Coupe du monde de rugby de 2015: présentation du Japon
Auteur:
Hinato
Publié le: 05/09/2015


1518705671-59862620150828122143.jpg
Les Brave Blossoms auront pour objectf numéro 1 de remporter une victoire en coupe du monde de rugby 24 ans après
et à quatre ans de la 9ème édition qui se déroulera au pays

Le 18 septembre prochain, la 8ème coupe du monde de rugby de l'histoire débutera en Angleterre. Si le titre se jouera entre les favoris habituels (Nouvelle-Zélande, Angleterre, Afrique du sud, Australie, etc...), le Japon fera une fois de plus partie des petites nations dans cette compétition. Il faut dire que les Brave Blossoms, 15èmes au classement World Rugby, ont un historique qui n'est pas en leur faveur. Une seule victoire en 24 rencontres, ils n'ont jamais dépassé le premier tour et surtout restent sur 24 ans sans succès en coupe du monde de rugby.

A quatre ans de la prochaine édition au pays, inutile de dire que celle de cette année sera capitale. Pour passer enfin un cap, la Japan Rugby Football Union a officialisé il y a quatre ans l'arrivée d'Eddie Jones. Le sélectionneur australien venait tout juste de remporter le doublé Top League japonaise/All Japan Championship lorsqu'il prit les rênes de l'équipe en 2012. Marié à une japonaise, ayant des origines nippones de par sa mère américano-japonaise, Eddie Jones était l'élu. Le nouveau sélectionneur du Japon décidait de se donner les meilleurs moyens pour faire progresser sa nouvelle équipe en s'entourant tout d'abord d'un staff haut de gamme: l'ancien international français Marc Dal Maso (entraîneur de la mêlée), l'ancien international anglais Steve Borthwick (entraîneur des avants) et l'ancien sélectionneur d'Hong Kong, Leigh Jones (entraîneur de la défense).

Contrairement à son prédécesseur John Kirwan, le technicien australien allait changer la mentalité de son équipe et lui donner du caractère. Une chose qui peut paraître tout à fait banale mais qui est au contraire très importante quand on connaît le caractère des nippons. Fini le caractère défaitiste de la coupe du monde de rugby de 2011 où les japonais étaient rentrés têtes baissées dans la compétition, Eddie Jones souhaite que ses joueurs jouent chaque match pour gagner et non plus pour rentrer perdant. Une attitude que l'on retrouvera lors des victoires contre le Canada (2013) et l'Italie (2014), où le nouveau mental des Brave Blossoms aura joué un grand rôle.

Mais cela ne fait pas tout. Le technicien australien souhaite donner un style de jeu à son équipe, qu'il appelle "Japan Way". Un style de jeu rapide basé sur la possession. Mais la réalité est tout autre. Lorsqu'Eddie Jones engage Marc Dal Maso, il souhaite que le Japon ait une mêlée qui tienne la route et lui permette de lancer le jeu des 3/4 dans le style sudiste. Mais le français va persuadé le technicien australien de faire de la mêlée japonaise une arme pour détruire totalement l'adversaire. Cela va influencer le jeu pratiqué par les joueurs nippons depuis.

 

Le 21 juin 2014, lors de la victoire historique contre l'Italie (26 à 23), la mêlée japonaise punie la mêlée italienne et la fait reculer de dix mètres!
 

Un exemple parmi tant d'autres de la puissance de la mêlée nippone: le 8 novembre 2014,
lors de la courte défaite contre les Maori All Blacks, la mêlée japonaise emporte tout et obtient l'essai de pénalité.

Si quand vous pensez Japon, vous pensez voir du jeu fou fou et des relances de partout, vous faîtes fausse route. Aujourd'hui, le jeu nippon se base essentiellement sur ses avants. La conquête et plus précisément la mêlée et le maul sont devenus les armes de cette équipe nippone. Bienvenue en 2015. Grâce au travail exceptionnel de Marc Dal Maso (incroyable que la FFR n'ait pas pensé à lui pour le XV de France), la mêlée japonaise est devenue l'une des meilleures du monde. Les mêlées néo-zélandaises, fidjiennes, italiennes ou encore écossaises peuvent en témoigner. Sur les dernières rencontres du Japon, plus de 2/3 des essais japonais font suite à une mêlée où à un lancement de jeu partant d'une mêlée. Une véritable arme destructrice. 


L'essai de l'ailier Yoshikazu Fujita contre le Canada, le 7 juin 2014, part d'une mêlée japonaise
 

L'essai de l'ailier Akihito Yamada contre les Etats-Unis, le 24 juillet dernier, part d'une mêlée japonaise

L'autre grosse arme du Japon, c'est Ayumu Goromaru. L'arrière nippon, meilleur buteur de l'histoire de la sélection japonaise, est devenu indispensable pour passer les points, très souvent sur pénalité grâce à la mêlée dominatrice. Bon au jeu au pied, sa lenteur pose un réel souci pour la défense japonaise. Mais le manque d'un autre grand buteur actuel japonais (le jeune Junpei Ogura est encore inexpérimenté au haut niveau et Harumichi Tatekawa et Yu Tamura ne sont pas non plus des buteurs exceptionnels) le voit devenir un inévitable taulier dans l'équipe. D'autant que l'arrière nippon ne se blesse jamais. Pas une surprise ainsi de voir qu'il est le joueur le plus utilisé par Eddie Jones depuis 2012.

Pour le reste, le Japon se base sur une deuxième ligne très expérimentée, Hitoshi Ono et Luke Thompson joueront leur troisième et certainement dernière édition. La deuxième ligne sera ainsi l'un des gros chantiers pour la coupe du monde de rugby de 2019 pour les nippons. Deuxième capitaine d'origine étrangère du Japon en coupe du monde de rugby après Andrew McCormick en 1999, Michael Leitch est évidemment l'un des hommes forts de la sélection, sortant qui plus est d'une saison en Super Rugby exceptionnelle avec les Chiefs. Sortie de nulle part, ou plus précisément d'Hanazono Univ., le numéro 8 explosif Amanaki Lelei Mafi va faire parler de lui avec le Japon.

 

Ayumu Goromaru, le sérial-buteur du Japon, comme ici lors de la victoire historique contre le Pays de Galles, le 15 juin 2013


Excellent buteur, Ayumu Goromaru est aussi le talon d'Achille de l'équipe japonaise à cause de sa lenteur.
Exemple ici lors de Corée du sud/Japon, le 17 mai 2014, où il se fait déposer par l'ailier Jeong Yeonsik

En 9, la star Fumiaki Tanaka sera évidemment le joueur japonais à suivre dans la compétition. Une grande coupe du monde de rugby des nippons passera par une grande performance du meilleur 1/2 de mêlée japonais actuel, capable de dynamiser le jeu de son équipe et de délivrer des passes d'une précision chirurgicale. Il sera bien évidemment associé à l'ouvreur Harumichi Tatekawa, très bon animateur dans le jeu et maître en ce qui concerne la passe sautée. Derrière, hormis Ayumu Goromaru, on suivra les deux ailiers Kenki Fukuoka et Yoshikazu Fujita. Les deux jeunes stars du rugby universitaire japonais, tout juste âgés de 22 ans, pourraient bien être les grandes révélations du Japon lors de la compétition. Dans une poule B qui semble équilibrée derrière les Springboks, Eddie Jones vise les 1/4 de finale.

Fidèle à lui-même, le technicien australien devrait faire jouer sa meilleure équipe lors des quatre rencontres y compris lors de la première face à l'Afrique du sud, qui sera au passage un match inédit entre ces deux nations. Le sélectionneur du Japon a d'ailleurs très souvent fait jouer ses hommes tous les 4/5 jours lors des tournées ou des séries de tests matchs à domicile lorsqu'il le pouvait pour habituer ses joueurs au rythme des rencontres qui sera imprégné durant la coupe du monde de rugby. Les japonais ne devraient ainsi pas aligner une équipe B face aux Springboks. Mais alors que peut espérer le Japon? En jouant l'Ecosse quatre jours après l'Afrique du sud et en jouant les deux matchs à fond, les Brave Blossoms risquent surtout de laisser de grosses plumes dans cette affaire. Quand on connaît l'historique des nippons dans cette compétition et le calendrier à venir, une victoire contre les Etats-Unis (adverse le plus prenable) sera pour moi une priorité, que le Japon peut largement réussir.

Pourquoi ne pas envisager une deuxième victoire contre les Samoa et ainsi assurer une qualification pour le mondial de 2019 à la maison alors que le statut de pays hôte pour la coupe du monde de rugby devrait être modifié dans les semaines à venir. Ainsi une victoire 24 ans après serait une coupe du monde réussie. Deux victoires et une qualification automatique pour le mondial 2019, un triomphe incroyable. Quand à une qualification en 1/4 de finale, ce serait tout bonnement un exploit! Voilà, vous connaissez maintenant les forces et faiblesses de cette équipe et ses objectifs réalisables. On espère maintenant que les Brave Blossoms nous feront une grande coupe du monde de rugby sur le terrain!
 
Notre XV de départ type japonais pour le mondial:
 
1.Masataka Mikami--------2.Shota Horie---------3.Kensuke Hatakeyama

-----------------4.Luke Thompson--------------5.Shinya Makabe-------------

6.Michael Broadhurst------------------------7.(c) Michael Leitch------------

-------------------------------8.Amanaki Lelei Mafi------------------------------

----------------------------9.Fumiaki Tanaka-------------------------------------

-------------------------------------10.Harumichi Tatekawa--------------------

--------------------12.Yu Tamura-----------------------13.Male Sau-----------

11.Kenki Fukuoka----------------------------------------14.Yoshikazu Fujita

--------------------------------15.Ayumu Goromaru-----------------------------

Afrique du sud/Japon (19 septembre 2015, 17h45):

Arbitre principal: Jérôme Garcès (FFR)
Arbitres assistants 1 et 2: JP Doyle (FRU) et Federico Anselmi (UAR)
Arbitre TMO: Graham Hughes (RFU)

Ville: Brighton. Stade: Brighton Community Stadium ou Falmer Stadium (22 374 places)

 
1518705688-850752americanexpresscommunitystadiumbrightonandhove2.jpg

Ecosse/Japon (23 septembre 2015, 15h30):

Arbitre principal: John Lacey (IRFU)
Arbitres assistants 1 et 2: George Clancy (IRFU) et Marius Mitrea (FIR)
Arbitre TMO: Shaun Veldsam (SARU)

Ville: Gloucester
. Stade: Kingsholm Stadium (16 500 places)

 
1518705761-2250754662500.jpg
 
Samoa/Japon (3 octobre 2015, 15h30):

Arbitre principal: Craig Joubert (SARU)
Arbitres assistants 1 et 2: Wayne Barnes (RFU) et Stuart Berry (SARU)
Arbitre TMO: Ben Skeen (NZR)

Ville: Milton Keynes
. Stade: Stadium mk (30 500 places)
 
1518705783-480317imageupdateaa3e8d45680730e513674892339j4aaqsk.jpg
 
Etats-Unis/Japon (11 octobre 2015, 21h00):

Arbitre principal: Glen Jackson (NZR)
Arbitres assistants 1 et 2: John Lacey (IRFU) et Federico Anselmi (UAR)
Arbitre TMO: Shaun Veldsam (SARU)

Ville: Gloucester
. Stade: Kingsholm Stadium (16 500 places)
 
1518705761-2250754662500.jpg
 
Quelques statistiques du Japon en coupe du monde de rugby:
 
- Le Japon fait partie des 12 nations à avoir participé jusqu'ici à toutes les éditions de la coupe du monde de rugby avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie, l'Angleterre, la France, le Pays de Galles, l'Argentine, l'Ecosse, l'Irlande, le Canada, l'Italie et la Roumanie.

- Le Japon n'a jamais dépassé le premier tour dans une coupe du monde de rugby. Tout comme l'Italie, la Roumanie, les Tonga, les Etats-Unis, la Namibie, la Géorgie, le Zimbabwe, l'Uruguay, la Côte d'Ivoire, l'Espagne, le Portugal et la Russie
La meilleure performance du Japon est une 3ème place en poule, lors de la coupe du monde de rugby de 1991.

- En 24 rencontres, le Japon a remporté un seul match (contre le Zimbabwe en 1991), fait deux matchs nuls (2007 et 2011) et a perdu 21 fois. Les Brave Blossoms n'ont plus remporté de succès en coupe du monde de rugby depuis 24 ans!

- La plus grande victoire du Japon en coupe du monde de rugby était contre le Zimbabwe (52 à 08), le 14 octobre 1991.

- La plus grande défaite du Japon en coupe du monde de rugby était contre la Nouvelle-Zélande (145 à 17), le 4 juin 1995.

- Avec celle de 2015, 13 joueurs japonais auront participé à trois éditions de la coupe du monde de rugby: Seiji HiraoSinali Tui-LatuYoshihiko SakurabaMasahiro KundaTerunori MasuhoWataru MurataTsutomu MatsudaYukio MotokiKeiji HiroseYasunori WatanabeHirotoki OnozawaHitoshi Ono et Luke Thompson.


- L'ailier Hirotoki Onozawa est le recordman japonais de matchs joués en coupe du monde rugby (12). 

- L'arrière Toru Kurihara est le joueur nippon à avoir inscrit le plus de points en coupe du monde de rugby (40). Il est également le recordman de points japonais sur une coupe du monde de rugby, celle de 2003 (40).

- Le mythique ouvreur Keiji Hirose est le joueur nippon à avoir marqué le plus de pénalités en coupe du monde de rugby (11). Il aura participé à trois coupes du monde de rugby (1995, 1999 et 2003).

- L'arrière Takahiro Hosokawa est le joueur nippon à avoir marqué le plus de transformations en coupe du monde de rugby (8). Un record établi sur une seule édition, celle de 1991.


- Le centre Eiji Kutsuki est le joueur nippon à avoir inscrit le plus d'essais en coupe du monde de rugby (4). Il aura réalisé cette performance en participant aux deux premières coupe du monde de rugby de l'histoire (1987 et 1991).

- Trois internationaux japonais ont réussi à passer un drop en coupe du monde de rugby. Il s'agit de l'ailier Minoru Okidoi (1987), de l'arrière Takahiro Hosokawa (1991) et de l'ouvreur Andy Miller (2003).
Afficher la suite de cette page

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.