Jean-Pierre Elissalde: le Judas du rugby japonais
Auteur: 
Hinato
Publié le: 22/05/2014


S'il n'y a toujours pas eu de joueurs français de rugby au Japon, on peut noter qu'il y a eu un entraîneur, Christian Gajan, passé chez les Fukuoka Sanix Blues dans les années 2000, mais aussi un sélectionneur de l'équipe nationale de rugby japonaise, Jean-Pierre Elissalde. Retour sur son passage médiatique qui s'est très mal terminé. Tout commence en mars 2005. Jean-Pierre Elissalde et son assistant Edmond Jorda intègrent le staff des Brave Blossoms. A cette époque, le Japon sort d'une tournée 2004 désastreuse et le sélectionneur Mitsutake Hagimoto, très décrié, change de politique sportive en reprenant les joueurs étrangers et en décidant de s'entourer d'un staff étranger expérimenté. Jean-Pierre Elissalde devient l'entraîneur des avants de la sélection nipponne tandis que Edmond Jorda devient l'entraîneur des arrières.
 
1518453099-2895282elissalde.jpg
Jean-Pierre Elissalde, alors entraîneur des avants des Brave Blossoms

A peine débarqué, le rochelais va s'intéresser au championnat national universitaire dont on lui dit qu'il est très populaire pour trouver quelques recrues physiques capable d'apporter en sélection. Le physique aura en effet été le point faible majeur duJapon lors de sa tournée en Europe en 2004.

C'est chez Saitama Institute of Technology qu'il trouvera notamment ce qu'il cherchait en repérant tongiens d'origines, Christian Loamanu et Katoni Otukolo. Après une tournée en avril catastrophique en Amérique du sud (défaites 18-25 en Uruguay et 36-68 en Argentine), le Japon va renouer avec le succès, en battant successivement Hong Kong (91-03), la Corée du sud (50-31) et la Roumanie (23-15). 
Mais les défaites à domicile contre le Canada (10-15) et surtout contre l'Irlande (12-44 et 18-47) auront le dernier mot de Mitsutake Hagimoto
 
1518453102-917332game5.jpg
Les deux lourdes défaites en tests matchs contre l'Irlande en juin 2005 sonnent le glas de Mitsutake Hagimoto
et ouvrent grandes les portes de la sélection à Jean-Pierre Elissalde

Le sélectionneur nippon est licencié. Les dirigeants de la Japan Rugby Football Union décident alors pour la première fois de l'histoire du rugby japonais de confier les rênes de la sélection nippone à un étranger. Jean-Pierre Elissalde, jusqu'ici entraîneur des avants, est promu au poste de sélectionneur des Brave Blossoms. Avec une mission: qualifier et conduire l'équipe japonaise jusqu'à la coupe du monde de rugby de 2007 en FranceTakanori Nagata (Kyuden Voltex), entraîneur des avants et Mitsuyuki Nakayama (Kobelco Steelers), entraîneur des arrières, intègrent son staff.
 
1518453113-9732804171.jpg
Le 5 novembre 2005, le Japon de Jean-Pierre Elissalde remporte son premier match contre l'Espagne (44-29) à Tokyo

Pour son premier test, Jean-Pierre Elissalde fait débuter la carrière internationale de six nouveaux joueurs: le pilier Tomokazu Soma (Sanyo Wild Knights), le 2ème ligne Toshizumi Kitagawa (Toyota Verblitz), le 2ème ligne Tsuyoshi Sato (Sanyo Wild Knights), le 3ème ligne Takashi Kikutani (Toyota Verblitz),  le centre Junpei Enomoto (Sanyo Wild Knights) et l'ailier Takashi Miyake (Sanyo Wild Knights). Les débuts du nouveau sélectionneur sont de bonnes augures. Le Japon s'impose le 5 novembre 2005 à Tokyo face à l'Espagne, 44 à 29. En avril/mai 2006, le Japon enchaîne les victoires: 82-09 contre le Golfe Persique, 50-14 contre la Corée du sud et 32-07 contre la Géorgie.
 
1518453108-4618516432.jpg
Le 23 avril 2006 à Tokyo, le Japon écrase la Corée du sud 50 à 14, signant la 3ème victoire consécutive de l'ère Elissalde

Trois petits nouveaux feront leurs débuts en sélection lors de ces tests matchs dont deux universitaires: le 1/2 de mêlée Yuki Yatomi (Waseda),  l'ouvreur Eiji Ando (NEC Green Rockets) et le centre Yuta Imamura (Waseda). Mais le mois de juin va remettre en question tout le travail du rochelais jusqu'ici.

Le Japon participe à la première Pacific Nations Cup de son histoire et est défait sur ses quatre rencontres: 16-57 contre les Tonga, 09-53 contre les Samoa, 08-38 contre les Junior All Blacks et 15-29 contre les Fidji. Sans oublier la lourde défaite en test match 06-52 contre l'Italie de Pierre Berbizier. Malgré tous ces revers, la fédération japonaise de rugby continue de faire confiance au français et le conforte dans sa place de sélectionneur pour qualifier et conduire le Japon à la coupe du monde de rugby de 2007 en France.

 
1518453111-9674273005.jpg
Le 11 juin 2006, le Japon est humilié 52 à 06 par l'Italie de Pierre Berbizier à Tokyo

Début septembre 2006, les dirigeants japonais apprennent dans la presse étrangère que Jean-Pierre Elissalde a accepté, sans demander l'avis des nippons, un contrat de trois ans pour devenir le nouveau manager de l'Aviron Bayonnais en parallèle de son poste de sélectionneur des Brave Blossoms.

La réponse de la Japan Rugby Football Union est sans appel: trois semaines plus tard,  le 29 septembre 2006, la fédération japonaise de rugby annonce qu'elle mettra un terme à son contrat le 31 octobre 2006. Le rochelais disait pouvoir évoluer aux deux postes (six mois chacun) tandis que les dirigeants nippons souhaitaient que le français se consacre entièrement à la sélection nationale japonaise, d'autant que les derniers matchs pour la qualification pour la coupe du monde de rugby de 2007 approchaient à grand-pas.

 
1518453104-232227895.jpg
Jean-Pierre Elissalde vit ses derniers moments à la tête de la sélection japonaise

Après le licenciement de Jean-Pierre ElissaldeJohn Kirwan sera nommé comme son successeur. Mais en attendant l'arrivée du néo-zélandais, ce sera Osamu Ota, entraîneur-adjoint du rochelais jusqu'ici, qui mènera les japonais lors des qualifications et qualifiera les Brave Blossoms pour leur sixième coupe du monde de rugby consécutive.

L'attitude de l'ancien entraîneur de Béziers aura laissé une mauvaise image des entraîneurs français au Japon, une image d'hommes pas capables de tenir leur engagements, leur paroles. Christian Gajan aura par ailleurs critiqué Jean-Pierre Elissalde à l'époque pour cela. Mais le mal était fait. Depuis d'ailleurs, la fédération japonaise de rugby ne se tourne que vers des sudistes avec un passé dans le championnat japonais pour recruter ses nouveaux sélectionneurs étrangers (John KirwanEddie Jones).

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.