7 février 2010: NEC Green Rockets a eu plus de chance
Auteur:
Hinato
Publié le: 14/08/2013


Le 7 février 2010 débute le premier tour de la 47ème édition du All Japan Championship. Suntory Sungoliath est opposé aux Nec Green Rockets. Le club de Fuchu, entraîné alors par le célèbre japonais Katsuyuki Kiyomiya, reste sur une très décevante défaite en 1/2 finale de Top League face à son éternel rival, Toshiba Brave Lupus (24-35).

L'équipe jaune et noir n'a d'ailleurs plus rien gagné depuis son titre de champion de Top League, en 2008. Une période trouble pour le club nippon malgré une grosse armada: l'ancien 1/2 de mêlée australien George Gregan, le 3ème ligne sud-africain Wayne Van Heerden, le 3/4 samoan Tusi Pisi, le mythique ailier international nippon Hirotoki Onozawa, etc...


Le centre Bryce Robins, auteur de l'unique essai des NEC Green Rockets

En face, le club d'Abika reste sur une saison 2009/2010 très difficile. Ayant terminé seulement à la 10ème place et échappé de peu aux barrages de la relégation, NEC Green Rockets ne part pas favori face aux jaunes et noirs, qui ont quant à eux terminé 2èmes de la phase régulière du championnat. Les verts et blancs, entraînés alors par le mythique Kaname Okamura, disposent de quelques grands joueurs, à commencer par le capitaine et 3ème ligne emblématique tongien Nili Latu.

On peut également citer aussi l'ancien 2ème ligne international japonais Ryota Asano, le tout récent international nippon, le centre Bryce Robins, le 3ème ligne fidjien Semisi Saukawa et le 3/4 d'origine tongienne, Suipeli Lokotui
La rencontre à l'avantage des jaunes et noirs. Ryan Nicholas, le centre néo-zélandais, passe la première pénalité du match, en faveur des Suntory Sungoliath. Mais les verts et blancs ne tardent pas à réagir et sur un exploit personnel, le centre et international japonais Bryce Robins perce la défense adverse et franchit la ligne d'essai.

Le 1/2 d'ouverture Takeshi Matsuo passe la transformation. Après 1/4 d'heure de jeu, NEC Green Rockets mène 07 à 03. Et les hommes de Kaname Okamura continuent de pousser. Et quelques minutes à peine plus tard, le 1/2 d'ouverture Takeshi Matsuo passe le drop. L'équipe d'Abiko mène 10 à 03. Suntory Sungoliath est dépassé. Les jaunes et noirs tentent de revenir, mais ils ont à faire à une équipe en face qui déborde d'envie, trop peut-être.

Suite à un plaquage dangereux, le 3ème ligne fidjien Semisi Saukawa écoppe d'un carton jaune de la part de l'arbitre du match, Kyosuke Toda, à la 26ème minute. Mais même à 14 contre 15, NEC Green Rockets impressionne et ne prendra pas le moindre point durant cette première mi-temps. Les verts et blancs mènent alors logiquement à la pause sur le score de 10 à 03.


Les jaunes et noirs seront tombés sur une défense de fer

En seconde période, les hommes de Katsuyuki Kiyomoiya tente de retourner la situation, mais ils bloquent toujours autant devant la défense agressive des NEC Green Rockets. Il faut dire que le les jaunes et noirs montrent ce jour-là un jeu très peu flamboyant et ne dominent pas comme voulu en mêlée. Dans ces cas-là, l'équipe de Fuchu ne peut s'en remettre qu'à son sauveur, l'ailier Hirotoki Onozawa. Sur un exploit personnel dont il a l'habitude, il prend de vitesse la défense adverse et part inscrire en coin l'unique essai du match des jaunes et noirs.

Le centre Ryan Nicholas passe la transformation de l'égalisation. 10-10 au score, puis plus rien qui changera au tableau d'affichage. Les joueurs de Suntory Sungoliath buteront sur la mruaille des verts et blancs. En toute fin de match, le 3/4 samoan Tusi Pisi (77', 80') et le centre néo-zélandais Ryan Nicholas (79') manqueront le drop de la gagne. Après avoir longuement souffert en 2ème période, les NEC Green Rockets auront tenu le match nul.


La mêlée de Suntory Sungoliath aura trouvé à qui parler ce jour-là

Vient alors le terrible moment du tirage au sort. Car contrairement à ce que l'on connaît en France par exemple, il n'existe pas de prolongations ou de tirs aux buts pour départager deux équipes lorsque deux équipes sont à égalité à la fin du score lors d'un match de phases finales. Il existe deux possibilités. Si la rencontre concernée est la finale, les deux équipes sont déclarées vainqueuses. Deuxième possibilité: si la rencontre concernée est un match de phases finales autre que la finale, les deux équipes sont départagées au tirage au sort.

L'arbitre du match, Kyosuke Toda, appelle alors les capitaines des deux équipes pour venir effectuer le tirage au sort dans son vestiaire personnel. Le 3ème ligne Takamichi Sasaki (Suntory Sungoliath) et le 3ème ligne international tongien Nili Latu (NEC Green Rockets) rentrent alors dans le vestiaire de l'arbitre, à l'abri des caméras. La tension dehors est alors à son maximum. Les joueurs de NEC Green Rockets, très tendus, viennent remercier leurs supporters quand, tout à coup, sortant du vestiaire de l'arbitre principal, Nili Latu crie, fou de joie, son désormais célèbre "Yes!!! Yes!!! Yes!!!" 

Kaname Okamura et ses hommes pouvaient alors sauter de joie tandis que les jaunes et noirs affichaient inévitablement la mine des mauvais jours. Pour la petite histoire, l'équipe d'Abiko allait poursuivre l'aventure et s'imposer lors du 2ème tour du All Japan Championship face à l'université de Teikyo (38-05), avant de s'incliner en 1/2 finale, face au futur vainqueur Sanyo Wild Knights (16-25). NEC Green Rockets terminait toutefois cette saison 2009/2010 sur une bonne note après notamment un parcours en championnat de Top League des plus chaotiques.


Nili Latu et son célèbre
"Yes!!! Yes!!! Yes!!!"
Du côté des Suntory Sungoliath, cette élimination allait laisser de grosses traces. Après deux saisons sans titres, l'entraîneur Katsuyuki Kiyomiya assumait pleinement les conséquences ce désastre et donnait sa démission à ses dirigeants, après quatre ans à la tête du club (2006-2010).

Cela rajouté notamment à la défaite cette saison-là en 1/2 finale de Top League face aux Toshiba Brave Lupus, cela était trop pour Katsuyuki Kiyomiya. La route était alors désormais toute tracée pour les dirigeants du club de Fuchu pour accueillir le futur entraîneur de Suntory Sungoliath, un certain australien dénommé Eddie Jones.


 


La terrible fin du match, en vidéo

Suntory Sungoliath   10 - 10   NEC Green Rockets


Hanazono Stadium | 8 292 spectateurs |

Arbitre: Kyosuke Toda. Arbitres assistants: Akihisa Aso, Tadashi Suzuki et Tomoyuki Matsugu

Pour Suntory Sungoliath:

Un essai de: Onozawa (57')
Une transformation de: Nicholas (58')
Une pénalité de: Nicholas (08')


Pour NEC Green Rockets:

Un essai de: Robins (13')
Une transformation de: Matsuo (14')
Un drop de: Matsuo (17')


Carton jaune: Saukawa (26')

La composition des équipes:

Suntory Sungoliath: 

1-Akira Ozaki 2-Takashi Yamaoka 3-Kensuke Hatakeyama 4-Koji Shinozuka 5-Shinya Makabe 6-Wayne Van Heerden 7-(c) Takamichi Sasaki 8-Juntaro Takemoto 9-George Gregan 10-Naoya Nomura 11-Hirotoki Onozawa 12-Ryan Nicholas 13-Koji Taira 14-Yasunori Nagatomo 15-Go Aruga

Remplaçants:

16-Yusuke Aoki 17-Tateo Kanai 18-Kota Kamimura 19-Tomasi Soqeta 20-Kiyonori Tanaka 21-Tusi Pisi 22-Shuetsu Narita


NEC Green Rockets:

1-Yuichi Hisadomi 2-Yosuke Usui 3-Takahiro Doi 4-Ryota Asano 5-Tomoo Yasuda 6-Semisi Saukawa 7-Taro Kenjo 8-(c) Nili Latu 9-Nishida Tsukuru 10-Takeshi Matsuo 11-Hayato Sezaki 12-Bryce Robins 13-Tsutomu Sakuraya 14-Koichiro Kubota 15-Yoshihiro Hiromasa

Remplaçants:

16-Takaharu Yamamoto 17-Yuta Inose 18-Taku Hirosawa 19-Takuro Miuchi 20-Kyohei Fujito 21-Shindo Kamaike 22-Suipeli Lokotui
 

 
JAPON RUGBY
Toute l'actualité du rugby nippon

 
     visiteurs
        Crée en 2012, Japon Rugby est le seul site francophone
à l'heure actuelle traitant de l'actualité du rugby japonais. 

Top League japonaise, Top Challenge League, Top ligues régionales, ligues universitaires, Brave Blossoms, Baby Blossoms, rugby à 7, rugby féminin...


2012-2019 Japon Rugby. La référence francophone du rugby japonais en France.