Coupe du monde de rugby de 2015: présentation du Japon
Auteur:
Hinato
Publié le: 05/09/2015


1518705671-59862620150828122143.jpg
Les Brave Blossoms auront pour objectf numéro 1 de remporter une victoire en coupe du monde de rugby 24 ans après
et à quatre ans de la 9ème édition qui se déroulera au pays

Le 18 septembre prochain, la 8ème coupe du monde de rugby de l'histoire débutera en Angleterre. Si le titre se jouera entre les favoris habituels (Nouvelle-Zélande, Angleterre, Afrique du sud, Australie, etc...), le Japon fera une fois de plus partie des petites nations dans cette compétition. Il faut dire que les Brave Blossoms, 15èmes au classement World Rugby, ont un historique qui n'est pas en leur faveur. Une seule victoire en 24 rencontres, ils n'ont jamais dépassé le premier tour et surtout restent sur 24 ans sans succès en coupe du monde de rugby.

A quatre ans de la prochaine édition au pays, inutile de dire que celle de cette année sera capitale. Pour passer enfin un cap, la Japan Rugby Football Union a officialisé il y a quatre ans l'arrivée d'Eddie Jones. Le sélectionneur australien venait tout juste de remporter le doublé Top League japonaise/All Japan Championship lorsqu'il prit les rênes de l'équipe en 2012. Marié à une japonaise, ayant des origines nippones de par sa mère américano-japonaise, Eddie Jones était l'élu. Le nouveau sélectionneur du Japon décidait de se donner les meilleurs moyens pour faire progresser sa nouvelle équipe en s'entourant tout d'abord d'un staff haut de gamme: l'ancien international français Marc Dal Maso (entraîneur de la mêlée), l'ancien international anglais Steve Borthwick (entraîneur des avants) et l'ancien sélectionneur d'Hong Kong, Leigh Jones (entraîneur de la défense).

Contrairement à son prédécesseur John Kirwan, le technicien australien allait changer la mentalité de son équipe et lui donner du caractère. Une chose qui peut paraître tout à fait banale mais qui est au contraire très importante quand on connaît le caractère des nippons. Fini le caractère défaitiste de la coupe du monde de rugby de 2011 où les japonais étaient rentrés têtes baissées dans la compétition, Eddie Jones souhaite que ses joueurs jouent chaque match pour gagner et non plus pour rentrer perdant. Une attitude que l'on retrouvera lors des victoires contre le Canada (2013) et l'Italie (2014), où le nouveau mental des Brave Blossoms aura joué un grand rôle.

Mais cela ne fait pas tout. Le technicien australien souhaite donner un style de jeu à son équipe, qu'il appelle "Japan Way". Un style de jeu rapide basé sur la possession. Mais la réalité est tout autre. Lorsqu'Eddie Jones engage Marc Dal Maso, il souhaite que le Japon ait une mêlée qui tienne la route et lui permette de lancer le jeu des 3/4 dans le style sudiste. Mais le français va persuadé le technicien australien de faire de la mêlée japonaise une arme pour détruire totalement l'adversaire. Cela va influencer le jeu pratiqué par les joueurs nippons depuis.

 

Le 21 juin 2014, lors de la victoire historique contre l'Italie (26 à 23), la mêlée japonaise punie la mêlée italienne et la fait reculer de dix mètres!
 

Un exemple parmi tant d'autres de la puissance de la mêlée nippone: le 8 novembre 2014,
lors de la courte défaite contre les Maori All Blacks, la mêlée japonaise emporte tout et obtient l'essai de pénalité.

Si quand vous pensez Japon, vous pensez voir du jeu fou fou et des relances de partout, vous faîtes fausse route. Aujourd'hui, le jeu nippon se base essentiellement sur ses avants. La conquête et plus précisément la mêlée et le maul sont devenus les armes de cette équipe nippone. Bienvenue en 2015. Grâce au travail exceptionnel de Marc Dal Maso (incroyable que la FFR n'ait pas pensé à lui pour le XV de France), la mêlée japonaise est devenue l'une des meilleures du monde. Les mêlées néo-zélandaises, fidjiennes, italiennes ou encore écossaises peuvent en témoigner. Sur les dernières rencontres du Japon, plus de 2/3 des essais japonais font suite à une mêlée où à un lancement de jeu partant d'une mêlée. Une véritable arme destructrice. 


L'essai de l'ailier Yoshikazu Fujita contre le Canada, le 7 juin 2014, part d'une mêlée japonaise
 

L'essai de l'ailier Akihito Yamada contre les Etats-Unis, le 24 juillet dernier, part d'une mêlée japonaise

L'autre grosse arme du Japon, c'est Ayumu Goromaru. L'arrière nippon, meilleur buteur de l'histoire de la sélection japonaise, est devenu indispensable pour passer les points, très souvent sur pénalité grâce à la mêlée dominatrice. Bon au jeu au pied, sa lenteur pose un réel souci pour la défense japonaise. Mais le manque d'un autre grand buteur actuel japonais (le jeune Junpei Ogura est encore inexpérimenté au haut niveau et Harumichi Tatekawa et Yu Tamura ne sont pas non plus des buteurs exceptionnels) le voit devenir un inévitable taulier dans l'équipe. D'autant que l'arrière nippon ne se blesse jamais. Pas une surprise ainsi de voir qu'il est le joueur le plus utilisé par Eddie Jones depuis 2012.

Pour le reste, le Japon se base sur une deuxième ligne très expérimentée, Hitoshi Ono et Luke Thompson joueront leur troisième et certainement dernière édition. La deuxième ligne sera ainsi l'un des gros chantiers pour la coupe du monde de rugby de 2019 pour les nippons. Deuxième capitaine d'origine étrangère du Japon en coupe du monde de rugby après Andrew McCormick en 1999, Michael Leitch est évidemment l'un des hommes forts de la sélection, sortant qui plus est d'une saison en Super Rugby exceptionnelle avec les Chiefs. Sortie de nulle part, ou plus précisément d'Hanazono Univ., le numéro 8 explosif Amanaki Lelei Mafi va faire parler de lui avec le Japon.

 

Ayumu Goromaru, le sérial-buteur du Japon, comme ici lors de la victoire historique contre le Pays de Galles, le 15 juin 2013


Excellent buteur, Ayumu Goromaru est aussi le talon d'Achille de l'équipe japonaise à cause de sa lenteur.
Exemple ici lors de Corée du sud/Japon, le 17 mai 2014, où il se fait déposer par l'ailier Jeong Yeonsik

En 9, la star Fumiaki Tanaka sera évidemment le joueur japonais à suivre dans la compétition. Une grande coupe du monde de rugby des nippons passera par une grande performance du meilleur 1/2 de mêlée japonais actuel, capable de dynamiser le jeu de son équipe et de délivrer des passes d'une précision chirurgicale. Il sera bien évidemment associé à l'ouvreur Harumichi Tatekawa, très bon animateur dans le jeu et maître en ce qui concerne la passe sautée. Derrière, hormis Ayumu Goromaru, on suivra les deux ailiers Kenki Fukuoka et Yoshikazu Fujita. Les deux jeunes stars du rugby universitaire japonais, tout juste âgés de 22 ans, pourraient bien être les grandes révélations du Japon lors de la compétition. Dans une poule B qui semble équilibrée derrière les Springboks, Eddie Jones vise les 1/4 de finale.

Fidèle à lui-même, le technicien australien devrait faire jouer sa meilleure équipe lors des quatre rencontres y compris lors de la première face à l'Afrique du sud, qui sera au passage un match inédit entre ces deux nations. Le sélectionneur du Japon a d'ailleurs très souvent fait jouer ses hommes tous les 4/5 jours lors des tournées ou des séries de tests matchs à domicile lorsqu'il le pouvait pour habituer ses joueurs au rythme des rencontres qui sera imprégné durant la coupe du monde de rugby. Les japonais ne devraient ainsi pas aligner une équipe B face aux Springboks. Mais alors que peut espérer le Japon? En jouant l'Ecosse quatre jours après l'Afrique du sud et en jouant les deux matchs à fond, les Brave Blossoms risquent surtout de laisser de grosses plumes dans cette affaire. Quand on connaît l'historique des nippons dans cette compétition et le calendrier à venir, une victoire contre les Etats-Unis (adverse le plus prenable) sera pour moi une priorité, que le Japon peut largement réussir.

Pourquoi ne pas envisager une deuxième victoire contre les Samoa et ainsi assurer une qualification pour le mondial de 2019 à la maison alors que le statut de pays hôte pour la coupe du monde de rugby devrait être modifié dans les semaines à venir. Ainsi une victoire 24 ans après serait une coupe du monde réussie. Deux victoires et une qualification automatique pour le mondial 2019, un triomphe incroyable. Quand à une qualification en 1/4 de finale, ce serait tout bonnement un exploit! Voilà, vous connaissez maintenant les forces et faiblesses de cette équipe et ses objectifs réalisables. On espère maintenant que les Brave Blossoms nous feront une grande coupe du monde de rugby sur le terrain!
 
Notre XV de départ type japonais pour le mondial:
 
1.Masataka Mikami--------2.Shota Horie---------3.Kensuke Hatakeyama

-----------------4.Luke Thompson--------------5.Shinya Makabe-------------

6.Michael Broadhurst------------------------7.(c) Michael Leitch------------

-------------------------------8.Amanaki Lelei Mafi------------------------------

----------------------------9.Fumiaki Tanaka-------------------------------------

-------------------------------------10.Harumichi Tatekawa--------------------

--------------------12.Yu Tamura-----------------------13.Male Sau-----------

11.Kenki Fukuoka----------------------------------------14.Yoshikazu Fujita

--------------------------------15.Ayumu Goromaru-----------------------------

Afrique du sud/Japon (19 septembre 2015, 17h45):

Arbitre principal: Jérôme Garcès (FFR)
Arbitres assistants 1 et 2: JP Doyle (FRU) et Federico Anselmi (UAR)
Arbitre TMO: Graham Hughes (RFU)

Ville: Brighton. Stade: Brighton Community Stadium ou Falmer Stadium (22 374 places)

 
1518705688-850752americanexpresscommunitystadiumbrightonandhove2.jpg

Ecosse/Japon (23 septembre 2015, 15h30):

Arbitre principal: John Lacey (IRFU)
Arbitres assistants 1 et 2: George Clancy (IRFU) et Marius Mitrea (FIR)
Arbitre TMO: Shaun Veldsam (SARU)

Ville: Gloucester
. Stade: Kingsholm Stadium (16 500 places)

 
1518705761-2250754662500.jpg
 
Samoa/Japon (3 octobre 2015, 15h30):

Arbitre principal: Craig Joubert (SARU)
Arbitres assistants 1 et 2: Wayne Barnes (RFU) et Stuart Berry (SARU)
Arbitre TMO: Ben Skeen (NZR)

Ville: Milton Keynes
. Stade: Stadium mk (30 500 places)
 
1518705783-480317imageupdateaa3e8d45680730e513674892339j4aaqsk.jpg
 
Etats-Unis/Japon (11 octobre 2015, 21h00):

Arbitre principal: Glen Jackson (NZR)
Arbitres assistants 1 et 2: John Lacey (IRFU) et Federico Anselmi (UAR)
Arbitre TMO: Shaun Veldsam (SARU)

Ville: Gloucester
. Stade: Kingsholm Stadium (16 500 places)
 
1518705761-2250754662500.jpg
 
Quelques statistiques du Japon en coupe du monde de rugby:
 
- Le Japon fait partie des 12 nations à avoir participé jusqu'ici à toutes les éditions de la coupe du monde de rugby avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie, l'Angleterre, la France, le Pays de Galles, l'Argentine, l'Ecosse, l'Irlande, le Canada, l'Italie et la Roumanie.

- Le Japon n'a jamais dépassé le premier tour dans une coupe du monde de rugby. Tout comme l'Italie, la Roumanie, les Tonga, les Etats-Unis, la Namibie, la Géorgie, le Zimbabwe, l'Uruguay, la Côte d'Ivoire, l'Espagne, le Portugal et la Russie
La meilleure performance du Japon est une 3ème place en poule, lors de la coupe du monde de rugby de 1991.

- En 24 rencontres, le Japon a remporté un seul match (contre le Zimbabwe en 1991), fait deux matchs nuls (2007 et 2011) et a perdu 21 fois. Les Brave Blossoms n'ont plus remporté de succès en coupe du monde de rugby depuis 24 ans!

- La plus grande victoire du Japon en coupe du monde de rugby était contre le Zimbabwe (52 à 08), le 14 octobre 1991.

- La plus grande défaite du Japon en coupe du monde de rugby était contre la Nouvelle-Zélande (145 à 17), le 4 juin 1995.

- Avec celle de 2015, 13 joueurs japonais auront participé à trois éditions de la coupe du monde de rugby: Seiji HiraoSinali Tui-LatuYoshihiko SakurabaMasahiro KundaTerunori MasuhoWataru MurataTsutomu MatsudaYukio MotokiKeiji HiroseYasunori WatanabeHirotoki OnozawaHitoshi Ono et Luke Thompson.


- L'ailier Hirotoki Onozawa est le recordman japonais de matchs joués en coupe du monde rugby (12). 

- L'arrière Toru Kurihara est le joueur nippon à avoir inscrit le plus de points en coupe du monde de rugby (40). Il est également le recordman de points japonais sur une coupe du monde de rugby, celle de 2003 (40).

- Le mythique ouvreur Keiji Hirose est le joueur nippon à avoir marqué le plus de pénalités en coupe du monde de rugby (11). Il aura participé à trois coupes du monde de rugby (1995, 1999 et 2003).

- L'arrière Takahiro Hosokawa est le joueur nippon à avoir marqué le plus de transformations en coupe du monde de rugby (8). Un record établi sur une seule édition, celle de 1991.


- Le centre Eiji Kutsuki est le joueur nippon à avoir inscrit le plus d'essais en coupe du monde de rugby (4). Il aura réalisé cette performance en participant aux deux premières coupe du monde de rugby de l'histoire (1987 et 1991).

- Trois internationaux japonais ont réussi à passer un drop en coupe du monde de rugby. Il s'agit de l'ailier Minoru Okidoi (1987), de l'arrière Takahiro Hosokawa (1991) et de l'ouvreur Andy Miller (2003).


Profil des internationaux japonais:
 
PILIERS  

1518706068-377093422.jpg
Kensuke Hatakeyama
Suntory Sungoliath / 68 caps
30 ans, 178 cm, 115 kg







 





 
Né le 2 août 1985 à Kesennuma (préfecture de Miyagi). Ancien joueur de basket-ball au collège, il se met définitivement au rugby au lycée à Sendai Ikuei Gakuen HS. En 2003, il rejoint le mythique club de rugby universitaire de Waseda Univ., entraîné alors par Katsuyuki KiyomiyaIl remporte deux championnats nationaux universitaires face au grand rival de l'époque, Kanto Gakuin, en 2005 et 2006. 

Il participa à
 la victoire historique de Waseda Univ. face à Toyota Verblitz en 2006, lors du 2ème tour du All Japan Championship. Dans la mêmée période, Kensuke Hatakeyama est sélectionné avec les U19, puis les U23 japonais. En 2007, il signe avec Suntory Sungoliath et y retrouve Katsuyuki Kiyomiya, alors manager du club de Fuchu

Il a remporté jusqu'ici trois titres de champion du
 Japon (2008, 2012 et 2013) et trois All Japan Championship (2011, 2012 et 2013) avec les jaunes et noirs. Appelé par John Kirwan, il fête sa première cape avec le Japon le 16 novembre 2008 lors de la victoire contre les Etats-Unis (29 à 19). Il participera à la coupe du monde de rugby de 2011 en Nouvelle-Zélande et sera titulaire au poste de pilier droit. 

Il gardera ce rôle de titulaire sous Eddie Jones. Il est en effet de loin le meilleur pilier droit japonais actuel, devant Hiroshi Yamashita (Kobelco Steelers) et Shinnosuke Kakinaga (Suntory Sungoliath) notamment. Avec les
 Brave Blossoms, Kensuke Hatakeyama aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2009 à 2014), l'Asia Rugby Championship 2015 et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518706080-632441464.jpg
Hiroshi Yamashita
Kobelco Steelers / 45 caps
29 ans, 183 cm, 122 kg
Né le 1er janvier 1986 à Shinonawate (préfecture d'Osaka). Il découvre le rugby au lycée chez Osaka Municipal Miyakojima Technical HS avant de poursuivre ensuite chez Kyoto Sangyo Univ.. En 2007, il arrivera en 1/2 finale du championnat national universitaire mais sera balayé avec son équipe par Waseda Univ. (55 à 12). Il signe en 2008 chez Kobelco Steelers. Ses belles performances lui valent d'être convoqué par John Kirwan et de fêter sa première cape le 25 avril 2009 lors de la très large victoire contre le Kazakhstan (87 à 10).

Il ne participera toutefois pas à la coupe du monde de rugby de 2011, Nozomu Fujita lui étant préféré comme doublure de Kensuke Hatakeyama. Avec les Brave BlossomsKensuke Hatakeyama aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2009, 2012, 2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518706064-253832233.jpg
Masataka Mikami
Toshiba Brave Lupus / 29 caps
27 ans, 178 cm, 115 kg





 
Né le 4 juin 1988 à Aomori (préfecture d'Aomori). Passé par Aomori Technical HS, il évoluera de 2007 à 2011 chez le club universitaire de Tokai Univ.. C'est l'une des grandes équipes universitaires de l'époque et le japonais évolue alors avec les Takeshi Kizu, Michael Leitch et Ryuta Yasui notamment. Durant cette période, il remportera quatre titres de champion de la ligue Kanto 1 et sera finaliste du championnat national universitaire contre Teikyo Univ. (14 à 13) en 2010. En 2008, il participera au championnat du monde U20 au Pays de Galles avec Michael Leitch, capitaine de la sélection.

Il jouera à nouveau avec les Baby Blossoms lors du Junior World Rugby Trophy 2010 en Russie. En 2011, il rejoint avec son co-équipier Michael LeitchToshiba Brave Lupus mais il faudra attendre sa 3ème saison (2013/2014) pour le voir enfin s'imposer au poste de pilier gauche avec les rouges et noirs. Il fête entre-temps sa première cape avec le Japon lors de la victoire contre les Philippines (121 à zéro), le 20 avril 2013.

Il devrait être titulaire au poste de pilier gauche avec le Japon lors de la coupe du monde de rugby, malgré la concurrence de Keita InagakiAvec les Brave Blossoms, Masataka Mikami aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518706074-568103641.jpg
Keita Inagaki 
Panasonic Wild Knights / 6 caps
25 ans, 183 cm, 115 kg


 
Né le 2 juin 1990 à Niigata (préfecture de Niigata). Passé par l'équipe de Niigata Technical HS (2006-2009) puis celle de Kanto Gakuin Univ. de 2009 à 2013, il n'empêchera pas au célèbre club universitaire nippon de descendre en ligue Kanto 2. La même année, il s'engage avec Panasonic Wild Knights. Dès sa première saison, il s'impose au poste de pilier gauche et sera pour beaucoup dans le doublé du club d'Ota.

Ses performances lui vaudront d'être convoqués par Eddie Jones, mais une blessure retardera sa première cape qui arrivera finalement le 15 novembre 2014 los de la victoire en Roumanie (18 à 13). Keita Inagaki sera le grand rival de Masataka Mikami pour la place de titulaire au poste de pilier gauche avec le Japon durant la compétition.

Le jeune international nippon aura qui plus est fait quelques débuts (maigres) en Super Rugby avec Melbourne Rebels. A 25 ans, il a déjà à son palmarès deux titres de champion de Top League (2014 et 2015) et un d'All Japan Championship (2014) avec Panasonic Wild Knights. Il est l'un des avants les plus prometteurs du rugby japonais et sera l'un de ceux à suivre le plus durant la coupe du monde de rugby.
TALONNEURS  
1518706183-896020886.jpg
Shota Horie
Panasonic Wild Knights / 38 caps
29 ans, 180 cm, 105 kg














 
Né le 21 janvier 1986 à Suita (préfecture d'Osaka). Il débute le rugby à 15 ans à Shimamoto HS (2001-2004) puis rejoint ensuite le club de Teikyo Univ. (2004-2008) dont il deviendra le capitaine. En 2008, il s'engage avec Sanyo Wild Knights mais évolue deux années chez Canterbury Univ. en Nouvelle-Zélande pour ses études. Il fait ses grands débuts avec le club d'Ota en Top League japonaise lors de la saison 2009/2010.

Il s'impose d'entrée comme un titulaire. Le jeune talonneur nippon n'échappe pas aux yeux de John Kirwan qui lui donne sa première cape avec le Japon lors de la victoire contre le Canada (46 à 08), le 15 novembre 2009. En club comme en sélection, Shota Horie devient dès lors incontournable. En 2012, il rejoint ses coéquipiers Fumiaki Tanaka et Justin Ives pour retrouver leur ancien coéquipier Tony Brown, entraîneur d'Otago. Il joue un peu en ITM Cup et signe dans les semaines qui suivent avec Melbourne Rebels.

Il s'imposera titulaire au talonnage avec la franchise australienne la deuxième année mais devra renoncer à y jouer cette année pour se faire opérer du cou et être opérationnel à temps avec le Japon pour la coupe du monde de rugby. Technique pour son poste, très bon lanceur en touche, il manque toutefois d'une bonne rigueur défensive, étant souvent à la faute avec certains plaquages manqués à l'origine d'essais adverses. Il reste toutefois bien supérieur à Takeshi Kizu et Hiroki Yuhara et sera titulaire durant la compétition. 


Il a remporté jusqu'ici deux titres de champion du Japon (2011 et 2014) et deux All Japan Championship (2010 et 2014) avec Panasonic Wild Knights. Avec les Brave Blossoms, Shota Horie aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2010 et 2014) et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Il a par ailleurs participé à la coupe du monde de rugby de 2011 où il était titulaire.
1518706077-615508825.jpg
Takeshi Kizu
Kobelco Steelers / 37 caps
27 ans, 183 cm, 114 kg













 
Né le 1er janvier 1986 à Higashiosaka (préfecture d'Osaka). Passé par Tokai Gyosei HS (2004-2007), où il est alors coéquipier de Ryohei Yamanaka, il gagne en 2007 chez lui dans sa ville, dans le mythique Hanazono Stadium d'Higashiosaka, le tournoi national lycéen en 2007, après la victoire en finale contre Higashi Fukuoka HS (19 à 05). Il évoluera de 2007 à 2011 chez le club universitaire de Tokai Univ..

C'est l'une des grandes équipes universitaires de l'époque et le japonais évolue alors avec les Masataka Mikami
Michael Leitch et Ryuta Yasui notamment. Durant cette période, il remportera quatre titres de champion de la ligue Kanto 1 et sera finaliste du championnat national universitaire contre Teikyo Univ. (14 à 13) en 2010. Ses performances lui valent d'être appelé par John Kirwan et de fêter sa première cape contre le Canada (victoire 27 à 06), le 11 novembre 2009. Rappelé plus régulièrement à partir de 2011, il ne participera toutefois pas à la coupe du monde de rugby

Cette même année, il s'engage avec Kobelco Steelers, retrouve son ancien coéquipier de l'époque lycéenne, Ryohei Yamanaka et s'impose comme titulaire au poste de talonneur. Il retrouve dès lors la sélection dès 2012, appelé par Eddie Jones. Moins bon en lancer en touche et moins technique que Shota Horie, mais par contre plus solide dans les mêlées fermées, Takeshi Kizu sera le remplaçant de ce dernier avec le Japon à la coupe du monde de rugby. A l'heure d'aujourd'hui, il n'a toujours pas remporté le moindre titre avec le club de Kobe, malgré une finale (perdue) contre Suntory Sungoliath (36 à 20) en 2013. 

Avec les
 Brave Blossoms, Takeshi Kizu se sera déjà fait un beau palmarès en remportant le tournoi des 5 nations asiatique (2010, 2011, 2012, 2013, 2014), l'Asia Rugby Championship 2015 et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la victoire historique contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518706071-386668407.jpg
Hiroki Yuhara
Toshiba Brave Lupus / 22 caps
31 ans, 173 cm, 102 kg
Né le 21 janvier 1984 à Chiba (préfecture de Chiba). Passé par Nagarekei Ogashiwa HS (1999-2002), il rejoint ensuite Ryutsu Keizai Univ. (2002-2006). En 2006, il signe chez Toshiba Brave Lupus où il s'impose vite au poste de talonneur. Avec le club de Fuchu, il se fera un joli palmarès: trois titres de champion de Top League (2007, 2009 et 2010), deux Microsoft Cup (2007 et 2009) et un All Japan Championship (2007).

Repéré à force par John Kirwan, il fête sa première cape avec le Japon le 1er mai 2010 lors de la très large victoire contre la Corée du sud (71 à 13), où il inscrira d'ailleurs son premier essai au niveau international. Il participera à la coupe du monde de rugby de 2011 où il est alors numéro 3 derrière Shota Horie et Yusuke Aoki.

Il sera à nouveau numéro 3 cette année derrière l'inévitable Shota Horie et Takeshi Kizu. Avec les
 Brave Blossoms, Hiroki Yuhara aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2010, 2011, 2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015.
2EMES LIGNES  
1518706342-8909924810.jpg
Hitoshi Ono
Toshiba Brave Lupus / 94 caps
37 ans, 192 cm, 106 kg

















 
Né le 6 mai 1978 à Koriyama (préfecture de Fukushima). Ancien joueur de base-ball (batteur) à Seiryo Joho HS (1994-1997), il découvre le rugby sur le tard lorsqu'il intègre Nihon Univ. (1997-2001). En 2001, il intègre Toshiba Fuchu (actuellement appelé Toshiba Brave Lupus). Avec l'équipe de Fuchu, il remporte son premier titre majeur en 2004 avec l'All Japan Championship, après la victoire en finale contre Kobe Steel (22 à 10).

Grâce à ses performances sur le terrain, il est appelé par le sélectionneur Mitsutake Hagimoto et fête sa première cape lors du match nul la Corée du sud (19-19), le 16 mai 2004. Il sera de la tournée européenne désastreuse cette année-là, titulaire lors de la branlée reçue en Ecosse (100 à 08), le 13 novembre 2004. 
Joueur qui détient le record actuel du plus grand nombre de matchs joués en Top League japonaise jusqu'ici (143), il a remporté en club avec Toshiba Brave Lupus cinq titres de champion du Japon (2005, 2006, 2007, 2009 et 2010), quatre Microsoft Cup (2005, 2006, 2007 et 2009) et enfin trois All Japan Championship (2004, 2006 et 2007). Un très gros palmarès

Avec les Brave Blossoms, Hitoshi Ono aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2008 à 2014) et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Celui que l'on surnomme Kin-Chan, autrement dit l'homme de fer, en raison de sa combativité et de sa férocité à tout épreuve dans la zone de plaquage, est un très grand professionnel malgré son gabarit moyen pour un 2ème ligne international.

Mais à 37 ans et à quelques sélections de la 100ème (objectif qu'il veut atteindre), il est un exemple montré sans cesse par Eddie Jones à ses autres joueurs. Le sélectionneur australien voue en effet une véritable admiration pour le "papy" de l'équipe. Sa mobilité extraordinaire l'avait vu d'ailleurs porter le maillot de l'équipe de rugby à 7 nippone, en 2005! Originaire de la préfecture de Fukushima, Hitoshi Ono avait été très marqué par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 qui avait ravagé le littoral de la région du Tohoku. Il est d'ailleurs devenu l'une des grandes icônes sportives de cette région depuis.

 
1518706306-898710449.jpg
Shoji Ito
Kobelco Steelers / 35 caps
34 ans, 191 cm, 100 kg








 
Né le 2 décembre 1980 à Kobe (préfecture de Hyogo). Passé par Hyogo Technical HS (1996-1999), il rejoint ensuite Kyoto Sangyo Univ. (1999-2003) avant de s'engager ensuite avec Ricoh Black Rams (2003-2008). En 2008, il retourne dans sa ville natale et s'engage avec le mythique club des Kobelco Steelers et s'impose en 2ème ligne.

Ses bonnes performances avec les rouges et blancs lui valent d'être appelé sur le tard en sélection, par Eddie Jones en 2012. Ce dernier lui accordera une confiance sans faille, faisant de lui l'un des joueurs les plus utilisés avec le Japon sous l'ère du sélectionneur australien. Il fête sa première cape le 28 avril 2012 lors de la victoire écrasante contre le Kazakhstan (87 à zéro).

Joueur au gabarit et au talent moyen (que d'en avants de sa part!), il pourrait toutefois être titulaire en 2ème ligne avec le Japon à la coupe du monde de rugby
A l'heure d'aujourd'hui, il n'a toujours pas remporté le moindre titre avec le club de Kobe, malgré une finale (perdue) contre Suntory Sungoliath (36 à 20) en 2013. 

Avec les
 Brave Blossoms, Shoji Ito aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2012, 2013,  2014) et l'Asia Rugby Championship 2015. Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Shoji Ito n'est pas le seul dans sa famille à pratiquer du rugby. En effet, il a un jeune frère, le 3ème ligne aile Shohei Ito (18 ans), qui a participé au dernier tournoi national lycéen avec Sapporo Yamanote HS.
1518706312-1953057214.jpg
Shinya Makabe
Suntory Sungoliath / 31 caps
28 ans, 192 cm, 118 kg




 
Né le 26 mars 1987 à Sendai (préfecture de Miyagi). Passé par Sendai Technical HS (2002-2005) et Chuo Univ. (2005-2009), il rejoint en 2009 Suntory Sungoliath. Il s'impose d'entrée avec le club de Fuchu et est repéré par John Kirwan qui lui donne sa première cape avec le Japon le 2 novembre 2009, lors du succès contre le Canada (27 à 06). Mais encore trop jeune et trop peu inexpérimenté, il ne sera rsélectionné qu'une deuxième fois en 2010 et ne sera évidemment pas de la coupe du monde de rugby de 2011.

Mais en club il poursuit les bonnes prestations et est rappelé dès 2012 avec le Japon, par le nouveau sélectionneur Eddie Jones. Capitaine les dernières années avec le club de Fuchu, il aura gagné avec les jaunes et noirs deux
 titres de champion du Japon (2012 et 2013) et trois All Japan Championship (2011, 2012 et 2013). Avec les Brave Blossoms, Shinya Makabe aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2010, 2012, 2013 et 2014). 

Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'
Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Plus gros gabarit des 2èmes lignes japonais et gros nettoyeur dans les rucks, celui que l'on surnomme Maca ou encore "le mur", est un joueur indispensable pour le Japon à la coupe du monde de rugby. Il devrait donc démarrer comme titulaire lors de la compétition.
1518706316-2939672911.jpg
Luke Thompson
Kintetsu Liners / 59 caps
34 ans, 196 cm, 108 kg




 
Né le 16 avril 1981 à Christchurch (Nouvelle-Zélande). Néo-zélandais d'origine, il passe par St Bede's College et Lincoln Univ. avant de jouer pour la province de Canterbury. En 2004, il rejoint Sanyo Wild Knigsts (2004-2006) avant de signer en 2006 chez Kintetsu Liners (où il joue toujours). Il s'impose comme un titulaire indiscutable 2ème ligne lors de la saison 2006/2007. Cela ne passe pas inaperçue des yeux de John Kirwan.

Il fête sa première cape lors de la victoire contre Hong Kong (73 à 03), le 9 avril 2007, où il inscrira d'ailleurs son premier essai international. Il participera à la coupe du monde de rugby de 2007 (où il sera exceptionnel) et jouera au côté du légendaire Hitoshi Ono en 2ème ligne. A partir de là, il devient un taulier indispensable du Japon. A noter qu'il aura pris la nationalité japonaise dès 2008.


Avec les Brave Blossoms, Luke Thompson aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2009, 2010, 2011 et 2014), l'Asia Rugby Championship 2015 et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et du succès historique contre l'Italie (26 à 23), le 15 juin 2013. Gros combattif dans les rucks, il devrait être titulaire en 2ème ligne pour ce qui sera sans doute sa dernière coupe du monde de rugby.
3EMES LIGNES  
1518706304-561054288.jpg
Justin Ives
Canon Eagles / 30 caps
31 ans, 196 cm, 105 kg








 
Né le 24 mai 1984 à Dunedin (Nouvelle-Zélande). Néo-zélandais d'origine, il débute le rugby à l'âge de quatre ans et évoluera avec Otago en NPC, de 2003 à 2008. En 2008 il rejoint Sanyo Wild Knights et jouera les années qui suivront avec les Tony Brown, Fumiaki Tanaka et Shota Horie. Il s'mpose en 3ème ligne avec le club d'Ota. John Kirwan le repère et lui offre sa première cape contre Hong Kong (victoire 45 à 22), le 30 avril 2011.

Il ne gagnera toutefois pas sa place pour la coupe du monde de rugby de 2011 dans son pays natal avec le Japon, malgré avoir joué tous les matchs de préparation. En 2012, il retrouvera Otago en ITM Cup le temps d'une saison avec Fumiaki Tanaka et Shota Horie.

2013 est une nouvelle étape pour le joueur qui retrouve la sélection, convoqué par Eddie Jones et qui change de club en s'engageant avec Canon Eagles. Malgré une dernière saison très difficile, marquée par les blessures, il garde la confiance du sélectionneur australien. Combattif valeureux, et polyvalent 2ème/3ème ligne (ce qui lui a fait gagné sa place face à Hayden Hopgood), il sera avec le Japon à la coupe du monde de rugby.


Il a remporté jusqu'ici un titre de champion du Japon (2011) et deux All Japan Championship (2009 et 2010) avec Panasonic Wild Knights. Avec les Brave Blossoms, Justin Ives aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2011, 2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015. Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. 
1518706335-7014105613.jpg
Michael Broadhurst
Ricoh Black Rams / 22 caps
28 ans, 196 cm, 111 kg







 
Né le 30 octobre 1986 à Gisborne (Nouvelle-Zélande). Néo-zélandais d'origine, il passe par Campion College et Poverty Bay (2008-2009) avant de rejoindre en 2009 Kubota Spears. Le 3ème ligne y réalise une énorme saison et signe dès 2010 chez Ricoh Black Rams (où il joue toujours). Après trois ans dans le championnat nippon, il devient sélectionnable pour le Japon et Eddie Jones le convoque.

Il fête sa première cape le 10 novembre 2012 lors de la victoire historique en Roumanie (34 à 23). Marqué par les blessures, il reviendra dans l'équipe nationale en 2015 après près de deux ans d'absence! Puissant 3ème ligne, son rendement incroyable sur les terrains et sa polyvalence (il peut jouer 2ème ligne, 3ème ligne aile numéro 8) en font un joueur indispensable pour le sélectonneur australien. Même si son QI a du mal à suivre souvent, comme dernièrement lors de son déblayage bête et inutile sur un joueur américain en fin de rencontre qui lui avait coûté un carton jaune et la défaite au Japon.


Avec les Brave Blossoms, Michael Broadhurst aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique 2013. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et du succès historique contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013, où il aura joué un rôle très important. Niveau familial, il a un jeune frère: James Broadhurst (27 ans), 2ème ligne des Hurricanes et international All Black.

 
1518706328-5097701612.jpg
Ryu Koliniasi Holani
Panasonic Wild Knights / 42 caps
33 ans, 188 cm, 112 kg



















 
Né le 25 octobre 1981 à Nuku'alofa (Tonga). Tongien d'origine, il rejoint comme de nombreux jeunes de son pays l'archipel nippon pour les études. Il passe alors par Fukaya HS (1999-2002) avant d'évoluer avec Saitama Institute of Technology Univ. de 2002 à 2006. En 2006 il signe alors avec Sanyo Wild Knights. Passé par les U21 et U23 nippons, il prend la naturalisation japonaise en 2007, ce qui lui ouvre grand les portes de la sélection.

John Kirwan le convoque et il fête sa première cape le 10 mai 2008 lors de la victoire contre le Kazakhstan (82 à 06), inscrivant au passage son premier essai au niveau international. Il s'impose au poste de numéro 8 et participe ainsi à la coupe du monde de rugby de 2011 avant d'être blessé contre la France. Il reviendra sous Eddie Jones.

Véritable guerrier et plaqueur destructeur, il semblait parti pour être titulaire en numéro 8 au mondial 2015 jusqu'à ce que débarque en sélection la comète Amanaki Lelei Mafi l'an dernier. La place de titulaire se jouera clairement entre ces deux-là. 
Il a remporté jusqu'ici avec Panasonic Wild Knights trois titres de champion du Japon (2011, 2014 et 2015) et quatre All Japan Championship (2008, 2009, 2010 et 2014). 

Avec les Brave Blossoms, Ryu Koliniasi Holani aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2008, 2010, 2011, 2013 et 2014), l'Asia Rugby Championship 2015 et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et du succès historique contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Il aura joué, tout comme Yoshikazu Fujita cette année, avec les Barbarians. Sur le plan familial, il a un jeune frère, Ryu Sioapelatu Holani (32 ans), qui a évolué avec lui à Saitama Institute of Technology Univ., avant de jouer quelques années chez Kubota Spears puis de retrouver  son frère chez le club d'Ota.

Mais ce n'est pas tout. L'ancien international japonais Nofomuli Taumoefolau (15 caps) n'est autre que l'oncle de Ryu Koliniai Holani. Ancien international tongien (3 caps) en 1979, il avait rejoint Sanyo (ancien nom de Panasonic Wild Knights) dans les années 80 et avait par la suite représenté le Japon et participé à la coupe du monde de rugby de 1987. Ce dernier est connu pour avoir été le premier joueur étranger non-asiatique de l'histoire à avoir intégrer la sélection de rugby du
 Japon.

 
1518706309-1379425916.jpg
Hendrik Tui
Suntory Sungoliath / 32 caps
27 ans, 189 cm, 107 kg





 
Né le 13 décembre 1987 à Auckland (Nouvelle-Zélande). D'origine néo-zélandaise, il passe par Teikyo Univ. (2007-2011) avec qui il remporte un titre de la ligue Kanto Taikosen A (2008) et surtout deux du championnat national universitaire (2010 et 2011). En 2011, il rejoint Panasonic Wild Knights (2011-2013) avant de s'engager en 2013 avec Suntory Sungoliath. Entre-temps, il fait ses grands débuts avec le Japon en sélection le 10 juin 2012 lors de la défaite contre les Tonga (20 à 24).

Un match où il s'illustre avec son premier essai au niveau international. Il enchaîne les sélections et en 2015 il signe avec les Reds en Super Rugby. Malheureusement une longue blessure aura eu raison de son temps de jeu quasi-inexistant. 3ème ligne aile qui peut également évoluer numéro 8, c'est un bon dynamiteur et casseur des lignes défensives adverses. Malheureusement pour lui le retour fracassant de Michael Broadhurst devrait avoir raison de lui et le voir sur le banc durant la coupe du monde de rugby


Avec les Brave Blossoms, Hendrik Tui aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2013 et 2014). Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.

 
1518706319-4812664115.jpg
Michael Leitch
Toshiba Brave Lupus / 43 caps
26 ans, 190 cm, 105 kg





























 
Né le 7 octobre 1988 à Christchurch (Nouvelle-Zélande). Néo-zélandais de naissance mais de parents fidjiens, il passe par St Bede's College. Il vient alors alors à l'âge de 15 ans une année au Japon pour ses études et rejoint alors Sapporo Yamanote HS. Tombé amoureux du pays, il reste deux ans de plus dans le lycée nippon avant de rejoindre en 2007 Tokai Univ. (2007-2011). C'est l'une des grandes équipes universitaires de l'époque et le japonais évolue alors avec les Masataka MikamiTakeshi Kizu et Ryuta Yasui notamment.

Durant cette période, il remportera quatre titres de champion de la 
ligue Kanto 1 et sera finaliste du championnat national universitaire contre Teikyo Univ. (14 à 13) en 2010. En 2008, il participe au championnat du monde U20 au Pays de Galles avec son coéquipier Masataka Mikami. Il est capitaine des Baby Blossoms à cette occasion.

Ses performances lui valent d'être repéré par John Kirwan et de fêter sa première cape avec le Japon le 16 novembre 2008 lors de la victoire contre les Etats-Unis (29 à 19). Il s'impose vite comme un titulaire indiscutable avec les Brave Blossoms et sera de la coupe du monde de rugby de 2011 où il sera le meilleur joueur. 2011, c'est aussi l'année où Michael Leitch rejoint Toshiba Brave Lupus, en compagnie de son ami Masataka Mikami.

Bien que toujours avec un palmarès vierge avec le grand club de Fuchu, le jeune 3ème ligne poursuit son ascension et rejoint l'effectif élargie des Chiefs en 2013. Mais une grave blessure l'empêchera de jouer avec l'équipe néo-zélandaise alors que l'occasion se montrait. 2013, une année maudite pour lui tant en club qu'en sélection à cause d'une cheville tordue lors de la défaite contre les Fidji (22 à 08), le 1er juin 2013.

2014 sera l'année de la renaissance. Il revient de blessure en sélection et est nommé capitaine des Brave Blossoms par Eddie Jones, remplaçant le modeste Toshiaki Hirose qui aura servi d'intérimaire depuis 2012. Il revient à son meilleur niveau et en 2015 il signe à nouveau avec les Chiefs. Mais cette fois-ci il jouera et s'imposera comme la révélation de l'équipe, au poste de numéro 8, lui l'habituel 3ème ligne aile.

Michael Leitch sera l'un des internationaux japonais à suivre durant la compétition. Deuxième capitaine d'origine étrangère du Japon durant une coupe du monde de rugby, après Andrew McCormick en 1999, il est à noter qu'il a pris la nationalité japonaise depuis 2013, lui l'amoureux inconditionnel de l'archipel nippon.

Avec les
 Brave Blossoms, Michael Leitch aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2009, 2010, 2011, 2012 et 2014) et la Pacific Nations Cup 2011Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et du succès historique contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.

Le capitaine du Japon n'est pas le seul membre de sa famille à évoluer sur l'archipel nippon. Sa jeune soeur, Ane Leitch (20 ans) joue en effet avec la célèbre équipe de rugby à 7 japonaise féminine d'Arukas Queen Kumagaya!
1518706339-7696373617.jpg
Amanaki Lelei Mafi
NTT Shining Arcs / 3 caps
25 ans, 189 cm, 112 kg







 
Né le 21 janvier 1990 sur l'île de Tofua, aux Tonga. Ancien international U20 tongien, il passe par Hanazono Univ. en ligue Kansaï B, de 2010 à 2014 (cela équivaut à la deuxième division universitaire japonaise de rugby). Il n'est pas étonnant qu'il est la grosse surprise de la saison qui suit en Top League lorsqu'il rejoint NTT Shining Arcs et réalise des prestations énormes. Grâce à lui, le club d'Ichikawa atteint pour la première fois de son histoire le championnat play-off de la Top League japonaise.

Inutile de dire qu'il est aussitôt convoqué par les sélections japonaises et tongiennes. Amanaki Lelei Mafi finit par choisir le Japon, non pas pour l'argent comme certains le penseraient mais par choix du coeur. Le 3ème ligne des jaunes et noirs est en effet en couple avec une nippone, avec qui il s'est marié cette année. Il fait des débuts énormes lors des deux défaites contre les Maoris All Blacks avant de fêter sa première cape avec les Brave Blossoms le 15 novembre 2014 lors de la victoire en Roumanie (18 à 13).

Il sera d'ailleurs la seule grosse satisfaction japonaise lors de cette tournée. Par la suite, il sera grièvement blessé avec une luxation de la hanche gauche lors du match contre Toyota Verblitz. Amanaki Lelei Mafi voit sa saison terminée et mettra des mois à retrouver la sélection. Joueur explosif et gros défenseur, il est clairement le meilleur numéro 8 nippon actuel et devrait être titulaire à la coupe du monde de rugby s'il est à 100%. La famille Mafi est elle-aussi une belle et grande famille de rugby. Son frère Mika Mafi, numéro 8 comme lui, évolué depuis cette année en ITM Cup avec le club d'Otago.
1/2 DE MELEES  
1518706639-7739392618.jpg
Fumiaki Tanaka
Panasonic Wild Knights / 49 caps
30 ans, 166 cm, 71 kg



























 
Né le 3 janvier 1985 à Kyoto (préfecture de Kyoto). Passé par Fushimi Technical HS (2000-2003), il remporte avec ce club le tournoi national lycéen en 2001, à tout juste 16 ans, après la victoire en finale contre Saga Technical HS (21 à 03). Il rejoint ensuite Kyoto Sangyo HS (2003-2007) où il devient un élément indispensable. Il permet ainsi à l'équipe d'atteindre les 1/2 finales du championnat national universitaire (vaincue 55 à 12 par Waseda Univ.). Une première pour le club universitaire nippon en neuf ans!

Suite à cette saison, il signe chez Sanyo Wild Knights et forme alors avec l'ancien All Black Tony Brown une charnière de feu. John Kirwan le repère et lui donne sa première cape, le 3 mai 2008, lors de la victoire contre le Golfe Persique (114 à 06). Il prend dès lors la place de Tomoki Yoshida au poste de numéro 9. En quelques mois, le petit japonais vient de s'imposer en club et en sélection.

Fumiaki Tanaka enchaîne les performances et participe à la coupe du monde de rugby de 2011 en tant que titulaire. Plus petit gabarit de la compétition, il n'en est pas moins l'une des très belles révélations. En 2012, son ancien coéquipier Tony Brown, nouvel entraîneur d'Otago, le fait signer lui, Shota Horie et Justin Ives pour jouer l'ITM Cup. L'ancien international néo-zélandais connait le potentiel de son ancien partenaire et a vu juste.

Ce dernier réalise une saison monstrueuse (Otago arrivera en finale du Championship) et s'engage quelques mois plus tard avec les Highlanders. Fumiaki Tanaka devient de fait le premier joueur japonais de l'histoire à jouer un match de Super Rugby. Il y prolongera deux années de suite mais ne s'imposera jamais comme titulaire. Il faut dire que le 1/2 de mêlée titulaire de la franchise basée à Dunedin n'est autre qu'Aaron Smith!

Il remporte le Super Rugby 2015, même s'il ne sera pas rentré en cours de jeu durant la finale. Il devient ainsi également le premier joueur nippon de l'histoire à gagner le Super Rugby! Le numéro 9 japonais aura entre-temps joué une deuxième saison en ITM Cup avec Otago, remportant la Ranfurly Shield en 2013. 1/2 de mêlée nippon réputé pour sa vivacité et la précision de ses passes, il est aussi capable de défendre quand le besoin s'en fait sentir, même si cela est très souvent de manière pas ordinaire. Inutile de dire que celui qui sera la star du Japon à la coupe du monde de rugby sera bien évidemment titulaire. 


Avec Panasonic Wild Knights, il aura remporté trois titres de champion du Japon (2011, 2014 et 2015) et cinq All Japan Championship (2008, 2009, 2010 et 2011). Avec les Brave Blossoms, Fumiaki Tanaka aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2009 à 2014) et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Sur le plan personnel, Fumiaki Tanaka est en couple avec Tomomi Tanaka (27 ans), ancienne internationale japonaise de badminton, avec qui il a eu un enfant.
1518706645-9405183219.jpg
Atsushi Hiwasa
Suntory Sungoliath / 47 caps
28 ans, 166 cm, 72 kg








 
Né le 22 mai 1987 à Kobe (préfecture de Hyogo). Passé par Hotoku Gakuen HS (2003-2006), il rejoint Hosei Univ. (2006-2010) par la suite, avant de signer chez Suntory Sungoliath en 2010. Il explose dès sa première saison et devient la révélation du championnat 2010/2011 en Top League japonaise, en succédant au passage au poste de 1/2 de mêlée au mythique George Gregran, qui part quant à lui à la retraite en 2011.

Dans le XV type de la Top League japonaise trois ans de suite (2012, 2013 et 2014), il aura également fait un passage au Stade Français en 2012 (sans jouer). Ses perfomances lui permettent d'être convoqué par John Kirwan et de fêter sa première cape le 30 avril 2011 lors de la victoire contre Hong Kong (45 à 22). Il participe quelques mois plus tard avec le Japon à la coupe du monde de rugby 2011 en étant le remplaçant de Fumiaki Tanaka.

Bon distributeur rapide de ballon, il sera le numéro 2 au poste de 1/2 de mêlée nippon derrière l'inévitable "Fumi" malgré une saison 2014/2015 en championnat compliquée. 
Il a remporté jusqu'ici deux titres de champion du Japon (2012 et 2013) et trois All Japan Championship (2011, 2012 et 2013) avec les jaunes et noirs. 

Avec les Brave Blossoms, Atsushi Hiwasa aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2011, 2012, 2013 et 2014), l'Asia Rugby Championship 2015 et la Pacific Nations Cup 2011. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et du succès historique contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013.
1/2 D'OUVERTURES  
1518706636-7256144722.jpg
Harumichi Tatekawa
Kubota Spears / 39 caps
25 ans, 181 cm, 94 kg











 
Né le 2 décembre 1989 à Tenri (préfecture de Nara). Passé par Tenri HS (2005-2008), il rejoint en 2008 Tenri Univ. où joue alors son grand frère, le talonneur Naomichi Tatekawa. En 2009, il participe avec les U20 nippons au Junior World Rugby Championship au pays mais ne permet pas aux Baby Blossoms d'éviter la relégation malgré la victoire contre l'Uruguay U20 (54 à 17). Avec son club universitaire, il remporte deux titres de la ligue Kansaï A (2010 et 2011) et échoue en 2012 en finale du championnat national universitaire contre Teikyo Univ. (15 à 12).

En 2012, il signe chez Kubota Spears et y retrouve son frère. Il remportera la Top Ligue Est A et permettra à son club de remonter en Top League japonaise. Cette même année, il est convoqué par Eddie Jones et fête sa première cape avec le Japon, le 28 avril 2012, lors de l'écrasante victoire contre le Kazakhstan (87 à zéro). Il évolue alors au centre mais il faudra attendre l'année 2013 pour le voir s'imposer à l'ouverture. En 2014, il signe avec les Brumbies mais ne jouera jamais en Super Rugby.

Joueur au profil musclé pour un ouvreur japonais, il est le maître en ce qui concerne la passe sautée et casser la ligne défensive adverse mais son jeu au pied, trop moyen, est son point faible. Mais son bon niveau défensif, contrairement à Kosei Ono, fait de lui le titulaire naturel à l'ouverture avec le Japon à la coupe du monde de rugby.


Avec les Brave Blossoms, Harumichi Tatekawa aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2012, 2013, 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. Il sera l'un des joueurs à suivre durant la compétition.
1518706634-5978687920.jpg
Kosei Ono
Suntory Sungoliath / 29 caps
28 ans, 171 cm, 83 kg















 
Né le 17 avril 1987 à Nagoya (préfecture d'Aichi). Il émigre avec sa famille à l'âge de trois ans à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Il pratique le rugby à Burnside RFC, Christchurch Boys HS puis Canterbury Univ.. Pur produit rugbystique néo-zélandais, il intègre même l'équipe U19 néo-zélandaise! Mais il est alors repéré par le sélectionneur du Japon, John Kirwan. Kosei Ono rentre au pays 17 ans après et rejoint Fukuoka Sanix Blues.

La même année, il fête sa première cape avec les Brave Blossoms lors de la victoire contre la Corée du sud (82 à zéro), le 22 avril 2007. Il participera à la coupe du monde de rugby 2007, mais après la grosse branlée prise contre l'Australie (91 à 03), où il est titulaire à l'ouverture, il disparait de la circulation. Il faut attendre sa très bonne saison 2011/2012 avec le club de Fukuoka pour revenir au premier plan.

Présent dans l'équipe type de Top League cette saison-là au centre (il peut jouer aussi à ce poste), il rejoint Suntory Sungoliath où il jouera un rôle important à l'ouverture, partagé avec l'international samoan Tusi Pisi. 2012 est l'année de la renaissance pour le petit ouvreur nippon qui retrouve la sélection. Il jouera un grand rôle lors de la tournée historique de novembre 2012, par son très bon jeu au pied et son drop de la gagne contre la Géorgie (25 à 22), le 17 novembre 2012. Le seul drop à ce jour sous l'ère Eddie Jones!


Avec Suntory Sungoliath, il réalisera en 2013 le doublé Top League/All Japan Championship. Et avec les Brave Blossoms, Kosei Ono aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2012 et 2013). Il est très marqué par la Nouvelle-Zélande, sa femme (avec qui il s'est marié l'an dernier) est néo-zélandaise.

Petit gabarit mais très bon jeu au pied et bonne vision du jeu, il souffre toutefois de sa petite taille qui l'empêche d'être un défenseur efficace à un poste clé. A cause de cela, il sera au mieux un remplaçant à l'ouverture à la coupe du monde de rugby.

 
1518706626-5943845627.jpg
Yu Tamura
NEC Green Rockets / 33 caps
26 ans, 181 cm, 92 kg






 
Né le 9 janvier 1989 à Okazaki (préfecture d'Aichi). Passé par Kokugakuin Tochigi HS (2004-2007), il rejoint ensuite le mythique club de Meiji Univ. (2007-2011) en tant qu'ouvreur. En 2011, il rejoint NEC Green Rockets. Sa polyvalence lui permettant de jouer à l'ouverture et au centre plaise rapidement à Eddie Jones qui lui offre sa première cape avec le Japon le 28 avril 2012 lors de la victoire contre le Kazakhstan (87 à zéro), où il inscrira d'ailleurs son premier essai international sous le maillot des Brave Blossoms.

Plusieurs fois testé à l'ouverture (où il n'a pas convaincu), il semble plus à son aise au poste de premier centre. Son jeu au pied, qui vient épauler celui faible de l'ouvreur Harumichi Tatekawa, est un véritable atout, les centres japonais avec un bon jeu au pied étant très rare, hormis Ryohei Yamanaka et son pied gauche. Il devrait ainsi partir comme titulaire au poste de premier centre avec le Japon à la coupe du monde de rugby.


Avec les Brave Blossoms, Yu Tamura aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2012, 2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014. La famille Tamura est une vraie famille de rugby. Le père, Makoto Tamura, est un ancien joueur de Teikyo Univ. et aura été manager de Toyota Industries Shuttles (2008-2015) tandis que le frère cadet de Yu Tamura, Hiroshi Tamura, évolue actuellement comme ouvreur chez Meiji Univ., comme son frère aîné autrefois.
CENTRES  
1518706612-3010913421.jpg
Craig Wing
Kobelco Steelers / 10 caps
35 ans, 180 cm, 90 kg




 
Né le 26 décembre 1979 à Sydney (Australie). Australien d'origine, il est un ancien célèbre joueur de rugby à XIII, ayant évolué avec South Sydney (1998/1999 et 2008/2009) et les Sydney Roosters (2000-2007). Il aura égalnt poté le maillot de l'Australie (à XIII) 17 fois. En 2010 il change de voie et rejoint le rugby à XV et NTT Shining Arcs, club tout juste promu pour la première fois de son histoire en Top League japonaise.

Deux ans plus tard, en 2012 il signe chez Kobelco Steelers où il forme alors une paire de centres de choc avec Jaque Fourie. En 2013, il est sélectionnable avec le Japon et Eddie Jones le convoque. Il fête sa première cape le 10 mai 2013 lors de la large victoire contre les Emirats arabes unis (93 à 03). Il remporte le tournoi des 5 nations asiatique 2013 et joue un rôle important lors de la victoire historique contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013. Il s'impose au centre mais disparait de la circulation ensuite.

Car Craig Wing, aujourd'hui âgé de 35 ans, est sujet à des blessures à répétition depuis deux ans en raison de son âge et de son physique fragile. Joueur polyvalent (il peut jouer ouvreur ou centre), il dispose un bon jeu au pied, peut buter et anime très bien le jeu. Mais son état physique sera sujet à discussion lors de la coupe du monde de rugby.

 
1518706623-3631058825.jpg
Karne Hesketh
Munakata Sanix Blues / 10 caps
30 ans, 178 cm, 98 kg

 
Né le 1er août 1985 à Napier (Nouvelle-Zélande). Néo-zélandais d'origine, il passe par Napier Boys HS et Otago Univ. avant de rejoindre en 2010 Fukuoka Sanix Blues où il va se révéler un joker très important. Avec le club de Munakata, il aura remporté une Top Ligue Kyushu A en 2013. Le 15 novembre 2014, il fête sa première cape avec le Japon lors de la victoire en Roumanie (18 à 13).

Joueur polyvalent (il peut jouer au centre ou à l'aile), il a un profil plutôt costaud qui lui offre un gros impact physique pour un 3/4 nippon. C'est aussi un excellent défenseur. Son seul défaut étant certainement sa vitesse, par rapport aux fusées Kenki Fukuoka et Yoshikazu Fujita sur les ailes. Il pourra se révéler un très bon remplaçant, à moins d'être titulaire au poste de deuxième centre. 


Avec les Brave Blossoms, Karne Hesketh aura remporté l'Asia Rugby Championship 2015Sur le plan personnel, sa femme n'est autre que l'internationale néo-zélandaise de rugby à XV, Carla Hohepa (30 ans), qui est partie le rejoindre au Japon depuis 2011.
1518706610-1531474224.jpg
Male Sau
Yamaha Jubilo / 23 caps
27 ans, 183 cm, 97 kg




 
Né le 13 octobre 1987 à Auckland (Nouvelle-Zélande). Néo-zélandais d'origine mais de parents samoans, il passe par Tangaroa HS, puis évolue avec Counties Manukau (2006-2007). International U19 et U20 néo-zélandais, il finit par rejoindre Yamaha Jubilo en 2008. Il remportera avec le club d'Iwata l'All Japan Championship cette année. En 2014, il signera avec les Rebels et jouera en Super Rugby. Cette année, il refusera de rejoindre la franchise australienne, préférant se soigner et être opérationnel à 100% avec les Brave Blossoms pour la coupe du monde de rugby en Angleterre.

Sa capacité d'accélération et sa facilité pour casser les lignes ainsi que son skill frappent aux yeux d'Eddie Jones qui lui offre sa première cape le 20 avril 2013 lors de la victoire écrasante contre les Philippines (121 à zéro). Male Sau se révèle vite indispensable au poste de second centre avec le Japon. En témoigne ainsi ses performances décisives lors des victoires contre le Pays de Galles, le Canada, les Etats-Unis, etc...

Il sera ainsi sauf catastrophe titulaire au centre avec le Japon durant la coupe du monde de rugby
Avec les Brave Blossoms, Male Sau aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2013 et 2014)Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518706617-3623311731.jpg
Kotaro Matsushima
Suntory Sungoliath / 12 caps
22 ans, 175 cm, 88 kg

















 
Né le 26 février à Pretoria (Afrique du sud) d'un père africain et d'une mère japonaise. Hafu comme vous le voyez, il rejoint le Japon à l'âge de trois ans avec sa mère après le décès de son père. Il passe par les U17 et les U18 nippons en 2009 et 2010. Avec Toin Gakuen HS avec qui il remporte le tournoi national lycéen en 2011 lors de la célèbre finale qui se termine sur le score de 31-31 face à Higashi Fukuoka HS (où évolue alors Yoshikazu Fujita).

Sur conseil du français Robert Verdier, il rejoint alors les espoirs du Stade Toulousain à la fin de l'année 2011. Mais il n'est pas conservé et retrouve alors l'Afrique du sud et intègre la Sharks Academy en 2012. Il passe par les U19 et les U21 de la franchise. En 2013, il participe même à un camp d'entraînement des Baby Boks en vue du Junior World Rugby Championship en France. Mais c'est vers le Japon que son futur va se décider.

A la fin de l'année 2013, il signe chez Suntory Sungoliath mais devra attendre la saison 2014/2015 pour jouer. Eddie Jones lui donne sa première cape le 3 mai 2014 lors de l'écrasante victoire contre les Philippines (99 à 10). Arrière de formation, qui a joué au poste d'ailier en Afrique du sud, il va finalement révéler son talent au centre, tout d'abord avec le Japon, sur idée du sélectionneur australien.

Naoya Okubo, manager du club de Fuchu, reprend l'idée et place Kotaro Matsushima qui s'impose au poste de 2ème centre avec les jaunes et noirs. Révélation de la saison chez Suntory Sungoliath, il est également dans le XV type de la Top League japonaise saison 2014/2015. Cette année, il signe avec les Waratahs. Il ne jouera pas en Super Rugby mais avec Eastern Suburbs en New South Wales Shute Shield.

Véritable centre explosif aux appuies de feu et bon défenseur, il a montré ses qualités contre les Samoa et les Etats-Unis notamment. Mais son jeu au pied inexistant et surtout, sa difficulté à résister à la pression, qui lui a joué des tours lors de la défaite en Géorgie l'an dernier par exemple, pourraient très certainement voir Eddie Jones préférer l"expérimenté Male Sau au jeune japonais comme titulaire au poste de second centre avec le Japon à la coupe du monde de rugby. Avec les
 Brave Blossoms, Kotaro Matsushima aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique 2014.
AILIERS  
1518706615-3292897323.jpg
Toshiaki Hirose
Toshiba Brave Lupus / 28 caps
33 ans, 173 cm, 82 kg
















 
Né le 17 octobre 1981 à Osaka (préfecture d'Osaka). Il commence le rugby à l'âge de 5 ans. Passé par Osaka Prefectural Kitano HS (1996-1999), il rejoint ensuite Keio Univ., alors entraîné par le célèbre Akio Ueda (décédé cette année). Il remportera avec le mythique club universitaire nippon deux titres de la ligue Kanto Taikosen A (1999 et 2000) et un championnat national universitaire en 2000, après la victoire en finale contre Kanto Gakuin Univ. (42 à 15). A cette époque, il portera le maillot des U19 nippons.

En 2003, il rejoint Toshiba Fuchu Brave Lupus. Avec le club de Fuchu, il se fera un énorme palmarès: cinq
 titres de champion du Japon (2005, 2006, 2007, 2009 et 2010), quatre Microsoft Cup (2005, 2006, 2007 et 2009) et trois All Japan Championship (2004, 2006 et 2007). International à 7 japonais, il connaîtra sa première cape avec le Japon à XV le 29 avril 2007 lors de la victoire contre Hong Kong (73 à 03).

Mais il ne donnera pas satisfaction au sélectionneur John Kirwan qui ne le rappellera pas. Toshiaki Hirose devra attendre cinq ans pour retrouver les Brave Blossoms, grâce à Eddie Jones, en 2012. Le sélectionneur australien en fait son capitaine. L'ailier japonais est alors titulaire logique et enchaîne les sélections. Jusqu'à ce que Michael Leitch soit nommé nouveau capitaine du Japon, en 2014. Il ne joue dès lors quasiment plus et perd sa place au profit de Yoshikazu Fujita, bien plus rapide et bien plus talentueux.

Outre cela, son manque de caractère aura beaucoup pesé dans la perte de son capitanat. A l'image de ses larmes en conférence de presse en 2012 après les propos d'Eddie Jones après la défaite contre les Barbarians français alors que le joueur nippon s'était mis à plaisanter. Bon défenseur et pouvant aussi évoluer à l'ouverture, mais manquant clairement de vitesse, le vieil ailier de 33 ans sera au mieux un remplaçant de bonne facture durant la compétition. 

Avec les
 Brave Blossoms, Toshiaki Hirose aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2012, 2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et du succès historique contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013.
1518706642-8443086726.jpg
Akihito Yamada
Panasonic Wild Knights / 13 caps
30 ans, 181 cm, 90 kg













 
Né le 26 juillet 1985 à Kitakyushu (préfecture de Fukuoka). Passé par Fukuoka Prefectural Kokura HS (2001-2004), il passe ensuite chez Keio Univ. (2004-2008) avec qui il sera finaliste du championnat national universitaire contre Waseda Univ. (26 à 06) en 2008. Il est alors entraîné par le célèbre Akio Ueda, décédé cette année. Akihito Yamada lui rendra d'ailleurs hommage après son essai lors de la défaite contre les Etats-Unis (23 à 18), le 24 juillet dernier. En 2008, le jeune ailier nippon rejoint alors Honda Heat.

Il remporte cette année-là le titre de la Top Ligue Ouest A et permet au club de Suzuka de monter en Top League japonaise. La saison suivante, il fait de nouveau de belles performances. Il rejoint alors en 2010 Sanyo Wild Knights. Avec le club d'Ota, il se fait un joli palmarès: 
trois titres de champion du Japon (2011, 2014 et 2015) et un All Japan Championship (2014). Recordman d'essais en Top League sur une saison (20 en 2012/2013), il va devoir attendre longtemps pour arriver en sélection.

Bien qu'international U17, U19 et U23 nippon, c'est dans le rugby à 7 qu'il fait ses premiers grands-pas internationaux en remportant la médaille d'or aux Jeux Asiatiques de Doha en 2006. Eddie Jones lui offrira sa première cape avec les Brave Blossoms le 15 novembre 2013 lors de la victoire contre la Russie (40 à 13). En 2015, il signera avec la Western Force mais ne jouera jamais, un évènement qui a profondément marqué l'ailier de 30 ans.

Celui qui est également joueur de football américain chez Nojima Sagamihara Rise n'est pas favori pour être titulaire à l'aile avec le Japon à la coupe du monde de rugby, les jeunes Kenki Fukuoka et Yoshikazu Fujita passant devant lui. Il devrait participer avec le Japon aux qualifications pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 qui auront lieu début novembre à Hong Kong. Avec les
 Brave Blossoms, Akihito Yamada aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique 2014 et l'Asia Rugby Championship 2015. Il aura également été du succès historique contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518707391-1.jpg
Kenki Fukuoka
Tsukuba Univ. / 16 caps
23 ans, 175 cm, 83 kg














 
Né le 7 septembre 1992 à Koga (préfecture de Fukuoka). Il commence le rugby très tôt à l'âge de 5 ans. Passé par Fukuoka HS (2009-2012), il rejoint en 2012 Tsukuba Univ.. Il remportera la ligue Kanto Taikosen A en 2012 et sera finaliste du championnat national universitaire en 2013, face à Teikyo Univ. (39 à 22). Il évolue alors au côté des Keisuke UchidaSho Takenaka et de Masakatsu Hikosaka notamment.

En 2013, il est sélectionné avec les
Junior Japan. Sa rapidité ballon en main (50 mètres en 5 secondes) le font remarquer et Eddie Jones le convoque. Il fête sa première cape le 20 avril 2013 lors de la branlée infligée aux Philippines (121  zéro) où il inscrira deux essais. Il prend dès lors la place en sélection du talentueux mais vieillissant Hirotoki Onozawa, blessé trop souvent. Lors de la défaite en Ecosse (42 à 17), il impressionnera le public écossais par sa vitesse et deux superbes essais à la clé. Mais il est par la suite blessé.

ll fait son retour plus tôt que prévu, le 14 juin 2014 contre les Etats-Unis (victoire 37 à 29) après la blessure de Yoshikazu Fujita contre le Canada. Après cinq mois sans jouer, il réalise une performance catastrophique, en étant responsable sur trois essais américains et en manquant un essai impossible à rater. Mais il revient en meilleure forme en 2015, après un entraînement personnalisé comme son compère Yoshikazu Fujita. Car Eddie Jones chouchoute ses deux jeunes poulains qu'il a bien l'intention de titulariser sur les ailes avec les Brave Blossoms durant la coupe du monde de rugby.

Kenki Fukuoka alterne entre le rugby à XV et à 7. Il aura ainsi participé à la qualification de l'équipe de rugby à 7 japonaise dans le 
circuit Sevens World Series en 2014. D'ailleurs, il devrait sauf catastrophe participer avec le Japon aux qualifications pour les Jeux Olympiques de Rio 2016 qui auront lieu début novembre à Hong Kong. Avec les Brave BlossomsKenki Fukuoka aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique 2013 et l'Asia Rugby Championship 2015. Il aura également été des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
1518707394-2.jpg
Yoshikazu Fujita
Waseda Univ. / 28 caps

22 ans, 184 cm, 90 kg









































 
Né le 8 septembre 1993 à Kyoto (préfecture de Kyoto). Passé par le célèbre club d'Higashi Fukuoka HS (2009-2012), il remporte trois années de suite le mythique tournoi national lycéen (2010, 2011 et 2012). La célèbre finale de 2011, qui se termine sur le score de 31-31 face à Toin Gakuen HS (où évolue alors Kotaro Matsushima) restera dans les mémoires!

Arrière de formation avec des appuies de feu, le jeune nippon fait déjà parler de lui dans le monde du rugby japonais. Mais nous n'en sommes qu'au début. Durant le cours de l'année 2011, Yoshikazu Fujita évolue un moment chez le club scolaire néo-zélandais de St. Bede's College où il impressionne grandement. Ses perfomances et son gros potentiel ne passent pas inaperçues. En septembre 2011, il est sélectionné par Wataru Murata, ancien international nippon et entraîneur alors de l'équipe de rugby à 7. A tout juste 17 ans, il fait ses débuts dans le circuit Sevens World Series et marque les esprits.

En 2012, il signe avec le mythique club de Waseda Univ., Quelques semaines plus tard, Eddie Jones, nouveau sélectionneur du Japon à XV, le convoque et lui offre sa première cape contre les Emirats arabes unis. Le 5 mai 2012, Yoshikazu Fujita devient le plus jeune international nippon de rugby de l'histoire (18 ans et 210 jours), battant ainsi l'ancien record de Christian Loamanu. Il fait ses débuts à l'aile, une première pour lui.

Mais cela ne l'empêchera par de frapper fort en inscrivant un sextuplé pour sa première sélection, avec une victoire 106 à 03 à la clé. Mais par la suite, le grand espoir japonais va connaître une année 2012 difficile marquée par une grave blessure au genou gauche avec Waseda Univ. en match amical contre Doshisha Univ., le 27 mai 2012. Mais Yoshikazu Fujita va revenir durant l'année 2013. Ses prestations avec les Junior Japan lui valent d'être rappelé par le sélectionneur australien.

Mais la révélation Kenki Fukuoka et le maintien à l'aile du modeste capitaine Toshiaki Hirose l'empêche pour le moment de s'imposer comme un titulaire indiscutable. Durant l'année 2014, la mise sur le banc de Toshiaki Hirose, après le capitanat donné désormais à Michael Leitch, permet enfin au jeune nippon de s'exprimer. Celui que l'on nomme désormais "Try Machine" enchaîne les essais jusqu'à cette nouvelle grave blessure contre le Canada juste après avoir inscrit un énième essai. Mais Yoshikazu Fujita va se relever une fois de plus.

Eddie Jones, qui compte énormément sur son protégé, lui dédie même un coach spécial pour la vitesse. Le jeune ailier japonais progresse et passe définitivement un cap cette année. Entre temps, il aura participé à la qualification de l'équipe de rugby à 7 japonaise dans le circuit Sevens World Series en 2014, avant d'échouer ensuite à la maintenir.

Le jeune phénomène aura même intégré les mythiques Barbarians lors du match contre l'Angleterre cette année. A tout juste 22 ans, Yoshikazu Fujita a des ambitions énormes: participer au Super Rugby (après avoir intégré les Crusaders en 2015 sans jouer), participer aux Jeux Olympiques de Rio de 2016 avec le Japon ou encore dépasser le record de Daisuke Ohata (69 essais en sélections).

Avec déjà 25 essais en 26 capes, autant dire qu'il est déjà très bien parti! Avec Waseda Univ., il sera arrivé une fois en finale du championnat national universitaire face à Teikyo Univ. (perdue 41 à 34) en 2014. 
Avec les Brave Blossoms, Yoshikazu Fujita aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2012, 2013 et 2014), l'Asia Rugby Championship 2015 et aura également été de la victoire historique contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013, où il sera toutefois rentré en toute fin de jeu.

Sur le plan familial, Yoshikazu Fujita a un jeune frère, Tatsunari Fujita. Agé de 18 ans et international U18 japonais, ce 2ème ligne est également passé par Higashi Fukuoka HS avec qui il a gagné le tournoi national lycéen cette année contre Nara Gose Industrial HS en finale (57 à 05). Il vient depuis de rejoindre l'armada de Teikyo Univ..
ARRIERE  
1518707396-3.jpg
Ayumu Goromaru
Yamaha Jubilo / 53 caps
29 ans, 185 cm, 99 kg



























 
Né le 1er mars 1986 à Fukuoka (préfecture de Fukuoka). Il commence à jouer au rugby dès l'âge de trois ans et pratique le football en parallèle, ce qui expliquera son sens du but plus tard. Il évoluera ensuite avec Saga Technical HS de 2001 à 2004 avant de rejoindre ensuite le mythique club de Waseda Univ. (2004 à 2008). Il est entraîné alors par le célèbre Katsuyuki Kiyomiya et remporte quatre titres de la ligue Kanto Taikosen A (2004 à 2007) et trois de champion national universitaire (2005, 2006 et 2008).

Waseda Univ. fait face plusieurs fois à Kanto Gakuin Univ., grand rival universitaire de l'époque et où joue alors Ryo Goromaru, talonneur et frère aîné d'Ayumu Goromaru. Ryo Goromaru évolue depuis 2007 chez Coca-Cola Red Sparks. Le jeune arrière nippon sera de l'exploit historique de Waseda Univ. face à Toyota Verblitz (28 à 24), le 12 février 2006, lors du deuxième tour du All Japan Championship. Entre temps, il fête première cape avec le Japon lors de la défaite en Uruguay (24 à 18), le 16 avril 2005.

La désastreuse tournée sud-américaine et le carton pris contre l'Irlande ont raison de lui. En 2008, Ayumu Goromaru s'engage avec Yamaha Jubilo. Ses bonnes performances en club lui valent de retrouver la sélection en 2009, appelé par John Kirwan. Mais il ne sera pas gardé dans le groupe pour la coupe du monde de rugby de 2011 malgré avoir fini pour la première fois meilleur buteur de la Top League japonaise lors de la saison 2010/2011.

En 2011, il retrouve son ancien manager Katsuyuki Kiyomiya qui prend les rênes de Yamaha Jubilo. Ayumu Goromaru termine à nouveau meilleur buteur du championnat lors des saisons 2011/2012 et 2012/2013. Star du club d'Iwata, Eddie Jones le repère et en fait un taulier des Brave Blossoms aussi sec. Le 17 mai 2014, après la victoire contre la Corée du sud (62 à 05), il entre dans l'histoire en devenant le meilleur buteur de la sélection nippone en battant le record du mythique Keiji Hirose (422 pts).

Un record que le "Jonny Wilkinson japonais" comme on l'appelle, en raison de sa position particulière pour buter, a largement dépassé depuis. Très bon buteur, il a la particularité de n'avoir jamais marqué sur un drop (pas son point fort en raison de sa lenteur). Car Ayumu Goromaru est critiqué sur sa lenteur, qui fait de lui un très mauvais défenseur et un arrière tout sauf explosif. L'international nippon n'a pour lui que sa précision au pied, qui le rend indispensable, en attendant dans le futur un Junpei Ogura. Mais aussi un physique robuste. Jamais blessé, il est le joueur japonais le plus utilisé en sélection sous Eddie Jones


Au niveau du palmarès, il aura gagné avec Yamaha Jubilo l'All Japan Championship cette année, le premier gros titre de l'histoire du club. Avec les Brave Blossoms, Ayumu Goromaru aura remporté le tournoi des 5 nations asiatique (2009, 2012, 2013 et 2014) et l'Asia Rugby Championship 2015. Il aura également été de la tournée européenne 2012 historique (victoires en Roumanie et en Géorgie) et des succès historiques contre le Pays de Galles (23 à 08), le 15 juin 2013 et contre l'Italie (26 à 23), le 21 juin 2014.
Afficher la suite de cette page

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2018 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.