Kintetsu Liners, le glorieux club japonais des années 50 à 70
Auteur:
Hinato
Publié le: 30/12/2014


1518810334-770031jerseykintetsu1st.gif

Nom: Kintetsu Liners

Couleur: rouge et bleu marine

Année de fondation: 1929

Affiliation ligue: Top League

Palmarès:

All Japan Championship:

3 titres: 1967, 1968 et 1975

Finaliste (une fois): 1964


Tournoi national des sociétés:

8 titres: 1954, 1957, 1958, 1962, 1967, 1968, 1970 et 1975

Finaliste (neuf fois): 1949, 1952, 1956, 1959, 1960, 1961, 1964, 1966 et 1974


Top Ligue Ouest A:

3 titres: 2005, 2006 et 2007

Ligue Kansaï A:

17 titres: 1958, 1959, 1960, 1961, 1962, 1963, 1964, 1965, 1966, 1967, 1968, 1971, 1972, 1973, 1974, 1977 et 1988
 
1518810353-318963img11.jpg
L'équipe d'Osaka Electric Railway à ses tout débuts!
 
Place aujourd'hui à l'un des plus grands clubs historiques japonais de rugby qui aura connu sa période la plus glorieuse des années 50 aux années 70. Je veux bien évidemment parler de Kintetsu Liners. Il faut pour cela remonter à la création de Kintetsu Corporation, groupe ferroviraire nippon. Le 16 septembre 1910, le groupe Nara Kido voit le jour mais est rebaptisé un mois plus tard Osaka Electric Railway. Car cette nouvelle entreprise nipponne siège désormais à Osaka.

Le 30 avril 1914, le groupe ferroviaire japonais exploitera sa toute première ligne entre Osaka et Nara. Dans les années qui suivront, le groupe va connaître de multiples fusions. Il faudra ainsi attendre le 1er juin 1944 pour voir Kintetsu naître. Pour revenir à l'équipe de rugby, celle-ci est crée par des employés d'Osaka Electric Railway, en 1927. Mais il faudra attendre 1929 pour voir le club de rugby d'Osaka Electric Railway officiellement naître. C'est la même année que l'Hanazono Stadium d'Higashiosaka, premier stade dédié au rugby au Japon, voit le jour.

Le stade, qui appartient alors à la société Osaka Electric Railway, n'est pas construit dans un endroit au hasard. Higashiosaka est une des nombreuses villes de la région Kansaï qui fait partie du réseau ferroviaire de la société nipponne.
De plus, la ville, "Osaka de l'est" comme son nom l'indique, n'est pas loin à l'est d'Osaka et donc du siège social du groupe japonais. La cérémonie d'ouverture du stade, le 22 novembre 1929, se fait en présence notamment du prince Yasuhito Chichibu (frère de l'empereur de l'époque Hirohito) et de son épouse, la princesse Setsuko.
 
1518810383-627206photo53.jpg
Le 22 novembre 1929, le prince Yasuhito Chichibu et son épouse, la princesse Setsuko, assistent à l'inauguration du Hanazono Stadium

Le 1er juin 1944, en pleine seconde guerre mondiale, le groupe Kinki Nippon Railway, plus communément appelé Kintetsu, voit le jour. Alors que les américains se rapprochent des grandes îles de l'archipel nippon, la nourriture commence à se faire de plus en plus rare. C'est ainsi qu'en cette même année 1944, la pelouse du Hanazono Stadium est transformée en champs agricoles. En 1945, le Japon capitule et le pays est alors occupé pour les dix années à venir par l'armée américaine. Le 4 octobre 1945, la 98ème division d'infanterie américaine réquisitionne l'Hanazono Stadium. Les soldats américains utilisent alors la pelouse du temple du rugby japonais pour jouer au football américain, une humiliation.

Lors de la saison 1947/1948, l'armée américaine permettra toutefois de jouer la 27ème édition du tournoi national des lycées dans le stade. C'est alors la première fois de l'histoire que le stade accueille le mythique tournoi de rugby japonais. En 1949, les soldats américains libèrent enfin l'Hanazono Stadium. La saison 1948/1949 voit l'apparition du tournoi national des sociétés, première compétition à offrir le titre de champion du Japon pour les clubs corporatifs. Quatre clubs y participent, représentant les 4 ligues régionales de l'époque. On y retrouve notamment Kintetsu (Kansaï), Toshiba (Kanto) ou encore Haisumi (Kyushu). En 1/2 finale, Kintetsu bat Toshiba, le tout jeune club corporatif japonais, 14 à zéro et se qualifie pour la finale.

Mais le club d'Higashiosaka n'arrivera pas à remporter son premier titre de champion du Japon de rugby. Il est pulvérisé 57 à 03 en finale par Haisumi, premier champion de rugby corporatif du Japon. Lors de la saison 1951/1952, Kintetsu perd sa deuxième finale face à Yawata Steel, grosse équipe japonaise des années 50/60, 11 à 03. 1952, c'est également l'année où le premier joueur de Kintetsu est appelé en sélection chez les Cherry Blossoms: Yoshinobu Nakajima.

 
1518810404-690742img0.jpg
En 1949, Kintetsu perd sa première finale du championnat japonais sur le score sans appel de 57 à 03 contre Haisumi
 
Ce dernier, âgé alors de 33 ans, arrivé tout droit de l'équipe universitaire de Ritsumeikan une dizaine d'années plus tôt, deviendra dès l'année qui suivra le manager de l'équipe. En 1954, Kintetsu accède à sa troisième finale du championnat japonais en déjà six éditions! Cette fois-ci sera la bonne pour Yoshinobu Nakajima et ses hommes. L'équipe fait match nul en finale 03 à 03 contre Kyushu Electric Power. Comme le veut le règlement japonais, les deux équipes sont alors déclarées vainqueuses. Si cela est alors le seul titre obtenu pour le futur Kyuden Voltex (comme appelé aujourd'hui), ce titre est en revanche le premier d'une longue série pour le club d'Higashiosaka!

La saison suivante, Kintetsu est éliminé en 1/2 finale du championnat nippon par Daiei, futur finaliste, sur le score de 11 à 03. Lors de la saison 1955/1956, l'équipe d'Higashiosaka accède à sa 4ème finale en huit éditions mais tombe à nouveau face à Yawata Steel (24 à 05), qui domine de la tête et des épaules le rugby japonais à cette époque avec ce 5ème titre de champion du Japon! Mais les deux saisons qui suivent verront Kintetsu enrichir son jeune palmarès avec deux nouveaux titres de champion du Japon, acquis contre Kyushu Electric Power en 1957 (11 à zéro) et Kyoto City Hall en 1958 (12 à 03).

1958, c'est également l'année où la ligue Kansaï voit le jour. Kintetsu va écraser ce championnat régional pour les dix ans à venir, enrichissant toujours plus son énorme palmarès. Au niveau national, le club d'Higashiosaka est désormais devenu le grand rival de Yawata Steel. Les deux clubs dominent totalement le rugby japonais à cette éoque et se partagent alors les titres. Entre 1959 et 1961, Kintetsu perdra trois finales consécutives du championnat japonais contre son rival Yawata Steel: 09 à zéro en 1959, 13 à 08 en 1960 et 13 à zéro en 1961.

 
1518810429-734484img0.jpg
Cérémonie d'ouverture du célèbre tournoi national lycéen de rugby japonais au Hanazono Stadium d'Higashiosaka en 1959

Mais l'équipe d'Higashiosaka mettra fin à cette série négative en prenant sa revanche en 1962 contre Yawata Steel, sur le plus petit des scores possibles (06 à 05). Mais la saison suivante, Yawata Steel prend sa revanche et élimine en 1/2 finale Kintetsu (13 à zéro), s'ouvrant ainsi les portes d'un 9ème titre de champion du Japon en seulement 15 éditions! La saison 1963/1964, l'équipe parvient en finale du championnat japonais mais est vaincu (à nouveau) par Yawata Steel (16 à 03). Kintetsu parvient également en finale de la 1ère édition du All Japan Championship mais est vaincu par l'équipe universitaire de Doshisha (18 à 03), où évolue alors un jeune ailier qui deviendra très vite une légende du rugby nippon, Yoshihiro Sakata!

Le jeune phénomène passe son diplôme et débarque ainsi en cette année 1964 à Kintetsu. Avec l'apport d'autres jeunes talents (Yoshinori Okubo, Hiroshi Ogasawara), le club nippon prendra une autre dimension. Mais pour l'heure, il échouera à nouveau en finale du championnat japonais en 1966, encore et toujours contre Yawata Steel (08 à 03). Cette même année, un certain 2ème ligne Katsumi Kamata rejoint le club. Ce dernier vient alors de remporter l'All Japan Championship avec l'équipe universitaire de Waseda contre Yawata Steel (12 à 09).

La mayonnaise avec les petits nouveaux prend désormais totalement et l'équipe d'Higashiosaka réalise un triplé historique lors de la saison 1966/1967: ligue Kansaï, champion du Japon contre Toyota Auto Works (15 à 03) et All Japan Championship contre Waseda (27 à 11)! La saison suivante, Kintetsu est co-champion de la ligue Kansaï avec Kyoto City Hall. Le club réalise son second triplé historique après sa victoire en finale du championnat japonais (06 à 05) contre Toyota Motor Corporation et en All Japan Championship (27 à 14) contre Hosei! L'année 1968 est certainement l'apogée pour Kintetsu qui voit également ses internationaux briller avec le Japon. Le désormais célèbre ailier Yoshihiro Sakata inscrit ainsi quatre essais lors de la victoire au combien historique des Cherry Blossoms à Wellington face aux Junior All Blacks (23 à 19) le 3 juin 1968!

 
1518810453-622154img1.jpg
Le 2 novembre 1969, l'ailier explosif Yoshihiro Sakata fait parler la poudre contre Fujii Steel Kamaishi (29 à 06)

Les saisons qui suivent ensuite voient l'équipe un peu dans le dur. Si Kintetsu est à nouveau champion de sa ligue régionale, les résultats sont décevants au niveau national. Le club nippon est ainsi éliminé en 1/2 finale du championnat japonais en 1969 par Yawata Steel (18 à 09). Cette même année, le jeune 1/2 de mêlée Ryozo Imazato, en provenance de l'équipe universitaire de Chuo, arrive dans l'équipe. Il ne sait pas encore qu'il marquera pour très longtemps l'histoire de ce club. En 1969 et en 1970, Kintetsu n'obtient pas le titre de champion de la ligue Kansaï, une première. Malgré tout, Kintetsu obtiendra en 1970 son 7ème titre de champion du Japon après son scuccès en finale contre Toyota Motor Corporation (17 à 08).
 
1518810477-920228img2.jpg
Le 10 décembre 1972, Kintetsu remporte la ligue Kansaï après son succès 29 à 06 contre Mitsubishi Kyoto!

De 1971 à 1974, le club d'Higashiosaka, qui a recruté en 1970 le monstrueux pilier Ashura Hara (Toyo), connu plus tard comme un très grand lutteur professionnel au niveau mondial, règne sur la ligue Kansaï. Mais au niveau national, Kintetsu doit se contenter d'une finale en championnat japonais en 1974, perdu contre Ricoh (04 à 03). Le club nippon n'est plus aussi dominateur comme lors des années 50/60. Mais comme un symbole, il va connaître un dernier sursaut lors de la saison 1974/1975 qui est aussi la dernière saison en tant que joueur de sa légende Yoshihiro Sakata!
 
1518810501-841938img3.jpg
Le 6 janvier 1975, Kintetsu élimine en 1/2 finale du championnat japonais Nippon Steel Kamaishi (14 à 14)
et se qualifie pour la finale où il réalisera le 3ème triplé historique de son histoire après avoir vaincu Ricoh (10 à 07)!

Kintetsu réalise cette saison le troisième et dernier triplé historique de son histoire! Après la ligue Kansaï, l'équipe japonaise remporte le titre de champion du Japon face à Ricoh (10 à 07) et l'All Japan Championship face à Waseda (33 à 13)! Yoshihiro Sakata, légende vivante du club, prend alors sa retraite et devient manager d'Osaka University of Health and Sport Sciences. Une très longue page se tourne pour Kintetsu qui ne connaîtra dès lors plus les grandes heures des années 50 à 70.

Les titres vont se faire très rare désormais. Lors de la saison 1975/1976, Kintetsu est écrasé 31 à 03 par Tokyo Sanyo lors du second tour du championnat japonais. Lors de la saison 1976/1977, l'équipe est à nouveau éliminée par Tokyo Sanyo au second tour du championnat nippon. 1977, c'est l'année aussi où Ryozo Imazato, 1/2 de mêlée du club et ancien international japonais prend sa retraite. Celui-ci devient alors le nouvel entraîneur de Kintetsu (1977-1981) avant d'être promu plus tard manager (1981-1989). C'est aussi l'année où le club d'Higashiosaka remporte le titre de la ligue Kansaï, avec Toyota Motor Corporation. Le dernier avant un très long moment...

 
1518810526-883884img0m.jpg
Le 11 décembre 1978, Kintetsu obtient une victoire de prestige contre Toyota Motor Corporation dans le championnat de la ligue Kansaï

L'ancien grand club japonais ne joue plus les premiers rôles sur la scène nationale. Même au niveau régional, il est désormais dominé par Toyota Motor Corporation. La victoire de prestige du 11 décembre 1978 face à ce club nippon (33 à 10), reste dans les anales mais n'empêchera pas ce dernier de remporter le titre régional. Il faudra ainsi attendre la saison 1988/1989 pour voir Kintetsu remporter à nouveau un titre de champion de la ligue Kansaï, onze ans après!

C'est d'ailleurs à l'heure actuelle le dernier titre acquis par le club mythique d'Higashiosaka. Un titre acquis après notamment deux succès prestigieux cette saison-là contre Kobe Steel (09 à 04) et Toyota Motor Corporation (30 à 09). Un titre qui fera les premières pages des journaux sportifs japonais devant l'évènement. La saison de Kintetsu se terminera le 25 décembre 1988 après l'élimination au premier tour du club dans le championnat japonais face à NEC (13 à 15).

 
1518810548-545099img01.jpg
L'équipe de Kintetsu lors de la saison 1991/1992

L'équipe rentre dans le rang et fera très peu parler d'elle dans les années qui suivront. Lors de la saison 1991/1992, elle bat toutefois Mazda (20 à 12) au premier tour du championnat nippon et accède au second tour mais sera écrasée par Toyota Motor Corporation (32 à 04). L'arrivée en 1997 de l'international fidjien Filipe Rayasi, première star étrangère de Kintetsu, ne changera absolument pas la donne. Le club japonais prendra ainsi des branlées historiques lors du tournoi national des sociétés (tournoi final pour le titre de champion du Japon) le 27 décembre 1998 contre Suntory (102 à 22) et le 26 décembre 1999 contre Kobe Steel (87 à 19). A cette époque, le jeune 1/2 de mêlée Ryusuke Maeda (actuel manager de Kintetsu Liners) est alors le capitaine de l'équipe malgré sa petite taille (161 cm, 64 kg).
 
Les années qui suivent voient une arrivée massive de joueurs étrangers dans l'effectif parmi lesquels le puissant 3ème ligne international tongien Benhur Kivalu (196 cm, 130 kg) et l'arrière international samoan Alex Telea.

En 2003, le club désormais appelé 
Kintetsu Liners, rejoint la toute nouvelle Top League japonaise, championnat d'élite du rugby japonais et composée de 12 clubs à cette époque. Cette même année, un jeune ouvreur du nom de Yasumasa Shigemitsu, en provenance de l'équipe universitaire de Ryukoku, rejoint l'équipe.

Avec trois victoires et huit défaites, le club d'
Higashiosaka termine 10ème du championnat et se maintient lors de la dernière journée, grâce à une une pénalité de Yasumasa Shigemitsu à la 83ème minute face à Fukuoka Sanix Bomuzu

En 2004, 
Kintetsu Liners recrute notamment les néo-zélandais David Churesten (2ème ligne) et Tanner Vili (arrière). Mais la saison 2004/2005 du club va s'annoncer désastreuse.
1518810581-569345logoliners.gif
Le logo de Kintetsu Liners
en 2003



 
1518810658-648045tl4kintetsukaiken.gif
Mine des mauvais jours pour le capitaine
Mikio Sato et l'entraîneur-chef
Tokiwa Okamoto après la défaite
contre NEC Green Rockets (27 à 22)
Seulement 11ème de la Top League japonaise, le club nippon est relégué en Top Ligue Ouest A (2ème division japonaise). Ryozo Iamazato, alors directeur-adjoint de Kintetsu Liners, est nommé nouveau manager de l'équipe pour faire remonter le club en Top League japonaise.

L'ancien international nippon et joueur du club d'
Higashiosaka retrouve alors un poste qu'il avait quitté en 1989! Il succède au passage à Tokiwa Okamoto, entraîneur-chef de l'équipe jusqu'ici.

Pour pouvoir remonter, 
Kintetsu Liners va se donner les moyens en recrutant du lourd dans les années qui suivent: le 3ème ligne Toetuu Taufa (Nihon) et l'ailier international fidjien Aisea Tuilevu en 2005 et le 2ème ligne néo-zélandais Luke Thompson (Lincoln), et les tongiens Taufa Tafiaibahayu (ailier), Andrew Ma'ilei (centre) et Tafia Taufa (ailier) en 2006.

Malgré ce recrutement conséquent, Kintetsu Liners, champion de la Top Ligue Ouest A en 2005 et 2006, échoue par deux fois à la montée en barrages, le 11 février 2006 contre Fukuoka Sanix Blues (46 à 20) et le 12 février 2007 contre IBM Japan Big Blue (29 à 29). A l'été 2007, Kintetsu Liners effectue un recrutement très impressionnant. Le 3ème ligne et international japonais Luatangi Vatuvei (ex-Toshiba Brave Lupus), terreur des terrains de Top League, rejoint ainsi l'équipe!
L'effectif est aussi renforcé avec les arrivées du centre néo-zélandais Jeffrey Ierome (Auckland), de l'ailier et ancien international nippon Yohei Shinomiya, du 3ème ligne et ancien international tongien Ipolito Fenukitau et du 1/2 de mêlée sud-coréen Kim chulwon (Osaka UHSS). Avant même la nouvelle saison, trois joueurs de l'équipe participent à la coupe du monde de rugby de 2007 en France avec le JaponLuke Thompson, Luatangi Vatuvei et Kim Chulwon sont ainsi les premiers joueurs à représenter Kintetsu Liners avec la sélection japonaise lors d'une coupe du monde de rugby!

La saison 2007/2008 est la bonne. A nouveau champion de la 
Top Ligue Ouest AKintetsu Liners remporte le Top Challenge après ses succès contre Mazda Blue Zoomers (54 à 13) et Yokogawa Musashino Atlastars (23 à 12) et retrouve ainsi la Top League japonaise, trois ans après! Sa mission enfin réussie, Ryozo Imazato quitte son poste de manager et est remplacé par l'entraîneur néo-zélandais Peter Sloane
1518810706-377542tky200802290092.jpg
A droite, Ryozo Imazato,
manager de Kintetsu Liners
de 2005 à 2008

Durant l'été 2008, l'équipe d'Higashiosaka est notamment renforcée par les arrivées du 2ème ligne Kenta Yamamoto (Daito Bunka), du 2ème ligne néo-zélandais Lua Lokotui et de l'ouvreur australien James Hilgendorf, en provenance tout droit de la Western Force (Super 14).
 
1518810739-165438n20100825200509.jpg
Le néo-zélandais Peter Sloane, entraîneur-chef de Kintetsu Liners de 2008 à 2011
Dès sa première saison avec l'équipe, Peter Sloane va mener Kintetsu Liners à une très belle 9ème place, un record pour le club depuis la création de la Top League japonaise. En 2009, l'effectif se renforce avec les recrutements du centre et international nippon Shotaro Onishi (ex-Yamaha Jubilo) et l'ouvreur et international All Black Leon McDonald, déjà habitué au championnat nippon après une première expérience lors de la saison 2004/2005 avec Yamaha Jubilo.

La saison 2009/2010 est plus compliquée. 11ème du championnat, 
Kintetsu Liners se maintient grâce à sa victoire en barrage contre Yokogawa Musashino Atlastars (28 à 08), le 13 février 2010. A l'été 2010, le club recrute donc du lourd pour ne pas revivre pareille saison. Les piliers Atsushi Tanabe (Teikyo) et Murray Scoles, le 3ème ligne tongien Lepuha Latuila (Daito Bunka), l'ouvreur néo-zélandais Aayden Clarke et le centre All Black Rico Gear renforcent ainsi l'effectif.
 
Les résultats suivent et Kintetsu Liners retrouve à nouveau une très belle 9ème place au classement. Peter Sloane quitte son poste après trois ans au club et est remplacé par Ryusuke Maeda (toujours en poste à l'heure actuelle). Plusieurs joueurs débarquent dans l'équipe dont l'international samoan Fa'atonu Fili et l'international chinois Li Yang.

Le technicien nippon va profiter du travail de son prédécesseur pour emmener Kintetsu Liners à une exceptionnelle 5ème place lors de la saison 2011/2012! A l'été 2012, le club d'Higashiosaka voit les arrivées notamment du pilier Ryosuke Maeda (Teikyo), du 2ème ligne australien Tom Hockings et du centre tongien Aisea Havea (Tenri).
Kintetsu Liners termine cette saison-là à une honorable 7ème place. Mais alors que l'équipe d'Higashiosaka remonte peu à peu la pente, cette dernière est frappée par un véritable drame. Le 12 mai 2013, le 3ème ligne Taiki Nakai décède à l'hôpital d'Hirakata, atteint d'un cancer de l'estomac.

Le jeune nippon
 était en traitement médical mais avait fini par succomber à sa maladie. Originaire de sa ville natale d'Osaka, il était passé par le lycée de Josho Keiko et l'université de Kyoto Sangyo avant de rejoindre le club de Kintetsu Liners en 2011. Très bon 3ème ligne aile, il s'était imposé dans sa nouvelle équipe, devenant un titulaire indiscutable. Mais sa maladie avait fini par avoir eu raison de lui, l'emportant à tout juste 24 ans.
 
1518810778-56103320135131617171vh7u.jpg
Taiki Nakai, décédé
à l'âge de 24 ans
1518810819-450403photo2.jpg
Shotaro Onishi aura porté le maillot
de Kintetsu Liners de 2009 à 2013
Un drame qui allait marquer profondément l'équipe pour la saison à venir. L'intersaison qui suit voit l'arrivée de l'ancien Wallabies Radike Samo mais le départ de Shotaro Onishi vers Toyota Shokki Shuttles est une grande perte pour le club nippon qui perd là son artilleur, l'un des tout meilleurs du championnat. Dans une Top League japonaise désormais à 16 clubs et avec une nouvelle formule, Kintetsu Liners termine 2ème des play-downs (10ème du championnat).

En 2014, Kintetsu en proie à d'énormes déficits, annonce qu'il cède le mythique Hanazono Stadium, qu'il ne peut plus entretenir, en raison du coût. La mairie d'Higashiosaka se porte alors volontaire pour racheter ce lieu légendaire de la ville. Elle y prévoit ainsi d'y déposer un écran géant en vue d'accueillir plusieurs rencontres pour la coupe du monde de rugby de 2019 au Japon.

A l'été 2014, l'équipe voit le départ de Rico Gear et Tom Hockings mais voit en sens opposé les arrivées de l'international samoan à XIII Frank Winterstein ou encore de l'arrière néo-zélandais Andre Taylor. Actuellement en play-down cette saison 2014/2015, Kintetsu Liners devrait logiquement se maintenir en Top League japonaise. Les pages glorieuses du club nippon sont loin derrière mais rien ne dit qu'il ne brillera pas à nouveau dans le futur.
 
1518810853-597299rc01.jpg
Le mythique Hanazono Stadium d'Higashiosaka, plus vieux stade de rugby au Japon,
devrait accueillir des rencontres lors de la coupe du monde de rugby de 2019 dans le pays.

Liste des internationaux japonais passés par Kintetsu Liners:

Yoshinobu Nakajima (1920-1967, 2 caps): ancien talonneur de Kintetsu. Passé par l'équipe universitaire de Ritsumeikan, il rejoint dans les années 40 Kintetsu. Avec le club d'Higashiosaka, il remporte dès 1954 le premier titre de champion du Japon du club après le match nul en finale contre Kyushu Electric Power (03-03). Il se fera un joli parmarès surtout en tant que manager de l'équipe, de 1953 jusqu'à sa mort en 1967. Appelé par le sélectionneur Takenosuke Okumura, il aura eu deux sélections avec le Japon en octobre 1952 lors des deux tests matchs perdus contre l'équipe universitaire d'Oxford.

Ryotarou Kadoto ( - , un cap): ancien 1/2 de mêlée de Kintetsu
Avec le club d'Higashiosaka, il connaîtra plusieurs titres de champion du Japon dans les années 50. Appelé en sélection par Takenosuke Okumura, il connaîtra une seule cap, le 1er octobre 1952 lors de la large défaite du Japon face à l'université d'Oxford (35 à zéro).

Keizo Kamisaka ( - , un cap): ancien 1/2 d'ouverture de Kintetsu. Avec le club d'Higashiosaka, il connaîtra plusieurs titres de champion du Japon dans les années 50. International nippon à deux reprises, il sera appelé la première fois par le sélectionneur Takenosuke Okumura et fêtera sa 1ère cap lors de la défaite face à l'université de Cambridge (11-34), le 27 septembre 1953 à Osaka. Rappelé en 1958 par le sélectionneur Kozo NIshino, il jouera son dernier match avec les Cherry Blossoms le 23 mars à Tokyo lors de la très large défaite contre les juniors All Blacks (03 à 56). 

Yoshiaki Kaimoto ( - , 2 caps): ancien pilier de KintetsuAvec le club d'Higashiosaka, il connaîtra plusieurs titres de champion du Japon dans les années 50. Appelé en sélection en 1958 par Kozo Nishino, il connaîtra deux sélections lors des deux tests matchs perdus cette année-là face aux juniors All Blacks

Koji Ishizuka (1947- , 5 caps): ancien 3ème ligne de Kintetsu. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il remporte notamment en 1964 la première édition du All Japan Championship face à Kintetsu (18 à 03). Il rejoint durant l'intersaison le club corporatif en question. Il remportera avec le club d'Higashiosaka plusieurs titres de champion du Japon. International nippon à 5 reprises durant sa carrière,  il sera de la célèbre victoire historique du Japon à Wellington, face aux juniors All Blacks (23 à 19), le 3 juin 1968.

Takashi Jinno ( - , un cap): ancien pilier de Kintetsu. Appelé par le sélétionneur Tetsunosuke Onishi, il connaîtra une sélection avec le Japon, le 12 mars 1967 lors de la défaite face aux juniors All Blacks (19 à 03). 

Katsumi Kamata (1943- , 5 caps): ancien 2ème ligne de Kintetsu. Passé par le célèbre club universitaire de Waseda, il remporte en 1966 le premier All Japan Championship du club après la victoire en finale (12 à 09) contre Yawata Steel. Il quitte l'université et rejoint la même année Kintetsu avec qui il gagnera trois titres de champion du Japon (face à Toyota Auto Works) et deux All Japan Championship.

Régulièrement élu dans le meilleur XV japonais, il prend sa retraite en 1970 pour se consacrer entièrement à son travail dans le domaine agricole. Il connaîtra dans sa carrière cinq sélections entre 1967 et 1970.

Yoshinori Okubo (1941- , 3 caps): ancien 1/2 de mêlée de Kintetsu. Passé par l'équipe universitaire d'Hosei (1960-1964), il rejoint en 1964 le club d'Higashiosaka. Avec Kintetsu, il remportera trois titres de champion du Japon (19667, 1968 et 1970) et deux All Japan Championship (1967 et 1968). International japonais à trois reprises entre 1967 et 1968, il prend sa retraite en 1970 et rentre dans le staff de Kintetsu en 1971.

L'année suivante, il est nommé entraîneur de l'équipe, poste qu'il occupera jusqu'en 1980. Durant ces huit saisons, il gagnera avec le club d'Higashiosaka un titre de champion du Japon (1973), un All Japan Championship (1975) et quatre ligues Kansaï A. Il prendra ensuite sa retraite.

Yoshihiro Sakata (1942- , 16 caps): ancien ailier de Kintetsu. Véritable légende du club et l'un des plus célèbres internationaux japonais de rugby à XV de l'histoire. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha, il remporte en 1964 la première édition du All Japan Championship, face à Kintetsu (18 à 03). Il rejoint l'année suivante le club d'Higashiosaka et y retrouve ainsi son ancien coéquipier universitaire Koji Ishizuka.

Avec Kintetsu, Yoshihiro Sakata va se construire un palmarès titanesque durant ses dix ans passé au club: quatre titres de champion du Japon (1967, 1968, 1970 et 1975), trois All Japan Championship (1967, 1968 et 1975) et huit titres de la ligue Kansaï A. International nippon de 1967 à 1973, il sera de la célèbre victoire à Wellington face aux juniors All Blacks, le 3 juin 1968, où il sera décisif en inscrivant pas moins de quatre essais!

Il se fait un nom en Nouvelle-Zélande où il est surnommé "l'ailier volant". Il deviendra par ailleurs le premier japonais de l'histoire à jouer dans le championnat néo-zélandais de rugby, en intégrant l'équipe de Canterbury en 1969. Avec les Cherry Blossoms, Yoshihiro Sakata aura remporté trois championnat d'Asie des nations (1969, 1970 et 1972)!

Après sa retraite de joueur en 1975, il devient manager d'Osaka University of Health and Sport Sciences. Poste qu'il occupera jusqu'en 2012. Le 5 juin 2012, il devient le premier joueur japonais de rugby de l'histoire à être intrônisé dans le "Hall of Fame", pour l'ensemble de sa carrière et de sa contribution pour le rugby nippon.

Kazuma Inubuse ( - , un cap): ancien centre de Kintetsu. Passé par le club universitaire de Waseda, il remportera de nombreux titres avec le club d'Higashiosaka dans les années 60. Appelé par le sélectionneur Tetsunosuke Onishi, il connaîtra une sélection avec le Japon le 21 mars 1967 lors de la très large défaite contre la Nouvelle-Zélande universitaire (55 à 08).

Nobuo Ikaida ( - , un cap): ancien arrière de Kintetsu
Passé par le club universitaire de Nihon, il remportera de nombreux titres avec le club d'Higashiosaka dans les années 60. Appelé par le sélectionneur Tetsunosuke Onishi, il connaîtra une sélection avec le Japon le 21 mars 1967 lors de la très large défaite contre la Nouvelle-Zélande universitaire (55 à 08).

Morio Kawasaki ( - , 7 caps): ancien pilier de Kintetsu. Il
 remportera de nombreux titres avec le club d'Higashiosaka dans les années 60. Appelé par le sélectionneur Tetsunosuke Onishi dès 1967, il connaîtra sept sélections au total et participera à la victoire historique des Cherry Blossoms face au juniors All Blacks, un certain 3 juin 1968. En 1970, il remportera la 2ème édition du championnat d'Asie des nations.

Hiroshi Ogasawara ( 1943- , 24 caps): ancien 2ème ligne de Kintetsu. Il rejoint à 21 ans le club d'Higashiosaka, alors à l'âge d'or de son histoire. Il se fera un palmarès énorme avec notamment quatres titres de champion du Japon. Grand international nippon de son époque, il fêtera sa première sélection le 3 juin 1968 lors de la victoire historique des Cherry Blossoms face aux juniors All Blacks (23 à 19). Il participera également aux deux célèbres tests matchs face à la sélection Angleterre XV en 1971. Avec le Japon, il remportera deux championnats d'Asie des nations (1969 et 1970).

Ryozo Imazato ( - , 24 caps): ancien 1/2 de mêlée de Kintetsu. Passé par l'équipe universitaire de Chuo (1965-1969), il rejoint en 1969 le club d'Higashiosaka. Avec Kintetsu, il va se faire un palmarès impressionnant: deux titres de champion du Japon (1970 et 1975), un All Japan Championship (1975) et quatre titres de la ligue Kansaï A. International nippon de 1969 à 1976, il remportera avec le Japon trois championnat d'Asie des nations (1969, 1970 et 1972).

A sa retraite de joueur en 1977, il va prendre la tête de l'équipe de Kintetsu: entraîneur (1977-1981) puis manager (1981-1989). En 1988, il remportera ainsi avec le club le 17ème titre de la ligue Kansaï A, onze après le dernier d'alors (1977). Durant son poste d'entraîneur du club, Ryozo Imazato aura été le sélectionneur un court moment des Cherry Blossoms, en 1979. Il sera nommé dans le futur directeur-adjoint, puis sera remis à son poste de manager de 2005 à 2008 pour permettre à Kintetsu Liners, alors relégué en 2005, de retrouver la Top League japonaise.

Toshio Kurosaka ( - , 9 caps): ancien pilier de Kintetsu. Avec 
Kintetsu, il va se faire un palmarès impressionnant: deux titres de champion du Japon (1970 et 1975), un All Japan Championship (1975) et quatre titres de la ligue Kansaï A. International nippon entre 1970 et 1975, il remportera le championnat d'Asie des nations en 1974.

Ashura Hara ( 1947- , 17 caps): ancien pilier de Kintetsu. Susumu Hara, surnommé "Ashura Hara", est un ancien joueur de rugby et un ancien lutteur professionnel. Passé par l'équipe universitaire de rugby de Toyo, il évoluera chez Kintetsu entre 1970 et 1978. Véritable monstre de la nature pour l'époque (183 cm, 125 kg), il connaîtra 17 sélections entre 1970 et 1976.

Il sera ainsi des deux célèbres matchs contre l'Angleterre en 1971 et remportera avec le Japon le championnat d'Asie des nations en 1974. Dès 1978, il arrête définitivement sa carrière de rugby et se lance dans la lutte où il réalisera une très grande carrière entre 1978 et 1994, devenant ainsi l'un des lutteurs professionnels japonais les plus connus de l'histoire!

Kazuhito Yoshino ( - , un cap): ancien pilier de Kintetsu dans les années 70. Appelé par le sélectionneur Hisashi Yokoi, il connaîtra une sélection avec le Japon lors de large défaite au Pays de Galles (62 à 14), le 6 octobre 1973.

Masao Yoshida ( - , 18 caps): ancien centre de Kintetsu. Il remportera plusieurs titres avec le club d'Higashiosaka dans les années 70. Appelé en sélection dès 1974 par Ryo Saito, il gagnera avec les Cherry Blossoms le championnat d'Asie des nations à deux reprises, en 1976 et en 1978.

Susumu Kurihara ( - , un cap): ancien ailier de Kintetsu dans les années 70, il sera appelé en sélection en 1974 par Ryo Saito. Il connaîtra une sélection avec les Cherry Blossoms lors de la victoire face au Sri Lanka (44 à 06), le 23 novembre 1974. Il remportera ainsi le championnat d'Asie des nations cette année-là. 


Shigeru Toyoda ( - , un cap): ancien 2ème ligne de Kintetsu dans les années 70, il sera appelé en sélection en 1974 par Ryo Saito. Il connaîtra une sélection avec les Cherry Blossoms lors de la victoire face au Sri Lanka (44 à 06), le 23 novembre 1974. Il remportera ainsi le championnat d'Asie des nations cette année-là.

Kinya Konishi ( - , 2 caps): ancien 2ème ligne de Kintetsu dans les années 80, il remportera la ligue Kansaï A en 1988. Appelé chez les Cherry Blossoms par le sélectionneur Hitoshi Oka, il fêtera sa première cap lors du match nul aux Etats-Unis (09-09), le 31 mai 1986. Il perdra le championnat d'Asie des nations avec le Japon face à la Corée du sud (22 à 24), le 29 novembre 1986. Ce sera sa 2ème et dernière sélection avec les Cherry Blossoms.

Kenji Sato ( - , 5 caps): ancien 2ème ligne de Kintetsu dans les années 90. Convoqué par le sélectionneur Iwao Yamamoto dès 1996, il fêtera sa première cape face au Canada par une lourde défaite (45 à 18). Il connaîtra sa première et unique victoire avec les Cherry Blossoms une semaine plus tard, le 16 juin 1996, face aux Etats-Unis (24 à 18). La large défaite au Canada (42 à 18), le 14 juin 1997, mettra fin à sa carrière internationale.

Kazu Hamabe (1971- , 12 caps): ancien pilier de Kintetsu à la fin des années 90/début des années 2000. Appelé en sélection par Iwao Yamamoto, il fête sa première cape le 9 juin 1996 lors de la lourd défaite à domicile contre le Canada (45 à 18). Bien qu'international nippon jusqu'en 2001, il ne participera pas à la coupe du monde de rugby de 1999. Avec les Cherry Blossoms, Kazu Hamabe aura remporté le championnat d'Asie des nations en 1996.

Shotaro Onishi (1978- , 33 caps): ancien centre de Kintetsu Liners. Passé par l'équipe universitaire de Doshisha avec qui il remporte la ligue Kansaï en 1999, il rejoint en 2001 World Fighting Bull, le club de Kobe et rival de Kobelco Steelers. Il y restera cinq saisons avant de signer chez Yamaha Jubilo (2006 à 2009). En 2009, il rejoint Kintetsu Liners où son adresse au pied va permettre au club de connaître de meilleurs résultats depuis bien longtemps, atteignant ainsi une magnifique 5ème place en championnat lors de la saison 2011/2012. En 2013, il quitte le club d'Higashiosaka et tente alors une dernière aventure chez Toyota Industries Shuttles, club où il évolue toujours.

International japonais à 33 reprises entre 2000 et 2003, Shotaro Onishi aura participé à la coupe du monde de rugby de 2007 en France. Il est ainsi connu pour sa célèbre transformation dans les arrêts de jeu de l'égalisation lors du mach nul du Japon face au Canada (12 à 12). Il aura remporté avec les Brave Blossoms le championnat d'Asie des nations en 2006 et le tout premier tournoi des 5 nations asiatique en 2008.

Yutaka Tsujimoto (1975- , un cap): ancien talonneur de Kintetsu Liners. Passé par l'équipe universitaire de Ryukoku, il rejoint Kintetsu en 1998. Il restera fidèle au club jusqu'à sa retraite en 2008 après la remontée de Kintetsu Liners en Top League cette année-là. Il aura entre-temps remporté avec l'équipe d'Higashiosaka trois titres de champion de la Top Ligue Ouest A (2005, 2006 et 2007). Convoqué par Shogo Mukai, il aura connu une sélection avec le Japon le 13 mai 2001 lors de la victoire du Japon face à la Corée du sud (27 à 19).


Luatangi Vatuvei (1977- , 23 caps): ancien 2ème/3ème ligne de Kintetsu Liners. Il est le grand frère d'un autre ancien international japonais, Sione Vatuvei. Tongien d'origine passé par l'équipe universitaire de Daito Bunka, il rejoint Toshiba Fuchu en 2002. Puissant 2ème/3ème ligne (190 cm, 120 kg), il fait des dégâts gigantesques en championnat. Il détient ainsi lors de la saison 2004/2005 le record d'essais inscrits par un joueur sur une saison (18). Sa taille et sa puissance deviennent indispensables et permettent au club de Fuchu de rafler trois titres de champion du Japon (2005, 2006, 2007), trois All Japan Championship (2004, 2006, 2007) et trois Microsoft Cup (2005, 2006, 2007).

Il rejoint ensuite 
Kintetsu Liners (2007-2010) avant de jouer une dernière saison avec Toyota Shokki Shuttles (2010-2011) avant de prendre sa retraite). International nippon entre 2001 et 2007, il participera à la coupe du monde de rugby de 2007 et remportera avec le Japon le championnat d'Asie des nations de 2006. Il est ainsi le premier joueur de Kintetsu Liners (avec le 2ème ligne Luke Thompson), portant le maillot du club, à participer à une coupe du monde de rugby avec le Japon

Yohei Shinomiya (1978- , 3 caps): ancien ailier de Kintetsu Liners. Passé par l'équipe universitaire de Kanto Gakuin, il rejoint ensuite Yamaha Motor. Par la suite, il évoluera dans de très nombreux clubs à travers le monde (NorthlandBoland Cavaliers,World Fighting BullBullsManawatu TurbosKintetsu LinersParmeAix-en-ProvenceReggio). Appelé par le sélectionneur Shogo Mukai, il connaîtra trois sélections avec le Japon en 2003. Egalement international japonais à 7 de rugby, il remporte avec le Japon les jeux asiatiques de Doha de 2006.

Depuis sa retraite de joueur en décembre 2013, il est devenu le manager de l'équipe féminine de rugby à 7 de Tokyo Phoenix. Au niveau de sa vie privée, il est mariée depuis juin 2013 avec l'ancienne capitaine de l'équipe féminine de volley-ball du Japon,Erika Araki, avec qui il a eu une fille en janvier 2014.

Afficher la suite de cette page

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.