Coupe du monde de rugby de 2019: présentation du Japon
Auteur: 
Hinato
Publié le: 13/09/2019


1565117025-img-mv-rwc01-pc.jpg
Les Brave Blossoms auront pour objectf chez eux une qualification historique en 1/4 de finale de coupe du monde de rugby!

Le 20 septembre prochain, la 9ème coupe du monde de rugby de l'histoire débutera au Japon! La toute première de l'histoire sur le continent asiatique! Si le titre se jouera entre les favoris habituels (Nouvelle-ZélandeAngleterreAfrique du sud, Irlande, etc...), le Japon sera attendu pour passer un cap et enfin atteindre les 1/4 de finale. Les Brave Blossoms, 10èmes au classement World Rugby, restent sur une superbe performance lors de la coupe du monde de rugby de 2015 en Angleterre avec trois victoires en poule dont celui historique face à l'Afrique du sud (34 à 32).

Depuis Jamie Joseph a pris les commandes de la sélection et a succédé à Eddie Jones,
Ryuji Nakatake et Mark Hammett ayant assuré l'intérim au printemps 2016. Arrivé du Super Rugby avec un titre remporté avec les Highlanders en 2015, le technicien néo-zélandais ne tarde pas à critiquer son prédécesseur pour ne lui avoir laissé aucune info sur l'équipe.

Faisant preuve d'un amateurisme comparé au technicien australien, Jamie Joseph va se concentrer uniquement à regarder les matchs de Top League. Jamais une seule fois il essaiera d'aller repérer le réservoir chez les jeunes nippons en allant assister au Hanazono ou aux gros matchs universitaires. Pas une seule fois en trois ans...

Ainsi un joueur comme le centre Shogo Nakano (Waseda Univ.), le "Sonny Bill Williams japonais", connu depuis des années et qui a été impressionnant lors de ses participations au World Rugby Pacific Challenge avec les Junior Japan, n'a jamais été sous les radars du sélectionneur du Japon. Consternant. D'autres ont été pour leur part repérés sur le tard tels que Kazuki Himeno en 2017 ou bien trop tard comme Yusuke Kajimura en 2018. A chaque fois ce n'était que lorsque le joueur en question avait enfin quitté l'université et signé chez un club de Top League. Pour Yusuke Kajimura (Suntory Sungoliath), centre excellent, la situation est tellement grotesque quand on sait que Eddie Jones l'avait repéré depuis 2013...

Et parfois on peut assister à des scènes hallucinantes. Malgré le peu de temps de jeu vu l'effectif monstrueux de Panasonic Wild Knights, l'ailier/arrière Yoshikazu Fujita est l'une des grandes stars du rugby nippon actuel. Plus jeune international japonais de l'histoire, "try machine" (26 essais en 31 sélections), une participation à une coupe du monde de rugby (2015) où il aura inscrit un essai et enfin trois titres consécutifs lors du mythique Hanazono (tournoi national lycéen) entre 2010 et 2012. 


Jamie Joseph fera finalement appel à lui après avoir été impressionné par sa grosse performance avec la sélection World XV face aux nippons où il se sera distingué en marquant deux essais dont un de classe mondiale:

"Je n'avais pas pu voir beaucoup Fujita jouer parce qu'il était blessé l'an dernier. Lors du camp NDS en septembre, il avait donné les meilleurs résultats dans les tests de conditions physiques. Cependant, nous n'avions pas pu le voir jouer assez souvent en Top League. Mais hier, il a prouvé qu'il était revenu à son meilleur niveau." Tout simplement lunaire.
 
1568361129-33.jpg
Yoshikazu Fujita avait du attendre sa performance avec la sélection World XV face au Japon en 2017 pour être sélectionné par Jamie Joseph...

Le gros problème de Jamie Joseph dans l'ensemble est surtout sa vision du rugby nippon, qui remonte dix à quinze ans en arrière. Hors celui-ci dispose alors du meilleur réservoir japonais de rugby de l'histoire dont n'ont jamais pu espérer ses prédécesseurs John Kirwan et Eddie Jones. Ainsi il compare les joueurs étrangers professionnels à ceux japonais amateurs.

Il estime par exemple que les nippons n'ont pas le gabarit pour avoir une solide mêlée. D'où les sélections en première ligne de 
Vakauta Isileli Nakajima (Kobelco Steelers) et Asaeli Valu (Panasonic Wild Knights) au détriment de Masataka Mikami (Toshiba Brave Lupus) et de Hiroshi Yamashita (Kobelco Steelers). Ce dernier ayant pourtant une expérience en coupe du monde (2015) et une grande en Super Rugby (Chiefs, Sunwolves) et faisant parti du XV type de Top League 2018/2019...

Le technicien néo-zélandais n'a visiblement vu aucune des performances de la mêlée nippone sous l'ère de Eddie Jones et Marc Dal Maso. Ni celle des Baby Blossoms ces dernières années. Comment autant d'amateurisme possible? Ainsi pour cette coupe du monde de rugby au pays, le Japon va exploser son record de joueurs étrangers avec plus de 48% dans l'effectif. Un mauvais signe envoyé à la jeunesse japonaise. Et le sélectionneur parle de prolonger avec la JRFU...

Ainsi, une marée de très bons joueurs japonais ne seront pas de cette coupe du monde
Masataka Mikami (Toshiba Brave Lupus), Shogo Miura (Toyota Verblitz), Koki Yamamoto (Yamaha Jubilo), Hiroshi Yamashita (Kobelco Steelers), Kosuke Horikoshi (Suntory Sungoliath), Naohiro Kotaki (Toshiba Brave Lupus), Atsushi Hiwasa (Kobelco Steelers), Takuya Yamasawa (Panasonic Wild Knights), Harumichi Tatekawa (Kubota Spears), Shogo Nakano (Waseda Univ.), Yusuke Kajimura (Suntory Sungoliath), Akihito Yamada (NTT Shining Arcs), Yoshikazu Fujita (Panasonic Wild Knights) et Ryuji Noguchi (Panasonic Wild Knights) notamment. Que de regrets à avoir...

Jamie Joseph se passe ainsi en particulier du meilleur ouvreur nippon actuel, 
Takuya Yamasawa (Panasonic Wild Knights), car pas polyvalent et manquant d'assez d'expériences internationales à ses yeux (la faute à qui?), alors que Eddie Jones et Robbie Deans parlent de lui depuis des années comme d'un 1/2 d'ouverture de classe mondiale. Tout simplement lunaire. Yoshikazu Fujita (Panasonic Wild Knights), dégoûté quant à lui après avoir tout donné pour participer à la coupe du monde (il est venu s'entraîner à ses frais avec les Sunwolves), a préféré signer un contrat avec la Japan Rugby Football Union et se concentrer avec la sélection japonaise de rugby à 7 sur les jeux olympiques de Tokyo de 2020.
 
1568314721-ediomsvwsaazogi.png

Le Japon de Jamie Joseph se base sur un jeu de vitesse de rugby non structuré, le "chaos organisé". Il se construit grâce à des avants très techniques (Keita Inagaki, Shota Horie, Luke Thompson, Kazuki Himeno, Michael Leitch, Amanaki Lelei Mafi) et des 3/4 extrêmement rapides (Kenki Fukuoka, Kotaro Matsushima), capables de faire des relances de feu depuis leur 22 mètres. La défense (entraînée par le néo-zélandais Scott Hansen) est quant à elle très agressive, pour compenser le gabarit des joueurs nippons et permettre un meilleur taux de réussite de plaquages.
 

Grâce à leur jeu non structuré, les Brave Blossoms se montrent très cliniques
sur les récupérations de balles comme ici face aux Etats-Unis cette année

Le pack avant est assez solide avec une première ligne Keita Inagaki (Panasonic Wild Knights)/Shota Horie (Panasonic Wild Knights)/Koo Jiwon (Honda Heat) excellente. Pour la deuxième ligne, le réservoir est faible en qualité (pas vraiment en taille) et le technicien nippon a ainsi du rappeler Luke Thompson (Kintetsu Liners), 38 ans, qui participera à sa quatrième coupe du monde. Aucun joueur japonais à ce poste alors que les "locaux" sont de même taille voir plus grands que les "internationaux nippons" sélectionnés: Kazuhiko Usami (27 ans, 197 cm, 115 kg), Wataru Kobayashi (25 ans, 195 cm, 118 kg), Naohiro Kotaki (27 ans, 194 cm, 110 kg) ou encore Eishin Kuwano (24 ans, 193 cm, 112 kg).

Pendant ce temps, le sud-africain d'origine Wimpie van der Walt (30 ans, 188 cm, 106 kg) sera à la compétition en deuxième ligne. La troisième ligne est quant à elle de classe mondiale avec le phénomène 
Kazuki Himeno (Toyota Verblitz), le joueur à suivre de très près lors de cette coupe du monde de rugby, le capitaine Michael Leitch (Toshiba Brave Lupus) et le numéro 8 Amanaki Lelei Mafi (NTT Shining Arcs) qui est de la partie malgré ses soucis judicaires. Le banc a de la gueule également avec Hendrik Tui (Suntory Sungoliath), Yoshitaka Tokunaga (Toshiba Brave Lupus) et Lappies Labuschagné (Kubota Spears). Ce sera le gros point fort des Brave Blossoms durant ce mondial.
 

Les débuts internationaux fracassants avec le Japon de Kazuki Himeno face à l'Australie en 2017


Quand Kazuki Himeno éteint le "Swing Low, Sweet Chariot" de Twickenham contre l'Angleterre en novembre 2018

Contrairement à son prédécesseur, Jamie Joseph part avec trois 1/2 de mêlées dans son groupe. Fumiaki Tanaka (Canon Eagles), joueur le plus capé avec 70 sélections, apportera sa longue expérience internationale très utile alors que l'explosif Yutaka Nagare (Suntory Sungoliath) devrait démarrer titulaire et former la charnière avec Yu Tamura (Canon Eagles). Ce dernier est titulaire indiscutable aux yeux du technicien néo-zélandais depuis des années. Il aura une pression énorme, devant faire oublier Ayumu Goromaru (Yamaha Jubilo) au rôle de buteur, et le talentueux 1/2 d'ouverture Takuya Yamasawa (Panasonic Wild Knights), le très grand absent nippon de cette coupe du monde de rugby au pays.

Au centre, avec les absences du très expérimenté 
Harumichi Tatekawa (Kubota Spears) et du talentueux Yusuke Kajimura (Suntory Sungoliath) sans compter la non sélection du phénomène Shogo Nakano (Waseda Univ.), on aura une paire assez classique composée de Ryoto Nakamura (Suntory Sungoliath) et Timothy Lafaele (Kobelco Steelers). Aux ailes, les fusées Kotaro Matsushima (Suntory Sungoliath) et Kenki Fukuoka (Panasonic Wild Knights) sont indispensables au jeu des Brave Blossoms. Mais l'absence de ce dernier pour le début de la compétition pour une blessure au mollet devrait donner du temps de jeu à Lomano Lemeki (Honda Heat) et au jeune Ataata Moeakiola (Kobelco Steelers).

Enfin à l'arrière, choisi pour sa polyvalence (centre/arrière) malgré des performances très moyenne pour être gentil depuis un an, 
Will Tupou (Coca-Cola Red Sparks) devrait démarrer titulaire au détriment de l'explosif Ryohei Yamanaka (Kobelco Steelers). Le Japon tentera de réaliser l'exploit en espérant vaincre l'Irlande ou l'Ecosse pour une place historique en 1/4 de finale de coupe du monde de rugby. Mais Jamie Joseph doit compter sur un effectif assez inexpérimenté.

Sur les 31 joueurs, seuls dix sont des respacés de l'édition de 2015 en Angleterre. A savoir: 
Keita Inagaki (Panasonic Wild Knights), Shota Horie (Panasonic Wild Knights), Luke Thompson (Kintetsu Liners), Hendrik Tui (Suntory Sungoliath), Michael Leitch (Toshiba Brave Lupus), Amanaki Lelei Mafi (NTT Shining Arcs), Fumiaki Tanaka (Canon Eagles), Yu Tamura (Canon Eagles), Kenki Fukuoka (Panasonic Wild Knights) et Kotaro Matsushima (Suntory Sungoliath). Autant dire que leur expérience sera essentielle pour faire face à la Russie, l'Irlande, les Samoa et l'Ecosse dans la poule A.
 
Notre XV de départ type japonais pour le mondial:
 
1.Keita Inagaki-------------------2.Shota Horie-----------------3.Koo Jiwon

--------------4.Luke Thompson------------------5.Uwe Helu------------------

6.Kazuki Himeno----------------------------7.(c) Michael Leitch-------------

-------------------------------8.Amanaki Lelei Mafi------------------------------

----------------------------9.Yutaka Nagare--------------------------------------

----------------------------------------10.Yu Tamura-----------------------------

------------12.Ryoto Nakamura---------------13.Timothy Lafaele-----------

11.Kenki Fukuoka-------------------------------------14.Kotaro Matsushima

-----------------------------------15.Will Tupou----------------------------------

Japon/Russie (20 septembre 2019, 12h45):

Arbitre principal: Nigel Owens (WRU)
Arbitres assistants 1 et 2: Nic Berry (ARU) et Matthew Carley (RFU)
Arbitre TMO: Ben Skeen (NZRU)

Ville: Tokyo. Stade: Ajinomoto Stadium (50 000 places)

 
1565116484-s-tokyo-stadium-1.jpg

Japon/Irlande (28 septembre 2019, 09h15):

Arbitre principal: Angus Gardner (ARU)
Arbitres assistants 1 et 2: Jérôme Garcès (FFR) et Matthew Carley (RFU)
Arbitre TMO: 
Ben Skeen (NZRU)

Ville: Shizuoka. Stade: Ecopa Stadium (50 889 places)
 
1565116368-1519131653-fukuroi.jpg
 
Japon/Samoa (5 octobre 2019, 12h30):

Arbitre principal: Jaco Peyper (SARU)
Arbitres assistants 1 et 2: Ben O'Keeffe (NZRU) et 
Federico Anselmi (UAR)
Arbitre TMO: Grahan Hughes (RFU)

Ville: Toyota
. Stade: Toyota Stadium (45 000 places)
 
1565116646-toyota-stadium.jpg
 
Japon/Ecosse (13 octobre 2019, 12h45):

Arbitre principal: Ben O'Keeffe (NZRU)
Arbitres assistants 1 et 2: Mathieu Raynal (FFR) et Matthew Carley (RFU)
Arbitre TMO: Ben Skeen (NZRU)

Ville: Yokohama. Stade: Nissan Stadium (72 000 places)
 
  1565116358-1519131643-733978yokohamanissanstadiumaerial94127.jpg
 
Quelques statistiques du Japon en coupe du monde de rugby:
 
- Le Japon fait partie des 11 nations à avoir participé jusqu'ici à toutes les éditions de la coupe du monde de rugby avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie, l'Angleterre, la France, le Pays de Galles, l'Argentine, l'Ecosse, l'Irlande et le Canada, l'Italie.

- Le Japon n'a jamais dépassé le premier tour dans une coupe du monde de rugby. Tout comme l'Italie, la Roumanie, les Tonga, les Etats-Unis, la Namibie, la Géorgie, le Zimbabwe, l'Uruguay, la Côte d'Ivoire, l'Espagne, le Portugal et la Russie
La meilleure performance du Japon est une 3ème place en poule, lors des coupes du mondes de rugby de 1991 et de 2015 (première équipe de l'histoire non qualifiée en 1/4 de finale avec trois victoires au compteur).

- En 28 rencontres, le Japon a remporté quatre matchs (contre le Zimbabwe en 1991 et contre l'Afrique du sud, les Samoa et les Etats-Unis en 2015), fait deux matchs nuls (2007 et 2011) et a perdu 22 fois. 

- La plus grande victoire du Japon en coupe du monde de rugby était contre le Zimbabwe (52 à 08), le 14 octobre 1991.

- La plus grande défaite du Japon en coupe du monde de rugby était contre la Nouvelle-Zélande (145 à 17), le 4 juin 1995.

- Avec celle de 2019, le deuxième ligne Luke Thompson va devenir le premier international japonais de l'histoire à avoir participé à quatre
 éditions de la coupe du monde de rugby (2007, 2011, 2015 et 2019).

- Avec celle de 2019, 15 joueurs japonais auront participé à trois éditions de la coupe du monde de rugby: Seiji HiraoSinali Tui-LatuYoshihiko SakurabaMasahiro KundaTerunori MasuhoWataru MurataTsutomu MatsudaYukio MotokiKeiji HiroseYasunori WatanabeHirotoki OnozawaHitoshi Ono, Shota Horie, Michael Leitch et Fumiaki Tanaka.

- L'ailier Hirotoki Onozawa est le recordman japonais de matchs joués en coupe du monde rugby (12). 

- L'arrière Ayumu Goromaru est le joueur nippon à avoir inscrit le plus de points en coupe du monde de rugby (58). Il est également le recordman de points japonais sur une coupe du monde de rugby, celle de 2015 (58).

-
L'arrière Ayumu Goromaru est le joueur nippon à avoir marqué le plus de pénalités en coupe du monde de rugby (13).

- L'arrière Takahiro Hosokawa est le joueur nippon à avoir marqué le plus de transformations en coupe du monde de rugby (8). Un record établi sur une seule édition, celle de 1991.


- Le centre Eiji Kutsuki est le joueur nippon à avoir inscrit le plus d'essais en coupe du monde de rugby (4). Il aura réalisé cette performance en participant aux deux premières coupe du monde de rugby de l'histoire (1987 et 1991).

- Trois internationaux japonais ont réussi à passer un drop en coupe du monde de rugby. Il s'agit de l'ailier Minoru Okidoi (1987), de l'arrière Takahiro Hosokawa (1991) et de l'ouvreur Andy Miller (2003).

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.