao Yamamoto, il connaîtra une sélection avec les Cherry Blossoms, le 9 novembre 1996 lors de la victoire contre la Corée du sud (1996), lors du championnat d'Asie des nations. Shuji Shimizu aura ainsi réussi à gagner un titre avec le Japon lors de sa seule sélection.

Daisuke Ohata (1975- , 58 caps): ancien ailier de Kobelco Steelers. Véritable légende du club et du rugby japonais. Passé par l'équipe universitaire de Kyoto Sangyo, il remporte en 1997 la ligue Kansaï A. En 1998, il rejoint Kobe Steel. Il gagne le championnat japonais à deux reprises (2000 et 2001) ainsi que l'All Japan Championship (2000 et 2001). Durant cette période du début des années 2000, il profite de la pause du championnat nippon pour jouer en Australie dans un club de Sydney.

Ses performances lui permettent d'être repéré et d'être recruté par Montferrand et de rejoindre ainsi en 2002 le Top 16 en France. Mais le japonais, pas acclimaté au pays, sera transparent. Il retourne alors au Japon et rejoint à nouveau Kobe Steel. Il remportera cette saison-là le premier championnat de Top League, son 3ème titre de champion japonais. La fin de sa carrière sera marqué par de nombreuses blessures. Il mettra un terme définitif à sa carrière en 2011.

Très bon joueur de club, Daisuke Ohata est surtout connu pour ses records internationaux. Il aura inscrit 69 essais en 59 sélections, un record. Ses huits essais en un seul match lors de la très large victoire contre Taïwan en 2002 est également un autre record. Le japonais aura dans sa carrière participé à deux coupes du monde de rugby (1999 et 2003), une grave blessure l'empêchant de participer à celle de 2007. Il aura aussi remporté pas moins de cinq championnats d'Asie des nations avec les Brave Blossoms durant sa carrière internationale (1996, 1998, 2000, 2004 et 2006). 


Kensuke Iwabuchi (1975- , 21 caps): ancien ouvreur de Kobelco Steelers. Passé par l'équipe universitaire d'Aoyama Gakuin, il rejoint en 1998 Kobe Steel. Il gagne le championnat japonais  en 2000 ainsi que l'All Japan Championship. Cette même année, il rejoint les Saracens devenant le premier joueur japonais de rugby professionnel à rejoindre le championnat anglais. Un grave blessure en 2002 lors des Jeux Asiatiques de Pusan en 2002 met pratiquement un terme à sa carrière de joueur.

Libéré par les Saracens, il devient en 2004 contrôleur de stratégie chez Fukuoka Sanix Blues avant de devenir entraîneur-joueur la saison suivante. Lors de la saison 2006/2007, il devient entraîneur-joueur de l'équipe de Colomiers avant de devenir en 2007 entraîneur-joueur de Secom Rugguts. En 2008, il est nommé entraîneur de l'équipe de rugby à 7 du Japon, devenant ainsi l'adjoint du sélectionneur Wataru Murata. Depuis 2012, il est le nouveau directeur général de l'équipe nationale de rugby.

En sélection, convoqué par le sélectionneur Seiji Hirao, il fête sa première cape le 3 mai 1997 lors de la terrible défaite historique à Hong Kong (20-42). Malgré 21 sélections, Kensuke Iwabuchi ne participera à aucune coupe du monde de rugby. Il remportera toutefois en revanche avec les Cherry Blossoms le championnat d'Asie des nations en 1998. 


Kazuya Koizumi (1973- , 13 caps): ancien 2ème ligne de Kobe Steel. Il rejoint Kobe Steel en 1996. Il gagne le championnat japonais à trois reprises (2000 , 2001 et 2004) ainsi que l'All Japan Championship à deux reprises (2000 et 2001). En sélection, convoqué par le sélectionneur Seiji Hirao, il fête sa première cape le 7 juin 1997 lors de la terrible défaite aux Etats-Unis (29 à 51). Malgré 13 sélections, il ne participera à aucune coupe du monde de rugby

Takafumi Hirao (1975- , 12 caps): ancien ailier de Kobelco Steelers. Il gagne le championnat japonais à trois reprises (2000 , 2001 et 2004) ainsi que l'All Japan Championship à deux reprises (2000 et 2001). En sélection, convoqué par le sélectionneur Seiji Hirao, il fête sa première cape le 18 décembre 1998 lors de la défaite contre la Corée du sud (17-21). Internationall nippon à douze reprises entre 1998 et 2004, il participera notamment à la coupe du monde de rugby de 1999, lors de la défaite contre le Pays de Galles (15-64). Il remportera le championnat d'Asie des nations en 2004 avec le Japon

Yuji Sonoda (1973- , 18 caps): ancien 1/2 de mêlée de Kobelco Steelers. Passé par l'équipe universitaire d'Hosei, il rejoint Kobe Steel en 1996. Il gagne le championnat japonais à trois reprises (2000 , 2001 et 2004) ainsi que l'All Japan Championship à deux reprises (2000 et 2001). Il sera ainsi capitaine de l'équipe lors de la saison 2002/2003. En sélection, convoqué par le sélectionneur Seiji Hirao, il fête sa première cape le 20 mai 2000 lors de la défaite contre les Fidji à Tokyo (22-47).

En 18 sélections entre 2000 et 2003, il participera notamment à la coupe du monde de rugby de 2003, convoqué par le sélectionneur Shogo Mukai. Il sera ainsi titularisé contre la France (29-51) et les Etats-Unis (26-39). Il ne sera plus appelé en sélection ensuite avec le nouveau sélectionneur, Mitsutake Hagimoto. A l'issu de la saison 2009-2010, il prend sa retraite de joueur et devient le nouvel entraîneur-chef de Kobelco Steelers. Mais incapable en quatre saisons d'offir n titre un club, il en assume les conséquences et prend sa démission en mars 2014. 


Takahiro Hirata (1974- , 2 caps): ancien pilier de Kobelco Steelers. Il gagne le championnat japonais à trois reprises (2000 , 2001 et 2004) ainsi que l'All Japan Championship à deux reprises (2000 et 2001). En sélection, convoqué par le sélectionneur Seiji Hirao, il participe à la désastreuse tournée américaine en 2000. Il jouera lors des deux défaites contre les Etats-Unis (21-36) et le Canada (18-62). Il ne sera plus appelé par la suite en sélection. 

Takeshi Nozawa (1979- , 4 caps): ancien 3ème ligne de Kobelco Steelers. Il gagne le championnat japonais en 2004. En sélection, convoqué par le sélectionneur Seiji Hirao, il fête sa première cape le 3 juin 2000 lors de la défaite contre les Tonga (25-26). En seulement quatre sélections, il aura notamment remporté le championnat d'Asie des nations après la victoire contre la Corée du sud (34-29). Après le désastre canadien du 15 juillet 2000 (18-62), il ne sera plus appelé en sélection. 

Yuya Saito (1977- , 14 caps): ancien 3ème ligne de Kobelco Steelers. Passé par l'équipe universitaire de Meiji, il remporte en 1997 le championnat national universitaire en battant en finale l'ennemi juré Waseda (32 à 22). Il rejoint en 2000 Suntory et gagne le championnat japonais (2002) et l'All Japan Championship (2001 et 2002). En 2002, il part en France et devient joueur professionnel en s'engageant avec Colomiers. Il restera une saison avec le club français avant de retourner au pays. Il rejoint alors Kobe Steel et remporte la première saison du championnat de Top League en 2004.

A la retraite de 2005 à 2007, il reprend du service en 2007 et s'engage avec Toyota Shokki Shuttles. Il contribue ainsi lors de la saison 2009/2010 à la montée historique du club en Top League japonaise. Il prendra sa retraite à l'issu de la saison 2010/2011. Sélectionné à 14 reprises, il participe à la coupe du monde de rugby de 2003. Il aura gagné avec les Brave Blossoms le championnat d'Asie des nations de 2004.


Andrew Miller (1975- , 12 caps): ancien ouvreur/arrière de Kobe Steel. Néo-zélandais d'origine passé par les Crusaders en Super Rugby, il rejoint Kobelco Steelers en 1998. Il est un acteur de premier plan alors lors des titres du championnat japonais (2000 , 2001 et 2004) et de l'All Japan Championship. Sélectionné dès 2002 par le sélectionneur Shogo Mukai, il devient le successeur du mythique Keiji Hirose à l'ouverture. Il se distinguera lors de la coupe du monde de rugby de 2003 face à la France et notamment les Fidji, avec son célèbre drop de 52 mètres.

Par la suite, il ne sera plus appelé par le nouveau sélectionneur, Mitsutake Hagimoto, qui a décidé de ne pas sélectionneur de joueurs étrangers dans son équipe. Andrew Miller décidera alors de retourner en Nouvelle-Zélande et jouera alors dans le championnat néo-zélandais, dans la province de Southland. Il reviendra dès 2005 au Japon et rejoindra alors le club de NTT-Docomo Kansai, en 2ème division japonaise. 


Dean Anglesey (1969- , 3 caps): ancien 3ème ligne de Kobelco Steelers. Néo-zélandais d'origine, il rejoint Kobe Steel à la fin des années 90. Il gagne le championnat japonais à trois reprises (2000 , 2001 et 2004) ainsi que l'All Japan Championship à deux reprises (2000 et 2001). Sélectionné en 2002 par le sélectionneur Shogo Mukai, il est de la victoire historique contre Taïwan (155 à 03). Il ne sera plus appelé par la suite.

Dai Katsuno (1974- , un cap): ancien centre de Kobelco Steelers. Passé par l'équipe universitaire de Nippon Sport Science University, il rejoint ensuite Toyota Verblitz et contribue au titre de champion du Japon en 1999 contre Suntory (28-27). Il évolue ensuite à l'étranger (Nouvelle-Zélande, Angleterre, etc...) avant de rejoindre ensuite Kobelco Steelers.

En sélection, il aura une seule cape, le 13 octobre 2002, lors des jeux asiatiques d'Ulsan lors de la défaite contre la Corée du sud (34-45). Pourtant joueur de rugby, il a surtout la particularité d'avoir participé au championnat du monde de bobsleigh de 2003 en Allemagne avec l'équipe du Japon.


Yuji Matsubara (1979- , 23 caps): ancien talonneur de Kobelco Steelers. Il rejoint le club de Kobe au début des années 2000 et remporte le championnat de Top League en 2004. A l'heure actuelle, il évolue toujours avec les rouges et blancs. Convoqué chez les Brave Blossoms en 2004 par le sélectionneur Mitsutake Hagimoto, il participera à la coupe du monde de rugby de 2007, sous les ordres de John Kirwan. Ile ne sera plus appelé par la suite. Avec le Japon, il aura remporté le championnat d'Asie des nations à deux reprises durant sa carrière (2004 et 2006). 

Hayato Daimon (1979- , 2 caps): ancien ailier de Kobelco Steelers. l rejoint le club de Kobe au début des années 2000 et remporte le championnat de Top League en 2004. Il rejoindra plus tard Toyota Shokki Shuttles (2010-2013) avant de prendre sa retraite sportive en 2013. Il sera sélectionné à deux reprises par le sélectionneur Mitsutake Hagimoto durant la désastreuse tournée de novembre 2004. Lors de la défaite humiliante contre l'Ecosse (100 à 08), il sauvera l'honneur des japonais en inscrivant en début de rencontre l'unique essai du match et de sa carrière internationale. Après cette tournée désastreuse, il ne sera plus appelé par la suite chez les Brave Blossoms

Shota Goto (1983- , 8 caps): ancien 1/2 de mêlée de Kobelco Steelers. Passé par l'équipe universitaire de Waseda, il remporte le championnat national universitaire à deux reprises (2003 et 2005). Recruté par Kobelco Steelers en 2005, il impressionne lors de sa première saison. Pas épargné par les blessures, il disparait ensuite de la circulation.

En sélection, il sera convoqué par le sélectionneur Mitsutake Hagimoto et fêtera son premier cap lors de la défaite en Uruguay (18-24). Sous Jean-Pierre Elissalde, il ne sera plus appelé avant de connaître une dernière sélection par le sélectionneur intérimaire Osamu Ota, le 18 novembre 2006 lors de la large victoire à Hong Kong (52 à 03). Il aura remporté le championnat d'Asie des nations en 2006 avec les Brave Blossoms

Afficher la suite de cette page

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.